n
Date du jour :

Aujourd'hui 715

Hier 939

Semaine 2604

Mois 7695

Total 275298

Togo : Faure GNASSINGBÉ décroche auprès de la Banque Mondiale une enveloppe de 320 milliards FCFA pour les projets innovants dont l’accès à l’électricité

mai 24, 2024 0 8593
Faure Gnassingbé et Ousmane Diagana, le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale. Faure Gnassingbé et Ousmane Diagana, le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale.

Le Groupe de la Banque mondiale a endossé le 23 mai 2024 à WASHINGTON un nouveau Cadre de partenariat avec le Togo - en anglais Country Partnership Framework (CPF), accordé une dérogation spéciale pour l’accès du pays au guichet de prévention et de résilience, et approuvé trois nouveaux financements de l'Association internationale de développement (IDA*) d’un montant cumulé de plus de 600 millions de dollars, soit 362 776 320 000 FCFA destinés à renforcer la résilience des populations, l’accès à l’électricité, la performance de l’administration publique, ainsi que le soutien aux réfugiés et communautés hôtes dans la partie septentrionale du pays.

Le nouveau CPF est la stratégie qui guidera les actions du Groupe de la Banque mondiale au Togo au cours des cinq prochaines années fiscales (2025-2029) pour aider à relever les défis de développement du pays pour réduire la pauvreté, accroitre la prospérité partagée et promouvoir un développement durable pour sa population de plus de 8 millions d’habitants. Il est structuré autour de trois objectifs de haut niveau, notamment la création d'emplois de qualité par le secteur privé, l'amélioration du capital humain, et le développement territorial inclusif et durable. Il comprend également deux thèmes transversaux, le renforcement du cadre macroéconomique et celui de la gouvernance, et met l’accent sur la productivité agricole, la logistique et la connectivité comme moteurs principaux de transformation de l’économie togolaise.

« Ce nouveau Cadre de partenariat ouvre une nouvelle page pour le renforcement de la coopération entre le Togo et la Banque mondiale, » a dit Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Nous sommes engagés à renforcer notre accompagnement pour la mise en œuvre de l’ambitieuse stratégie de développement du Togo, à travers des projets et programmes innovants et transformateurs qui auront un fort impact sur le bien-être des populations. »

La nouvelle stratégie est basée sur une approche intégrée du Groupe de la Banque mondiale – Banque mondiale, Société financière internationale (IFC), et Agence multilatérale de garantie aux investissements (MIGA) - afin de fournir des solutions dans les secteurs prioritaires, notamment l’agriculture, l’énergie, la logistique, et la connectivité.

« Cette synergie d’actions au sein du Groupe de la Banque mondiale est essentielle pour accroitre notre impact au Togo et renforcer le rôle du secteur privé pour soutenir la transformation structurelle de l’économie, » souligne Sérgio Pimenta, vice-président d’IFC pour l’Afrique. « IFC travaillera en étroite collaboration avec la Banque mondiale et MIGA pour renforcer la participation du secteur privé dans plusieurs secteurs porteurs, notamment l'agro-industrie, les infrastructures, le numérique, l'industrie manufacturière, les transports et la logistique. »

Quant à la MIGA, « Elle apportera les garanties qui pourraient potentiellement soutenir le secteur agricole, les partenariats publics-privés dans les infrastructures, les investissements numériques, ainsi que dans le secteur de l’énergie, » assure Ethiopis Tafara, vice-président de la MIGA.

Ce même jour, le Conseil d’administration a accordé une dérogation permettant au Togo d’accéder aux ressources de son Guichet pour la prévention et la résilience, d’un montant d’environ 315 millions de dollars, pour soutenir la mise œuvre de la stratégie nationale pour le renforcement de la résilience des populations.   

Par ailleurs, le Conseil d’Administration a également approuvé trois importantes nouvelles opérations sur financement de l’IDA pour un montant cumulé de près de 298 millions de dollars. Ces opérations, qui démarrent la mise en œuvre du nouveau CPF, visent respectivement à renforcer l’accès à l’électricité, la performance de l’administration publique, et la cohésion sociale. Plus spécifiquement :

  • Le Projet de développement inclusif grâce à l’accès à l’électricité (200 millions de dollars) aidera à renforcer l’approvisionnement en énergie électrique, à travers la construction de lignes de transmission de 161kV pour permettre à plus de 1,5 millions de personnes de bénéficier d’un meilleur accès à l'électricité, principalement dans les zones rurales. Le projet renforcera aussi les capacités institutionnelles et les performances du secteur de l’énergie, et contribuera à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en facilitant l'expansion des énergies renouvelables.
  • Le Programme de renforcement du secteur public pour la prestation des services (75 millions de dollars) contribuera à améliorer la gestion des ressources humaines et des finances publiques. Axée sur la performance, il aidera notamment à moderniser l’administration publique, améliorer la digitalisation de la collecte des recettes fiscales, favoriser l’augmentation des paiements numériques, ainsi que des dépenses liées à l'atténuation et à l'adaptation au changement climatique.
  • Enfin, le financement additionnel (23 millions de dollars) au Projet de cohésion sociale des régions nord du Golfe de Guinée (COSO) permettra de soutenir davantage les réfugiés et communautés hôtes dans la partie septentrionale du pays. Ce projet apporte déjà une réponse à la fragilité croissante dans le nord et d'autres régions du pays, en promouvant le développement conduit par les communautés.

« Avec ce cadre de partenariat pays, la Banque mondiale porte à l’échelle son engagement avec le Togo et envisage de mobiliser plus de 1,5 milliard de dollars pour appuyer les reformes et les investissements dans les secteurs stratégiques, tels que l’agriculture, l’énergie, la connectivité et le développement des villes secondaires. Les jeunes et les femmes seront les principaux bénéficiaires de ce cadre de partenariat, » a dit Fily Sissoko, représentant de la Banque mondiale au Togo.

*L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis. L’IDA est l’une des principales sources d’aide pour les 76 pays les plus pauvres du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,6 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités de développement dans 113 pays. Le volume annuel de ses engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 21 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 61 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Last modified on vendredi, 24 mai 2024 20:53

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires