n
Date du jour :

Aujourd'hui 306

Hier 358

Semaine 306

Mois 6602

Total 233011

Son Excellence, M. Li CHENGGANG, Ambassadeur de la Chine à l’OMC "la Chine étend pendant trois ans son traitement en franchise de droits aux PMA reclassés"

mars 07, 2024 0 282

Du 26 au 29 février 2024, a eu lieu à Abu Dhabi (Emirats arabe unis) la 13è Conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Plusieurs discussions ont fait l’objet des négociations entre les membres, notamment, le commerce électronique, négociations sur les subventions à la pêche, l'agriculture, le reclassement des pays les moins avancés (PMA), la réglementation intérieure des services etc. Afin de mieux approfondir leur compréhension sur quelques sujets phares de la MC13, Son Excellence, M. Li CHENGGANG, Ambassadeur de la Chine à l’OMC a animé un briefing avec les professionnels des médias. Le sujet sur le partenariat Chine-Afrique a été élucidé.  

Sur le plan commercial, la Chine est l’un des principaux partenaires de l’Afrique. Cela pourrait-il influencer les décisions de certains États africains dans les négociations de l’OMC ?

La Chine attache une grande importance au développement des relations commerciales avec l’Afrique. La Chine est le principal partenaire commercial de l’Afrique depuis 15 années consécutives. En 2023, le commerce sino-africain a atteint un record.

 Au-delà de l’aspect économique, la Chine exporte également sa culture sur le continent, notamment à travers la création d’un centre de langues, organisation des visites en Chine, etc ; tout ceci pour quel but ?

« L’amitié entre les peuples est la clé des relations entre États ». La connectivité entre les peuples est un élément important de la Ceinture et la Route. Initiative et fondement social pour faire progresser l’initiative « la Ceinture et la Route ». La Chine a créé des centres culturels en Afrique et offert aux étudiants africains la possibilité de visiter la Chine. L’objectif principal est d’améliorer la compréhension mutuelle entre les peuples chinois et africains, de consolider les bases sociales d’une coopération gagnant-gagnant et d’accumuler la force non gouvernementale pour un développement de haute qualité de l’initiative « la Ceinture et la Route », parvenir ensemble à une prospérité commune et promouvoir la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique. Nous travaillerons dur pour accroître les échanges humains et culturels avec les pays africains, afin d’ouvrir une voie ensoleillée permettant à la Chine et à l’Afrique de conquérir le cœur des peuples et d’améliorer leurs vies.

Quelle est la stratégie de la Chine en investissant autant sur le continent africain, notamment au Mali, avec la construction de grandes infrastructures ?

La construction d’infrastructures est un domaine traditionnel et clé de la coopération économique et commerciale sino-africaine, et les deux parties ont obtenu des résultats remarquables en matière de coopération. Ces dernières années, la coopération sino-africaine en matière d’infrastructures s’est étendue de formes traditionnelles telles que l’aide et les projets contractuels à des modèles émergents tels que l’investissement et le partenariat public-privé (PPP). Un certain nombre de projets marquants ont été construits dans les domaines des transports, de l’énergie et des communications, et un certain nombre de « petits mais beaux » projets de subsistance ont été mis en œuvre dans les domaines de l’approvisionnement en eau, de la santé et de l’éducation. Ces projets ont non seulement apporté des avantages tangibles à la vie des populations locales, mais ont également activement favorisé le processus d’intégration africaine, aidé l’Afrique à construire un grand marché efficace et aidé l’Afrique à renforcer la sécurité de sa chaîne industrielle et la connectivité de sa chaîne de valeur.

Quel soutien la Chine offre-t-elle aux PMA dans leur processus de reclassement ? La Chine est-elle prête à poursuivre la facilitation préférentielle actuelle ?

Li CHENGGANG : En ce qui concerne le thème de « Reclassement des PMA », un nombre croissant de PMA satisfont aux critères de reclassement et 19 des 35 PMA de l’OMC. Deux membres sont sur la voie de la sortie de la catégorie des PMA, il est plus que jamais impératif d’explorer les voies à suivre au sein de l’OMC pour faciliter la transition en douceur des PMA. La Chine soutient la transition en douceur des PMA reclassés. Des mesures de soutien, telles que l’extension des accords commerciaux préférentiels pour l’accès aux marchés, contribueront à encourager les PMA à formuler des stratégies nationales de transition et à leur fournir un environnement commercial prévisible et fiable. C’est pourquoi la Chine étend pendant trois ans son traitement en franchise de droits aux PMA reclassés. Cela signifie qu’après la sortie des PMA, la Chine continuera d’accorder un traitement tarifaire nul à 98 % des lignes tarifaires des produits originaires des PMA pendant encore trois ans. En outre, la Chine fournit diverses formes d’assistance technique et de soutien au renforcement des capacités aux PMA en voie de reclassement. Par exemple, le programme Chine aide les PMA en voie de reclassement à mieux participer à l’OMC et à en tirer profit en organisant des tables rondes sur l’accession et des dialogues Sud-Sud. En ce qui concerne l’avenir, nous appelons tous les membres de l’OMC à participer de manière constructive aux discussions pertinentes pour aider les PMA dans le processus de reclassement et ceux qui ont déjà obtenu leur diplôme à mieux s’intégrer dans le système commercial mondial.

La Chine a été le plus grand obstacle en tant que coprésident du Comité des créanciers officiels dans la résolution de la dette de la Zambie et que peuvent apprendre d’autres pays en développement dans une situation similaire du processus ?

En tant que coprésident du Comité des créanciers de la Zambie, la Chine a apporté une contribution importante au travail d’élimination de la dette de la Zambie. La Chine continuera à maintenir des communications étroites et des consultations amicales avec la Zambie et les parties concernées et continuera à jouer son rôle dans le règlement de la question de la dette zambienne. Selon les chiffres publiés par le ministère zambien des Finances, les créanciers commerciaux occidentaux et les institutions financières multilatérales, qui représentent une proportion relativement élevée de la dette extérieure de la Zambie, devraient assumer leurs responsabilités et prendre des mesures plus vigoureuses pour alléger le fardeau de la dette de la Zambie. Nous pensons que, face à la dette de la Zambie et d’autres pays en développement, la compréhension et la confiance mutuelles entre les parties prenantes constituent une condition préalable importante pour trouver la meilleure solution. 

Interview réalisée par OMC/médias

Last modified on jeudi, 07 mars 2024 18:40

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires