n
Date du jour :

Aujourd'hui 268

Hier 339

Semaine 3253

Mois 6206

Total 232615

Selon les experts, l’Afrique a besoin de politiques et d’infrastructures efficaces pour prospérer grâce à l’Intelligence artificielle

mars 04, 2024 0 169

Victoria Falls, Zimbabwe, le 3 mars 2024 (CEA) – L’Afrique a besoin de politiques de soutien et d’infrastructures robustes pour exploiter les opportunités illimitées de l’Intelligence artificielle et accélérer son développement, ont déclaré les experts.

Les experts, s’exprimant lors d’une table ronde intitulée, « Favoriser la prospérité grâce aux politiques d’intelligence artificielle en Afrique », en marge de la 56ème session en cours de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique (COM), de la Commission économique pour l’Afrique, ont convenu que l’Intelligence artificielle présente d’énormes opportunités de développement pour l’Afrique si les politiques et les infrastructures appropriées sont en place.

Le Ministre des communications et de l’économie numérique de la République de Gambie, Ousman Bah, a déclaré qu’il est important d’avoir les bonnes politiques pour réglementer l’utilisation de l’IA et également éviter ses risques, mais l’Afrique ne doit pas attendre que les réglementations soient en place pour adopter le technologie.

L’Intelligence artificielle, une technologie en évolution rapide qui exploite l’intelligence des machines ou des logiciels, transforme toutes les sphères sociales à l’échelle mondiale. Les recherches montrent que cette technologie a le potentiel de contribuer à hauteur de 15 700 milliards de dollars à l’économie mondiale d’ici 2030, dont 1 200 milliards de dollars pourraient être générés en Afrique, ce qui représente une augmentation de 5,6 % du Produit intérieur brut du continent d’ici 2030.

Le Directeur exécutif adjoint, Résultats sur le terrain et innovation du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Fayaz King, a déclaré que les stratégies nécessaires sont importantes pour garantir que toutes les approches de l’IA, depuis le développement jusqu’au déploiement jusqu’à l’utilisation, soient dans l’intérêt public.

« Dans le domaine effervescent de l’IA, le mieux est de traiter le connu, l’inconnu et l’inconnaissable par une gouvernance avec l’humanité en son centre, car ce que l’IA donne, l’IA le prend également », a déclaré M. King, soulignant la nécessité de combler la fracture numérique en incluant les communautés marginalisées dans les initiatives d’IA.

La Directrice générale de la Girlhype Coders Academy, Baratang Miya, a déclaré que les gouvernements devront réglementer et encourager les parties prenantes dans les chaînes de valeur de l’IA, en mettant l’accent sur les Petites et moyennes entreprises (PME), afin de favoriser l’innovation et un accès équitable aux technologies de l’IA.

Mme Baratang a déclaré qu’il doit y avoir un équilibre entre l’élaboration des politiques et l’humanité pour garantir que la technologie de l’IA prenne le relais. Le gouvernement doit établir des cadres éthiques pour le développement et le déploiement de l’IA grâce à la confidentialité des données, à la sécurité, à la transparence et à la responsabilité dans les systèmes d’IA. L’Afrique doit collecter davantage de données pour avoir accès à ses propres données et les gouvernements doivent faciliter les politiques de démocratisation des données.

« Nous avons vraiment besoin de données qui parlent à l’Afrique elle-même et les arguments en faveur des données ouvertes signifient que nous donnons du pouvoir aux citoyens et en même temps encourageons l’innovation et l’efficacité et que nous n’utilisons pas de données inexactes », a affirmé Miya, soulignant qu’il est nécessaire d’héberger des données appropriées pour les pays ; avoir une bonne infrastructure cloud, y compris un accès fiable à l’électricité, est importante.

L’Économiste principale chez Research ICT Africa, Sandra Makumbirofa, a déclaré que l’IA a un potentiel de transformation pour stimuler les économies africaines grâce à une inclusion financière efficace, à la création d’emplois et à une meilleure prestation de services publics. Cependant, la majeure partie de la valeur marchande de l’IA a été réalisée aux États-Unis et en Chine, a-t-elle déclaré, citant une étude de la CNUCED. Il est donc important que les pays africains participent activement aux forums mondiaux pour garantir que leurs intérêts soient représentés.

« Notre base de données est inadéquate pour l'élaboration de politiques mondiales », a noté Mme Makumbirofa. « Les données dont nous disposons en tant que pays africains ne sont pas représentées dans la formation des modèles d’IA. Cela signifie que l’IA que nous utilisons en Afrique et provenant de pays étrangers ne correspond pas nécessairement au contexte africain et que nous ne sommes donc pas en mesure de les utiliser aussi efficacement que possible.

Le Secrétaire exécutif, Claver Gatete, qui contribuait à la discussion, animée par la Drectrice de la communication et des affaires publiques pour l’Afrique chez Google, Dorothy Ooko, a souligné que la plupart des gens ne sont pas conscients de l’IA et qu’un inconvénient de l’IA concerne sa dépendance à l’égard des données qui doit être précis.

M. Gatete a déclaré que le développement d’infrastructures telles que la connectivité Internet est essentiel pour tirer parti des avantages de l’IA et que la technologie doit être partagée entre les pays pour éviter d’inventer la roue.

« Parmi les 1,6 milliard de personnes qui ne sont pas connectées, l’Afrique est véritablement l’une des plus grandes zones où les populations nous ne sont pas connectées. Si vous n’êtes pas connecté, vous ne pouvez même pas parler d’IA. Nous avons besoin d’infrastructures, nous avons besoin d’investissements dans l’énergie qui vont de pair avec l’infrastructure informatique », a déclaré M. Gatete.

 

-Fin-

Last modified on lundi, 04 mars 2024 20:19

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Horizon News est est une maison de presse en ligne et de communication spécialisée dans le journalisme , le reportage et la publicité.

Articles populaires