n
Date du jour :

Aujourd'hui 318

Hier 358

Semaine 318

Mois 6614

Total 233023

Une action accélérée en faveur des PDSL et des PMA africains est nécessaire pour parvenir au développement durable

mars 04, 2024 0 136

Victoria Falls, Zimbabwe, le 1er mars 2024 (CEA) – De multiples crises, notamment la pandémie de COVID-19 et la situation géopolitique et macroéconomique mondiale actuelle, ont entraîné de faibles progrès économiques et exacerbé les défis structurels des Pays africains les moins avancés (PMA) sans littoral les empêchant de respecter le Programme d’action de Vienne en faveur des PDSL (VPoA).

Selon les experts réunis avant la réunion ministérielle des 4 et 5 mars, de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique, ceci « nécessite une action accélérée pour parvenir au développement durable ».

Même si les PDSL africains ont fait des progrès notables en enregistrant une contraction plus modérée du PIB, « ils étaient loin d’avoir atteint les objectifs fixés dans le VPoA », a déclaré le Directeur de la Division de l’intégration régionale et du commerce de la CEA, Stephen Karingi, dans sa présentation sur la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne en faveur des Pays en développement sans littoral pour la décennie 2014-2024.

Les PDSL d’Afrique sont confrontés à de nombreux défis de développement en raison de leur manque d’accès territorial direct à la mer, de leur isolement et de leur éloignement des marchés mondiaux. Ils sont confrontés à des coûts commerciaux plus élevés que leurs voisins de transit, à des infrastructures limitées, à des économies et à des marchés d’exportation non diversifiés.

Les PDSL ont obtenu de mauvais résultats en matière de prestation de soins de santé, de croissance du PIB réel et de développement des infrastructures.

« Le déficit d’infrastructures de l’Afrique constitue un obstacle majeur au développement des PDSL », a déclaré M. Karingi, ajoutant que « le continent est confronté à un déficit financier compris entre 68 et 108 milliards de dollars ».

Le VPoA est un important pacte international de développement conclu en 2014 visant à promouvoir le développement des Pays en développement sans littoral sur la période 2014-2024. Il existe 16 Pays en développement sans littoral en Afrique. Treize d’entre eux sont toujours classés parmi les Pays les moins avancés (PMA) et aucun Pays en développement sans littoral d’Afrique n’est sorti de la catégorie des Pays les moins avancés au cours de la dernière décennie.

Sur le plan commercial, les PDSL africains ont enregistré un faible commerce de services entre 2014 et 2022. Ils ne représentaient que 0,2 % des exportations mondiales de services et 0,4 % des importations mondiales de services, tandis que la balance commerciale entre les PMA africains est restée négative au cours de la même période.

Il a été recommandé que la CEA aide les PMA à mettre en œuvre des accords internationaux et régionaux tels que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et l’Accord mondial sur la facilitation des échanges. En outre, la CEA demande aux institutions de développement de catalyser les investissements dans les infrastructures de transport, les énergies renouvelables, les TIC et l’intégration régionale, tout en faisant avancer la transformation économique structurelle axée sur la valeur ajoutée.

Les pays membres ont exprimé leurs inquiétudes quant à la perte de flexibilité que leur confère le statut de PMA lorsqu’ils sont reclassés, ainsi qu’aux coûts de transport élevés et à la mauvaise connectivité aérienne à travers l’Afrique.

« Il n’est pas possible de minimiser le coût du transport aérien. La ZLECAf place le transport comme l’un des secteurs de services qui doivent être inclus dans la libéralisation des services et, en même temps, le marché unique africain est déjà là pour que nous puissions mettre en œuvre le protocole sur les services », a expliqué M. Karingi, appelant les États membres doivent à faire preuve d’audace et à mettre en œuvre la ZLECAf, y compris le marché aérien unique africain.

M. Karingi a indiqué qu’un nouveau programme pour les PMA est crucial, et qu’une expérience doit être tirée des enseignements des enseignements du VPoA et tirer parti des synergies avec le Programme d’action de Doha pour les PMA afin d’améliorer son efficacité.

Le Programme d’action de Doha en faveur des Pays les moins avancés, qui couvre la décennie 2022-2031, a été adopté en 2022 et vise à aider les PMA à assurer une reprise durable et inclusive et une plus grande résilience face à la pandémie de COVID-19.

Le Programme d’action de Doha définit six domaines clés pour le développement des PMA. Il s’agit notamment d’investir dans les populations des Pays les moins avancés, de tirer parti du pouvoir de la science, de la technologie et de l’innovation et de soutenir la transformation structurelle en tant que moteur de prospérité. En outre, les PMA devaient progresser dans le renforcement du commerce international des Pays les moins avancés et de l’intégration régionale ; lutter contre le changement climatique, la dégradation de l’environnement, se remettre de la pandémie de COVID-19 et renforcer la résilience face aux chocs futurs, ainsi que mobiliser la solidarité internationale, revigorer les partenariats mondiaux et les outils et instruments innovants.

Dans un rapport sur les progrès réalisés en Afrique dans la mise en œuvre des domaines prioritaires du Programme d’action de Doha en faveur des Pays les moins avancés, le Directeur de la Division de la macroéconomie et de la gouvernance de la CEA, Adam Elhiraika, a déclaré que la plupart des PMA d’Afrique ont obtenu de mauvais résultats dans les six domaines clés décrits dans le Programme d’action de Doha.

Sur les 45 PMA dans le monde, 33 se trouvent en Afrique et seuls trois pays africains sont sortis du statut de PMA depuis 1971, à savoir le Cap-Vert, le Botswana et la Guinée équatoriale.

« Deux PMA supplémentaires peuvent être éligibles au reclassement tandis que trois autres atteindront les seuils de reclassement pour la première fois. Toutefois, la pandémie a freiné les performances d’au moins deux autres PMA qui faisaient des progrès », a déclaré M. Elhiraika, ajoutant : « Nous soulignons l’importance du DPoA pour sauvegarder le développement durable ».

Last modified on lundi, 04 mars 2024 20:11

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Horizon News est est une maison de presse en ligne et de communication spécialisée dans le journalisme , le reportage et la publicité.

Articles populaires