n
Date du jour :

Aujourd'hui 425

Hier 591

Semaine 3289

Mois 425

Total 209230

YFES-SERVICES lance à Lomé, « la Formation internationale pratique sur les sauvegardes environnementales et sociales

décembre 14, 2023 0 379

Lomé accueille la Formation internationale pratique sur les sauvegardes Environnementales et Sociales aux normes des institutions multilatérales de développement (Banque Mondiale, BAD, BOAD…) qui se déroule du 14 au 22 décembre.

Cette formation s'inscrit dans le concept du développement durable plaide en faveur d'une plus grande intégration des politiques économiques et des politiques environnementales au niveau national tout comme au niveau des zones écologiques ne respectant pas les frontières politiques. Il apparaît essentiel que pour traiter les défis environnementaux au Togo en particulier et dans la sous-région ouest africaine en général, il faudra ressortir un certain nombre de relations entre le milieu, le développement, l'économie, la démographie, l'homme et les structures politiques tout en prenant soin de considérer, à la fois, la dimension diachronique et la dimension spatiale.

A cet effet, cette formation vise à offrir un cadre d’échange d’expériences et d’appropriation de bonnes pratiques et faire connaitre aux participants, les exigences et les attentes des Partenaires au développement notamment la Banque Mondiale, BAD, BOAD, BIDC, UE et autres partenaires en termes de protection de l’environnement, de protection des communautés vulnérables, de droits de l’homme, en matière d’intégration de l’environnement dans le processus de développement. Mais aussi de partager les connaissances et les pratiques dans un domaine de métier nouveau intégrant le développement durable, changement climatique, gestion de la biodiversité, protection des populations vulnérables ; partager sur les techniques, méthodes, outils et les expériences pratiques pour garantir la durabilité des projets de développement ; focaliser les interventions et les échanges sur l’apprentissage de la profession de sauvegarde environnementale et sociale ; Contribuer à une plus grande appropriation des politiques de sauvegardes environnementales et sociales des Partenaires Techniques et Financiers (Banque mondiale, BAD, BOAD, BIDC etc.) ; renforcer la capacité des Unités de Coordination des Projets de développement sur la gestion en amont et en aval des aspects environnementaux et sociaux ; avoir la masse critique des personnes expertes dans le métier de praticien de la sauvegarde et une plateforme d’échange pour le futur afin d’encourager sur les partages d’expériences et des leçons apprises à partir des cas concrets.

De nombreux problèmes environnementaux se posent comme autant de défis lancés aux décideurs et aux intervenants extérieurs qui se doivent de leur accorder une priorité absolue dans l'élaboration de stratégies durables de développement. Ces défis environnementaux et sociaux se posent de la manière la plus visible sur le plan strictement biophysique, par le biais de problèmes écologiques majeurs. Ils se posent aussi sur le plan humain quand on considère les conséquences de la pression démographique et de la pauvreté sur les ressources naturelles du milieu. Fort de ce constat, les pays se doivent de développer des projets structurants intégrant les dimensions environnementale et sociale avec une prise en compte des questions émergentes comme la violence basée sur le genre, les changements climatiques etc. Ces dimensions dans la planification du développement se valent aussi bien au plan stratégique qu’opérationnel. Ainsi, « la Formation internationale pratique sur les sauvegardes environnementales et sociales » est un cadre d’échanges des meilleures pratiques basées sur des référentiels et normes en vigueur en matière de sauvegardes environnementales et sociales dans le cadre des projets de développement économique et social des pays africains.

Au sortir de cette formation, les participants devront être en mesure de concevoir efficacement des outils de sauvegardes environnementales et sociales à savoir : Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES), Cadre Politique de Réinstallation (CPR), Étude d’Impact Environnementale et Social (EIES), Plan d’Action de Réinstallation (PAR), Audit Environnemental et Social, Plan de Mobilisation des Parties Prenantes ou de Participation des Parties prenantes (PMPP ou P3P), Plan de Gestion de la Main d’œuvres (PGMO) etc ; assurer efficacement le suivi PGES et le suivi social des travaux d’infrastructures et autres ; gérer les systèmes de gestion environnementale et sociale des PTF (Banque mondiale, BAD, UE, BOAD, BIDC) ; intégrer efficacement les questions de développement durable, changement climatique, gestion de la biodiversité, protection des populations vulnérables dans les évaluations environnementales et sociales ; conduire le processus de réalisation d’un plan de gestion environnementale et sociale (PGES), d’un plan d’actions de réinstallation (PAR), d’un mécanisme de gestion des plainte (MGP) etc. capable de préparer des rapports de bonne factures (trimestriel, annuel, mi-parcours, fin de projet etc.) orientés dans le sens de la réponse aux exigences et à la satisfaction des PTF ; faire la revue qualité des documents de sauvegarde environnementale.

« Quelles sont les exigences des banques multinationales de financement des projets, des partenaires en développement qui fonctionnent sur des normes, des standards.. ? En lien avec l’environnement, l’enjeu c’est de revenir sur ces thématiques d’actualité, et de façon spécifique, sur les exigences de chaque banque», a indiqué Yao Fetor, Directeur Général d’YFES-SERVICES.

«La sauvegarde environnementale et sociale, c’est le principe qui voudrait qu’on intègre  dans les projets de développement, d’infrastructures, d’assistance technique et autres, la question de protection des ressources naturelles pour leur durabilité et la protection des populations qui vivent dans les zones où ils sont exécutés, entendu la protection de leur santé, de leurs activités socioéconomiques, de leur cadre de vie de façon générale », a rappelé Prof Maman-Sani Issa, directeur des Sauvegardes environnementales à la Banque Mondiale et formateur principal.

« On se focalise généralement sur l’infrastructure elle-même, ce qu’elle va produire, mais on fait très peu attention aux conséquences éventuellement négatives qu’elle pourrait avoir de façon indirecte sur les ressources naturelles  (…) Cette philosophie veut que tout projet prenne en compte aussi ces aspects un tant soit peu négligés », a souligné le formateur, et de donner un aperçu de la quintessence (de la formation) et de l’orientation qui y sera donnée : « Nous allons nous concentrer sur les exigences pratiques, les expériences vécues afin de faire tirer le maximum de bénéfices à tous ces praticiens. Il y a toujours l’impression d’une différence entre  les exigences des bailleurs de fonds et les législations nationales. Nous allons tenter de clarifier cela pour faciliter la compréhension et les échanges mutuels entre professionnels, praticiens et gestionnaires de ce domaine».

Près de quatre-vingts (80) participants venus du Benin, du Burkina, du Congo, du Niger, du Mali et du Togo seront outillés sur des thématiques bien définies.

Last modified on vendredi, 15 décembre 2023 18:17

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires