n
Date du jour :

Aujourd'hui 422

Hier 591

Semaine 3286

Mois 422

Total 209227

Un partenariat solide entre l'Afrique et l'Union européenne est essentiel pour l'atténuation du changement climatique et la protection du milieu marin

décembre 12, 2023 0 331

Dubaï, Émirats arabes unis, 10 décembre 2023- L'Afrique et l'Union européenne devraient renforcer leur partenariat sur la gouvernance des océans et l'économie bleue dans le cadre de la coopération Afrique-Europe afin d'autonomiser les communautés locales et d'aider à atténuer le changement climatique, affirment les experts du changement climatique lors d'un événement parallèle à la COP 28.

L'événement parallèle intitulé "Tirer parti du leadership africain en matière de gouvernance des océans et d'économie bleue : Renforcer la coopération transcontinentale a été organisé en partenariat avec la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) et l'Agence de développement de l'Union africaine - Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (AUDA-NEPAD).

Jean-Paul Adam, directeur de la politique, du suivi et du plaidoyer au bureau du conseiller spécial pour l'Afrique auprès du secrétaire général des Nations unies, a déclaré que l'océan était essentiel pour accélérer l'action mondiale en faveur du climat et de la biodiversité, assurer la sécurité alimentaire et promouvoir un développement durable pour des millions de personnes. Toutefois, la coopération océanique n'est pas encore au cœur du dialogue UA-UE.

"Les activités humaines non durables et leurs effets néfastes continuent de dégrader les océans, ce qui entraîne de profonds changements et entrave la réalisation indispensable des agendas 2030 des Nations unies et 2063 de l'Union africaine", a déclaré M. Adam.

"Le mode de pêche actuel en Afrique est extractif. En revanche, les communautés locales ajoutent moins de valeur et participent peu à la chaîne de valeur. Nous devons transformer cela en une chaîne de valeur durable, en investissant par exemple dans les énergies renouvelables pour la chaîne du froid".

L'UA a reconnu l'économie bleue dans l'agenda 2063. Il est donc nécessaire de traduire cette reconnaissance en une stratégie spécifique. Il est également fondamental de reconnaître la déclaration de Moroni de juin 2023 pour l'action océanique et climatique en Afrique, car elle constitue un progrès dans la lutte contre les crises liées au changement climatique et dans la mise en œuvre de l'économie bleue par les pays africains.

Harsen Nyambe, directeur de l'économie bleue et de l'environnement durable à l'UA, a déclaré que les partenariats entre l'Afrique et l'Union européenne sont essentiels pour relever des défis spécifiques, notamment les crises du climat et de la biodiversité. L'UA s'est engagée à poursuivre sa collaboration avec l'UE dans le domaine de l'économie bleue.

Il a déclaré que l'Union africaine reconnaissait l'importance du groupe stratégique Afrique-Europe sur la gouvernance des océans. Depuis, elle a créé des centres d'excellence sur l'ensemble du continent afin de contribuer à l'élaboration de politiques et de programmes fondés sur des données probantes, ainsi qu'à l'amélioration des connaissances sur les océans.

Nassim Oulmane, directeur par intérim de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles, a déclaré que l'Afrique et l'Union européenne partagent la majeure partie du littoral et que le partenariat est essentiel pour faire face à la crise du changement climatique et à la pollution.

Les paysages marins partagés entre l'Afrique et l'Europe et autour d'elles constituent une base solide pour l'élaboration d'une stratégie coordonnée entre les deux continents.
"L'UA et l'UE ont reconnu qu'il était temps de progresser dans la coopération océanique tout en tenant compte des opportunités économiques et sociales qui correspondent aux différents niveaux de développement de l'Afrique et de l'Europe", a déclaré M. Oulmane.
Il a ajouté qu'il était nécessaire d'intensifier la plupart des initiatives sur le changement climatique pour la diversité des océans. La CEA travaille avec l'UICN sur une initiative concernant la muraille verte, la partie orientale de l'océan Indien africain pour la création de la mer bleue et l'implication de la population côtière.
Pascal Lamy, vice-président du Forum de Paris pour la paix et président de la mission "Etoile de mer" de l'UE, a déclaré que les partenariats nécessitent du temps et des ressources. Il est donc important de suivre les progrès et d'évaluer l'efficacité des initiatives existantes parallèlement aux aspirations des deux continents afin de garantir que le résultat souhaité du partenariat transcontinental soit atteint.La COP 28 a, selon lui, créé une opportunité pour les pays de réfléchir et de forger une tête sur leur collaboration et leur partenariat sur la gouvernance des océans et l'économie bleue et de relever les défis du changement climatique.Cela nécessite une volonté politique et un leadership sur les deux continents - l'Afrique et le continent européen."Une vision commune de la gestion et de la préservation des océans est fondamentale pour l'échange de bonnes pratiques et l'apprentissage de l'économie bleue par le biais d'un multilatéralisme renforcé et d'un partage des capacités", a déclaré M. Lamy.

Last modified on mardi, 12 décembre 2023 20:57

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires