n
Date du jour :

Aujourd'hui 291

Hier 358

Semaine 291

Mois 6587

Total 232996

Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest : La Ministre Mila Aziablé recherche activement une solution pour les séquences de délestage électrique au Togo

avril 02, 2024 0 289

Environ 220 millions de personnes en Afrique de l’ouest n’ont pas accès à l’électricité dans une région marquée par une crise énergétique intensive ces dernières années.

« Quelles stratégies d’approvisionnement en gaz pour combler le déficit énergétique actuel de la sous-région », ce thème a regroupé ce 02 avril dans la capitale togolaise les ministres de l’énergie des 04 pays membres du projet Comité des Ministres du projet de gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (GAO) à savoir le Bénin, le Ghana, le Nigéria et le Togo pour faire le point sur la mise en œuvre du projet, de relever les défis et définir de nouvelles stratégies en vue de dynamiser l’approvisionnement en gaz naturel et apporter une solution durable à la crise énergétique que connaît la sous-région ouest-africaine.

Ce problème est le principal facteur des séquences de délestage électrique que les pays du GAO connaissent. Il a été question également pour les membres au cours de cette réunion de réfléchir sur la lettre envoyée à la CEDEAO demandant de faire de l'Autorité du Gazoduc de l'Afrique de l'Ouest (AGAO) une institution spécialisée de la communauté, ainsi que sur les questions opérationnelles, commerciales et financières du GAO.

Le projet de gazoduc de l’Afrique de l’Ouest, qui comprend 678 km de pipeline, a facilité depuis 2012 le transport du gaz naturel du Nigéria vers les centrales thermiques de production d’énergie électrique du Bénin, du Togo et du Ghana.

L’infrastructure est une fierté pour la sous-région qu'il faut préserver et rendre encore plus performante par ses réalisations et la satisfaction des nombreuses attentes en elle après plus de 10 ans de fonctionnement.

Le GAO a fait face à un certain nombre de défis, allant des dommages subis en mer, à la déclaration de Force majeure en 2023, qui n'a été levée qu'en 2020, après plus de 7 ans, sans oublier les difficultés de paiement de certains acheteurs. Ces situations ont obligé le Comité des Ministres, la plus haute instance de gouvernance du projet, à trouver des solutions ensemble avec les autres parties prenantes notamment, l'AGAO et WAPCo, l'opérateur du réseau.

Quelques succès sont à mettre à l'actif du GAO tels que, l'amélioration de la disponibilité du gaz sur le GAO et du projet d'interconnexion Takoradi-Tema (TTIP) qui a permis d'accroitre significativement le volume de gaz transporté par le GAO, avec un impact positif sur le tarif de transport, sans oublier le processus en cours dans les Etats-parties, pour amender la loi et le règlement du GAO dans le but de renforcer l'Autorité du GAO et de promouvoir un environnement commercial équitable.

Cependant, depuis janvier 2024, une crise de l’énergie secoue la région principalement en raison du manque d’approvisionnement en gaz naturel.

« La crise énergétique que connaît actuellement notre sous-région pèse lourdement sur nos pays. Ce déficit énergétique a un impact significatif sur nos économies et le bien-être de nos concitoyens. Les perturbations de l’approvisionnement en gaz pénalisent nos activités quotidiennes. À titre d’exemple, la demande en gaz naturel au Togo est actuellement de 35 000 MM BTU par jour, mais seulement 5 000 à 15 000 MM BTU par jour sont fournis, voire rien du tout lors de certaines périodes. Cela engendre des coûts de production d’électricité nationale très élevés lorsque les combustibles de substitution au gaz naturel sont disponibles ou entraîne des coupures fréquentes qui ont des effets néfastes et lourdement ressentis. Il en va de même pour nos voisins du Bénin et du Ghana. C’est pourquoi, c’est important de discuter des stratégies d'approvisionnement en gaz visant à pallier le déficit énergétique actuel de la sous-région. Il est crucial que les principaux acteurs du secteur de l'énergie de la sous-région se réunissent pour trouver des solutions efficaces à ces défis pressants », a déclaré Mila Aziablé, la ministre de l’Energie et des mines du Togo, présidente du comité des ministres du GAO.

Comme avantage pour le Togo, l'accroissement significatif des volumes de gaz livrés dans le Gao a permis de faire tourner la principale centrale thermique ContourGlobal de 100MW à pleine capacité au gaz naturel.

Le gaz est acheminé à travers le Gazoduc de la West African Gaz Pipeline Company Ltd (WAPCo). 

 

Last modified on mardi, 02 avril 2024 21:08

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires