n
Date du jour :

Aujourd'hui 287

Hier 358

Semaine 287

Mois 6583

Total 232992

M. Gatete, de la CEA, plaide en faveur d'une éducation axée sur les compétences pour le progrès technologique de l'Afrique

février 20, 2024 0 312

Addis-Abeba, 19 février 2024 (CEA) - " Nos conversations ne devraient pas seulement porter sur le nombre de personnes scolarisées, mais plutôt sur le nombre de personnes qualifiées ", a déclaré Claver Gatete, Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique (CEA).

S'exprimant lors de l'édition 2024 du Forum annuel des affaires de la CEA en Afrique (ABF2024), qui s'est tenu à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 19 février 2024, il a souligné l'importance de changer l'orientation de l'éducation pour aborder sa pertinence et son inclusivité à l'ère du numérique.

Avec des centaines de participants, y compris des représentants des gouvernements et du secteur privé de toute l'Afrique et d'ailleurs, ABF2024 a servi de foyer de discussion sur le pouvoir de transformation de la technologie et de l'innovation pour l'avenir du continent.

M. Gatete a souligné le potentiel de l'Afrique à devenir une puissance mondiale en matière de solutions grâce à des efforts concentrés dans les domaines de la science et de la technologie.

"L'investissement dans ces domaines est crucial pour la création d'emplois, la stimulation de la productivité et l'amélioration de la compétitivité", a déclaré M. Gatete, soulignant l'importance de l'intelligence artificielle (IA) et de l'apprentissage automatique en tant qu'outils essentiels pour relever les défis sociaux et économiques.

Tout en reconnaissant la croissance significative de l'accès au haut débit et la valeur du marché de l'argent mobile, qui s'élève à 836,5 milliards de dollars, M. Gatete a souligné que ces réalisations ne sont pas à la hauteur du vaste potentiel disponible. Il a soulevé des questions cruciales concernant la nécessité de combler le déficit de compétences numériques pour 650 millions de travailleurs d'ici à 2030 et de créer des millions d'emplois pour les jeunes Africains.

"Le potentiel de l'économie numérique africaine est énorme. Toutefois, pour réaliser ce potentiel, il faut combler les lacunes critiques en matière de compétences numériques, de production et d'utilisation de données, ainsi que d'infrastructures nécessaires", a-t-il ajouté.

Doron Avni, vice-président de Google pour les marchés émergents, a souligné le pouvoir de transformation de l'IA et son rôle potentiel dans la mise en place d'une croissance durable et inclusive en Afrique. Il a appelé à une éducation inclusive en matière d'IA et à des investissements gouvernementaux dans ce domaine, ajoutant que "faire de l'IA et construire de l'IA pour l'Afrique par l'Afrique" est quelque chose que Google soutient fermement.

Représentant le président nigérian au forum, le ministre d'État à l'éducation, Yusuf Tanko Sununu, a appelé à une approche radicale de l'éducation, déclarant : "Il est temps de sortir des sentiers battus si nous voulons réaliser la transformation que nous souhaitons". Il a souligné la nécessité d'intégrer la technologie dans les systèmes éducatifs.

Le ministre zimbabwéen de l'enseignement supérieur et tertiaire, des sciences et du développement technologique, le professeur Amon Murwira, s'est également fait l'écho de la nécessité d'une réforme de l'enseignement en Afrique. Il a plaidé pour que l'on passe d'un système qui produit de simples bavards à un système qui cultive des exécutants, en particulier dans les domaines de la technologie et des STIM, afin de garantir une industrialisation et une modernisation durables en Afrique.

Dans le même ordre d'idées, le ministre botswanais des communications, de la connaissance et de la technologie, Thulaganyo Merafe Segokgo, a souligné que la technologie et l'innovation ont le potentiel de stimuler de manière significative la transformation de l'Afrique tout en garantissant un avenir respectueux de l'environnement pour le continent. Il a noté que le Botswana a fait de grands progrès dans la construction d'une "infrastructure numérique qui ne laisse personne de côté".

Le forum a été un point de convergence pour les partenariats public-privé, avec des géants de la technologie comme Google menant la charge, illustrant les efforts de collaboration nécessaires pour réaliser l'Agenda 2030 pour le développement durable et l'Agenda 2063 : L'Afrique que nous voulons.

 

-Fin

Last modified on mardi, 20 février 2024 20:47

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires