n
Date du jour :

Aujourd'hui 394

Hier 591

Semaine 3258

Mois 394

Total 209199

45 journalistes tués dans le cadre de leurs fonctions dans le monde en 2023

décembre 14, 2023 0 384

Selon le bilan annuel établi par Reporters sans frontières (RSF), le chiffre des journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions, 45 au 1er décembre 2023, soit 16 de moins que l’an dernier (61).

C'est le plus bas depuis 2002, malgré la situation au Proche-Orient. À Gaza, depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, 13 journalistes au moins ont été tués dans le cadre professionnel, et 56 au total si l’on inclut les journalistes tués sans lien évident avec leur métier. Dans le monde, 521 journalistes sont derrière les barreaux pour des motifs arbitraires en relation avec leur profession (- 8,4 % par rapport à 2022).

En 2012 et en 2013, ils étaient plus de 140 à perdre la vie, du fait, principalement, des guerres en Syrie et en Irak.

La diminution progressive du nombre de tués dans le cadre de leurs fonctions ces cinq dernières années s’explique en partie par un renforcement de la sécurité des journalistes et la fin des pics meurtriers en Irak et en Syrie, où près de 600 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions entre 2003 et 2022. En temps de paix, c’est le renforcement des mesures de protection du travail journalistique à travers la législation notamment, tout autant que les mécanismes de lutte contre l’impunité, qui éclairent des bilans moins meurtriers.

54 journalistes sont retenus en otage dans le monde. Sur les 7 qui ont été enlevés cette année, 2 journalistes sont toujours en captivité : les journalistes maliens Saleck Ag jiddou et Moustapha Koné, pris en otage le 7 novembre au nord du Mali, à peine quelques mois après la libération du journaliste français Olivier Dubois dans la même région. Les autres journalistes toujours retenus en otage se concentrent en Syrie (38), en Irak (9), au Yémen (4) et au Mexique (1).

Le Mexique reste le pays qui comptabilise le plus de journalistes disparus dans le monde, soit 31 disparitions sur 84 au total. Toutes sont antérieures à 2023, à l’exception de celle du rédacteur en chef mexicain Juan Carlos Hinojosa Viveros, disparu le 6 juillet dernier. Plus globalement, l’Amérique latine est la zone qui comprend plus de la moitié des journalistes disparus (43) dans le monde. 

Depuis 1995, Reporters sans frontières (RSF) dresse le bilan annuel des exactions commises contre les journalistes, à partir de données précises établies entre le 1er janvier et 1er décembre de l’année de publication. Le décompte total du bilan 2023 intègre les journalistes professionnels et non professionnels, ainsi que les collaborateurs de médias. RSF “procède à une minutieuse collecte d’informations permettant d’affirmer avec certitude, ou du moins avec une très forte présomption, que la détention, l’enlèvement, la disparition ou la mort d’un journaliste est une conséquence directe de l’exercice de sa profession. Cette méthodologie peut expliquer des différences de statistiques avec celles d’autres organisations.

"Les 45 collègues que nous avons perdus à cause de la violence, cette année, nous rappellent les énormes sacrifices que les journalistes du monde entier continuent de faire dans l'intérêt public", a déclaré le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger. Et d’ajouter : "nous leur sommes encore redevables, ainsi qu'à des milliers d'autres qui ont payé le prix le plus lourd", considérant que "le seul honneur approprié, à la cause pour laquelle ils ont sacrifié leur vie, doit être la poursuite inlassable de la justice".

Last modified on jeudi, 14 décembre 2023 13:19

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires