n
Date du jour :

Aujourd'hui 324

Hier 603

Semaine 2499

Mois 12529

Total 299937

Les experts examinent les progrès et fixent des objectifs futurs pour faire avancer le commerce intra-africain

juin 28, 2024 0 216
La Commission économique pour l'Afrique (CEA) a organisé deux réunions d'experts à Douala du 19 au 22 juin pour évaluer la mise en œuvre du cadre de promotion du commerce intra-africain (BIAT) et pour examiner la 11e édition du rapport phare sur l'évaluation de l'intégration régionale en Afrique (ARIA-11).
Ces événements hybrides, organisés en collaboration avec la Commission de l'Union Africaine (CUA) et la Banque africaine de développement (BAD), ont rassemblé 30 experts de divers secteurs.
Le cadre du BIAT, adopté par l'Union africaine (UA) en 2012, se concentre sur sept groupes clés : la politique commerciale, la facilitation des échanges, la capacité de production, l'infrastructure liée au commerce, le financement du commerce, l'information commerciale et l'intégration des marchés de facteurs. Il vise à éliminer les obstacles au commerce, à renforcer la position commerciale de l'Afrique dans le monde et à promouvoir un développement socio-économique durable.
ARIA-11, dont le thème est "Réaliser la Communauté économique africaine : Vers une union douanière continentale et un marché commun", évalue les progrès de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et décrit les étapes à suivre pour parvenir à une union douanière continentale et à un marché commun.
Francis Ikome, chef de la section de l'intégration régionale de la division de l'intégration régionale et du commerce de la CEA, a souligné l'importance de l'intégration : "L'intégration est un outil politique essentiel pour la survie de l'Afrique dans un environnement mondial compétitif. La ZLECAf, avec son marché de plus de 1,3 milliard de personnes, offre des opportunités d'industrialisation, de valeur ajoutée et de transformation structurelle."
Les experts ont discuté de l'impact du BIAT sur les flux commerciaux intra-africains, notant une croissance de 13 % entre 2012 et 2022. Mundia Kabinga, maître de conférences à l'Université du Cap, a appelé à une analyse plus approfondie, tandis que Joseph Baricako, responsable des affaires économiques à la CEA, et Garth le Pere, de l'Université de Pretoria, ont respectivement mis en évidence les domaines à améliorer et les avantages de la facilitation du commerce.
La part de l'Afrique dans les exportations mondiales se maintient à 3 %, ce qui souligne la nécessité d'accroître le commerce intra-africain et l'industrialisation. Actuellement, les exportations et les importations intra-africaines sont respectivement de 17,8 % et de 14,6 %, soit beaucoup moins qu'en Europe et en Asie. M. Ikome et James Thuo Gathii, de la faculté de droit de l'université Loyola de Chicago, ont proposé des ajustements structurels et financiers pour combler cette lacune.
"L'Afrique est confrontée à de nombreux obstacles à l'intégration, notamment des problèmes d'infrastructure et de financement. Le cadre du BIAT vise à lever ces obstacles et à garantir un processus d'intégration sans heurts", a noté M. Ikome.
Les participants ont convenu de la nécessité de s'appuyer sur les structures existantes pour atteindre les objectifs d'un marché commun ou d'une union douanière. Les succès obtenus dans des régions telles que l'Afrique centrale et l'OHADA ont été soulignés, et ces conclusions seront reflétées dans le rapport ARIA-11.
Brian Mureverwi, conseiller principal en matière de commerce auprès de la CUA, a déclaré : "Le résultat de la première session est l'élaboration d'une nouvelle version du plan d'action du BIAT et d'un document-cadre, ARIA-11, qui sera présenté aux chefs d'État et de gouvernement de l'UA pour approbation.
Les participants ont également visité le Conseil national des chargeurs du Cameroun (CNCC), où Stephen Karingi, directeur de l'intégration régionale et du commerce de la CEA, a loué les efforts du Cameroun dans la mise en œuvre de la ZLECAf. M. Auguste Mbappe Penda, directeur général du CNSC, a souligné le rôle du Cameroun dans la promotion de l'intégration sous-régionale et du commerce intra-africain.
À l'issue des réunions, la détermination était claire : la voie de l'intégration économique de l'Afrique est pavée d'opportunités et de défis qui requièrent une action collective et des solutions innovantes. La CEA, la CUA, la BAD et la CNUCED, ainsi que les parties prenantes régionales et nationales, restent déterminées à favoriser la cohésion et la prospérité du marché africain. Prenant avantages des connaissances acquises et des partenariats renforcés au cours de ces réunions d’experts, le continent est mieux préparé à exploiter tout le potentiel de la ZLECAf, à stimuler le développement durable et à s'assurer une position concurrentielle dans l'économie mondiale.
-FIN-

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Horizon News est est une maison de presse en ligne et de communication spécialisée dans le journalisme , le reportage et la publicité.

Articles populaires