n
Date du jour :

Aujourd'hui 324

Hier 603

Semaine 2499

Mois 12529

Total 299937

Togo : A défaut des militants, les mineurs sont la cible de l'opposition pour les meetings

juillet 01, 2024 0 257

Dans une démarche qui suscite une profonde indignation, l’opposition togolaise semble avoir franchi une ligne rouge dans sa lutte contre la nouvelle constitution, en mobilisant des mineurs pour participer à ses manifestations.

Cette pratique, non seulement irresponsable mais aussi dangereuse, mérite d’être dénoncée avec la plus grande fermeté.

Premièrement, il est fondamental de rappeler que l'implication de jeunes mineurs dans des activités politiques hautement polarisées représente un risque majeur pour leur sécurité et leur bien-être. Les manifestations, souvent marquées par des tensions et des confrontations, ne sont pas des environnements adéquats pour des enfants.

L'opposition togolaise, en optant pour une telle stratégie, montre un manque flagrant de considération pour l’intégrité physique et morale des plus jeunes.

De plus, cette mobilisation de mineurs par l'opposition est d'autant plus répréhensible qu’elle semble être orchestrée avec la complicité tacite de certains médias internationaux qui en cachant et en ne dénonçant pas cette pratique contribuent également à normaliser une tactique profondément éthiquement répréhensible. En effet, utiliser des enfants à des fins politiques est une violation claire des droits les plus élémentaires de l'enfant.

Il est urgent que cette pratique soit non seulement exposée mais aussi condamnée sans réserve. Les acteurs internationaux, qu'il s'agisse des médias ou des organisations de défense des droits de l'homme, doivent intervenir et exiger un changement de comportement de la part de l'opposition togolaise.

La lutte pour ou contre une nouvelle constitution est un droit politique fondamental, mais elle doit se faire dans le respect des normes éthiques les plus strictes.

Dans un geste spectaculaire et controversé, l'opposition togolaise a franchi un seuil critique en se déclarant publiquement « ennemi de la République » lors d'une manifestation désastreuse et désertée à Akassime, le 30 juin 2024.

L'événement, qui se voulait un grand rassemblement de contestation, s'est avéré être un fiasco monumental, attirant à peine quelques âmes égarées ainsi que quelques mineurs regroupés.

Ce moment, qui se voulait historique, a plongé dans l'absurdité lorsque les leaders de l'opposition ont maladroitement tenté d'invoquer l'esprit de Thomas Sankara, le révolutionnaire iconique, en citant ses paroles hors contexte. Cette manipulation maladroite de l'héritage de Sankara n'a fait qu'accentuer le sentiment d'échec et de déconnexion entre l'opposition et les aspirations réelles du peuple togolais.

L'auto-proclamation en tant qu'« ennemi de la République » pourrait bien être une erreur stratégique irréversible pour l'opposition, qui semble perdre tout repère dans son combat politique, exposant un manque flagrant de cohérence et de vision.

Ce dramatique faux pas soulève des questions cruciales sur la légitimité et la direction future de l'opposition togolaise.

Alors que l'opposition se retrouve à un carrefour critique, il lui incombe de repenser profondément ses stratégies.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires