n
Date du jour :

Aujourd'hui 50

Hier 943

Semaine 2716

Mois 23182

Total 265534

DÉCLARATION DES FEMMES AGRICULTRICES POUR UNE MEILLEURE PRISE EN COMPTE DE LEURS BESOINS DANS L'AGRICULTURE IRRIGUÉE AU TOGO

mars 18, 2024 0 1094

 DÉCLARATION DES FEMMES AGRICULTRICES POUR UNE MEILLEURE PRISE EN COMPTE DE LEURS BESOINS DANS L'AGRICULTURE IRRIGUÉE AU TOGO

Placée sous le thème : « L’irrigation, un levier de renforcement de l’autonomisation économique des femmes rurales et de réduction des inégalités dans le contexte des changements climatiques ».                                                                                                         

Nous, Femmes agricultrices regroupées au sein du Collège National des femmes Agricultrices (CNFA) de la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de producteurs agricoles (CTOP), réunies ce 12 mars 2024 à l’hôtel Sarakawa, en marge de l’édition 2024 de la journée internationale de la Femme rurale (8 mars), à la Conférence sur la femme rurale et l’agriculture irriguée,

Réaffirmant le caractère pluvial de notre agriculture avec environ 6 200 hectares de terres irrigués soit à peine 0,5% de la superficie cultivée au Togo ;

Rappelant notre place et rôle dans le développement agricole du Togo où nous représentons la plus grande proportion d’actifs du secteur agricole et contribuons énormément au développement des communautés togolaises et intervenons activement dans le secteur agricole en produisant plus de 70% des denrées alimentaires ;

Conscientes de la vulnérabilité de nos exploitations face aux effets négatifs du changement climatique et des inégalités sociales qui limitent notre accès à la terre, aux intrants agricoles, aux ressources en eaux, aux solutions d’irrigation et autres technologies ;

Considérant les objectifs nationaux et internationaux de développement durable, d'égalité des genres et de renforcement de l'agriculture familiale dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l’Agriculture Familiale (DNUAF) auxquels le Togo a souscrit ;

Considérant les efforts du Gouvernement à travers l'adoption de politiques genre, de plans d'actions sectoriels et la validation récente du Schéma Directeur de l'Agriculture Irriguée 2023-2040, la mise en place de l’Agence de Transformation Agricole (ATA) dont l’irrigation constitue un des principaux chantiers ;

Considérant les appuis précieux des partenaires techniques et financiers aux côtés de l'Etat et de la société civile pour la promotion de l'irrigation et de la résilience climatique ;

Considérant également les initiatives innovantes et les bonnes pratiques existantes portées par nos organisations de productrices pour le développement des cultures irriguées ;

Saluons particulièrement toutes ces avancées enregistrées au cours de ces dernières années et remercions le Gouvernement togolais qui à travers les ministères notamment ceux en charge de l’agriculture, de l’environnement, de la promotion de la femme, de l’eau et de l’hydraulique, etc., développe des initiatives en faveur de la maîtrise de l’eau par le monde paysan et en particulier les femmes agricultrices ;

Malgré les efforts consentis en notre faveur, nous demeurons confrontées à d'importants défis sur le terrain. Il s’agit entre autres :

  • du coût élevé de la réalisation des ouvrages de mobilisation d’eau notamment des forages sur toute la grande partie du pays où la mobilisation des ressources en eaux souterraines est particulièrement difficile ;
  • du manque d'équipements (kits légers, pompes à faible coût) de qualité et adaptés aux besoins des femmes ;
  • de la mauvaise qualité de certaines solutions de pompage solaires proposées par les fournisseurs ;
  • de l’absence de subvention conséquence sur les équipements d’irrigation afin de réduire leurs coûts et accessibilité ;
  • du manque de financement spécifique pour l’acquisition d’équipements d’irrigation et l’acquisition d’autres facteurs de production ;
  • des difficultés d'accès au foncier agricole irrigué notamment dans les ZAAP, bas-fond, etc. ;
  • du coût prohibitif des intrants et de l'énergie pour le pompage ;
  • de l’insuffisance de formations et d'accompagnement technique en irrigation ;
  • les impacts du changement climatique exacerbant les pénuries d'eau. 

En conséquence, nous formulons les recommandations suivantes à l’endroit du Gouvernement et ses partenaires pour la période 2024-2028 :

  • Mettre en place des cadres politiques et juridiques visant à créer un environnement plus propice à l'irrigation ;
  • Elaborer et mettre en œuvre un programme national de promotion de l’irrigation au profit des femmes agricultrices ;
  • Aménager de nouvelles parcelles (y compris les ZAAP) dotées d’infrastructures hydrauliques dédiées aux exploitations féminines ;
  • Affecter au moins 40% de terres irriguées aménagées en priorité aux femmes ;
  • Mettre en place un plan de renforcement des compétences en irrigation au profit des femmes et des jeunes ;
  • Promouvoir les systèmes efficaces de pompage solaire des ressources en eaux ;
  • Subventionner et distribuer au moins 10 000 kits d'irrigation chaque année au profit des femmes ;
  • Mettre en place une facilité d'accès au crédit dédiée aux projets d’irrigation portés par les femmes à travers des programmes structurants, les agences gouvernementales ;
  • Appuyer la structuration des filières irriguées en circuits de commercialisation rémunérateurs en favorisant l’émergence de jeunes entrepreneurs dans le domaine d’’installation, la maintenance, la réparation des systèmes d’irrigation ainsi que la distribution de matériels d’irrigation. 

Nous, nous engageons pour notre part à :

  • Contribuer efficacement à la conception, la mise en œuvre et le suivi des projets et programmes de promotion de l’irrigation en notre faveur ;
  • Veiller à l’entretien et la bonne gestion des ouvrages et équipements de mobilisation de l’eau et d’irrigation mis en place et à venir au profit des femmes agricultrices dans nos localités respectives en développant des mécanismes de gestion participative ;
  • Renforcer notre collaboration avec les structures étatiques, les collectivités territoriales, les Organisations de la société civile, les agences et projets en cours et à venir, les Partenaires techniques et financiers, le secteur privé, pour l’identification et la mise en œuvre des meilleures solutions en faveur de l’agriculture irriguée ;
  • Créer des coopératives de services pour l'entretien des équipements et infrastructures ;
  • Sensibiliser nos membres sur les bonnes pratiques agricoles et développer la production de compost pour réduire les coûts d'intrants chimiques et la pollution des eaux ;
  • Partager des témoignages de réussite pour inspirer d'autres femmes et mener des campagnes de sensibilisation sur l'égalité de genre dans l'irrigation. 

Nous avons la détermination et le potentiel pour contribuer pleinement au développement de l'irrigation durable au Togo. Il est temps de concrétiser les promesses et d'investir massivement dans les femmes, moteurs de la transformation agricole de notre pays! 

Fait à Lomé, le 12 mars 2024

Les Femmes des Organisations de Productrices Agricoles

 

 

Last modified on lundi, 18 mars 2024 18:36

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires