n
Date du jour :

Aujourd'hui 326

Hier 358

Semaine 326

Mois 6622

Total 233031

Kumuslus Water : Créer de l’eau potable à partir de l’air et du soleil

décembre 14, 2023 0 712

La septième édition d’Emerging Valley, le rendez-vous de l’innovation entre l’Afrique et l’Europe, s’est déroulée fin novembre à The Camp à Aix en Provence.

Un événement où 118 startups africaines ont été présentées. CommodAfrica commence une série de portraits de ces entrepreneurs présents dans l’agriculture et l’énergie. Pour démarrer, rendez-vous avec Pierre-Alexis Daufresne, chief of staff Kumulus Water, une startup, créée en 2021  qui a développé une machine qui extrait l’humidité présente dans l’air pour la transformer en eau potable.

Quelle a été la genèse de Kumulus Water ?

 

L’idée est venue lors d’un voyage des deux co-fondateurs dans le désert tunisien où ils avaient prévu un voyage de 4 jours avec 10 personnes et pour cela ils devaient apporter environ 100 litres d’eau en bouteille plastique, ce qui est assez lourd en termes de logistique. Une fois sur place,  ils se sont rendus compte qu’il y avait de la rosée sur leurs tentes et voitures et même au sein du désert. C’est à ce moment la que l’idée a germé pourquoi ne pourrait-t-on pas utiliser cette eau présente naturellement plutôt que de l’apporter avec nous.

C’est sur ce principe que Kumulus a développé une machine qui permet d’extraire l’humidité de l’air.  La machine fait environ 1 m3 et pèse 60 kilos. En sortie elle permet de produire jusqu’à 30 litres d’eau potable par jour ce qui répond aux besoins de 10 à 15 personnes en termes de besoin en eau potable.

La machine a plusieurs briques. La première est de créer l’eau pour cela l’humidité de l’air va passer dans une chambre froide ; elle est refroidie via une énergie qui peut être une énergie solaire ou une autre forme il suffit de brancher la machine au réseau. La c’est le phénomène de condensation qui s’applique cela passe par différents filtres minéralisateurs et c’est la «  vraie valeur ajoutée » de la machine c’est de rendre l’eau potable.

Combien de temps prend le processus ?

Les deux facteurs de production c’est le niveau d’humidité et la température. A partir du moment où on a branché la machine au bout d’une heure nous avons les premières quantités d’eau.  Une fois qu’elle est produite elle est stockée  dans un bac où elle va continuer à circuler. Nous obtenons en moyenne 30 litres sur 24h00.

Quel type de clientèle visez-vous ?

La cible est plutôt du B2B, des hôtels, des bureaux, des écolodges, des usines … C’est surtout pertinent quand il n’y a pas de réseaux d’eau potable disponible ou de mauvaise qualité  ou avec des fuites qui fait que la fiabilité du système n’est pas assuré.

Le prix du litre d’eau produit à partir de votre machine est-il compétitif par rapport à une bouteille d’eau en plastique ?

Notre offre est pertinente à trois niveaux. En terme de prix, on cherche à être 20% à 50% moins cher au prix du litre sur le cycle de vie de la machine au litre d’eau produite. La machine est amortie comptablement sur 7 ans mais elle a une durée de vie de 15 ans. Deuxièmement en termes d’émission de Co2. Déjà on réduit les émissions de plastique. Les seuls intrants de la machine c’est un changement de filtres qui intervient tous les six mois, c’est très léger. Le cycle de carbone intervient au moment de la production ensuite c’est beaucoup plus léger. Et sur le cycle de vie de la machine, on réduit les émissions de C02 de 50%, nous avons obtenu la certification solar impulse efficient solution. Enfin, notre machine permet une réduction de la  logistique.

Où commercialisez-vous votre machine ?

Pour l’instant la majorité des ventes a été réalisée en Tunisie où Kumulus a un bureau en plus de celui de Paris avec un total de 18 personnes. Les deux cofondateurs sont Tunisiens. Une petite équipe commence à se développer en Espagne, qui est un marché assez prometteur.

Vous commercialisez vos machines en Europe ?

Oui nous avons obtenu le marquage CE qui permet de commercialiser nos machines en Europe. En France, nous avons déployé nos premières machines à la Fondation Carmignac sur l’Ile de Porquerolles et à un particulier à côté de Nice où il n’avait pas accès au réseau d’eau potable.

Pour l’instant on priorise, l’Afrique du Nord, Tunisie mais aussi Algérie et Maroc. Le pourtour méditerranéen côté Europe, sud de la France et Espagne. Et à terme il y a aussi la zone péninsule arabique, Arabie Saoudite, Égypte puis l’Afrique sub-saharienne même le Mexique … Les zones qui ont un problème de gestion de l’eau ne manquent pas.

Comment avez-vous financé le démarrage et le développement de Kumulus Water ?

Nous avons fait deux levées de fonds. Une première en 2022 d’environ 1 million d’euro, qui incluait une partie en non dilutif et ont vient de terminer un round de 1,2 million d’euros. Nous avons également des financements publics, gagné des concours avec le BRD, la GIZ,  et nous avons le soutien de la BPI. Nous sommes une société de hardware on a donc besoin d’investissements pour développer nos machines et nous sommes donc en recherche de financement.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous avons énormément de projets de R&D d’amélioration de la machine pour la rendre entièrement autonome en termes d’énergie, pour avoir une minéralisation contrôlée où le consommateur pourra définir directement la minéralisation qu’ils souhaitent et nous avons aussi tous les projets de maintenance (filtre, panne mécanique éventuellement). Et bien sur développer les ventes.

Last modified on jeudi, 14 décembre 2023 20:25

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires