Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 144 / Hier = 305 / Cette semaine = 2360 / Ce mois = 449 / Total = 4012094

Société

Société (2285)

Les questions relatives à la santé n’ont jamais été reléguées en arrière-plan au Togo dirigé par Faure Gnassingbé.

Dans le cadre de ses festivités des 30 ans d'existence en Afrique, CANAL+ ne finit pas de surprendre ses abonnés.

Aneho : ATELIER D’IDENTIFICATION DES BESOINS DANS LES COMMUNES TOGOLAISES POUR « UN ENREGISTREMENT SYSTEMATIQUE DES NAISSANCES »

Au Togo, le gouvernement accorde une attention particulière à la question de l’établissement des actes de naissance .Ainsi dans les 45 jours suivant la naissance d’un enfant sur le territoire national, celui-ci doit être déclaré à l’état civil afin qu’un acte de naissance soit établi en son nom.

Sur le volet institutionnel, un nombre de lois ont été votées à savoir : la loi n° 2009-010 relative à l’organisation de l’état civil au Togo et celle de juin 2012 portant modification de l'ordonnance n°80-16 du 31/01/1980 sur le code des personnes et de la famille qui  vise à renforcer l’égalité des citoyens et promouvoir une grande cohésion sociale mais aussi de réduire en matière de mariage et de succession, les discriminations basées sur le genre, d’assurer l’égalité constitutionnelle et de renforcer la conformité aux conventions internationales ratifiées par le Togo.

Institué par décret en décembre 2021, la gratuité dans la délivrance des certificats de naissance est effective au Togo depuis le 1er janvier 2022. 

S’agissant des documents de politique, le  Plan National de Développement (PND) 2018-2022 a été officiellement lancé en 2019. L’axe III de ce document de référence, vise à consolider le développement et à renforcer les mécanismes d’inclusion. Il s’agit pour le Togo, dans le cadre de la modernisation et de la réforme de son administration publique, de doter sa population d’un numéro d’identification unique (NIU).

L’UNICEF a appuyé le gouvernement pour accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale d’accélération de l’enregistrement des naissances dont la feuille de route a été validée en août 2020. L’UNICEF participe activement au groupe de travail interagences/société civile mis en place par le PNUD en appui au gouvernement pour la coordination et les synergies d’action dans le domaine de l’état civil.

Dans la suite logique de ces activités menées, l’OIF/REPAO-DAPG, en collaboration avec la  Faitière des Communes du Togo (FCT),  a organisé un atelier de deux jours les 13 et 14 juin 2022 à Aného sur l’identification des besoins dans les communes togolaises pour « un enregistrement systématique des naissances ».

L'objectif d'une telle rencontre vise à partager les expériences sur la gestion des faits d’état civil dans les communes togolaises.

La rencontre a permis aux acteurs impliqués d'identifier les besoins en matière de gestion des faits d’état civil au sein des communes, d'amener les acteurs internationaux et de la société civile, mobilisés sur le sujet dans le pays à mieux s'impliquer sur le sujet, d'identifier le rôle potentiel que l’OIF et les acteurs de la Francophonie pourraient jouer, en complémentarité, de vulgariser le Guide, la mobilisation de la Francophonie et les expertises disponibles au sein des acteurs de la Francophonie, de susciter un intérêt et donc une éventuelle saisine de l’OIF par les Autorités togolaises et la définition d’un projet de la Francophonie dans le pays.

"Sur le terrain, on constate que certaines femmes accouchent à la maison mais ne viennent pas pour déclarer les nouveaux nés. D’autres font bien les consultations prénatales mais au moment d’accoucher, compte tenu de certaines considérations sociales, elles refusent d’accoucher à l’hôpital. D’autres encore accouchent à l’hôpital, viennent déclarer les enfants mais ne viennent pas retirer l’acte de naissance. Des piles d’actes de naissance sont dans le cas au niveau du service des états civils. L’autre constat, c’est que les parents déclarent leurs enfants, viennent récupérer l’acte mais n’en prennent pas soin. Pour se présenter au premier examen, les enfants souffrent. Cette situation est accompagnée du fait qu’à l’état civil, il arrive que les pièces ne sont pas bien conservées à cause des termites, des moisissures et des intempéries, étant donné qu’elles sont physiques", a indiqué Mme Touni KOUBONOU ATIOTA, maire de Doufelgou 2, représentant la présidente de la FCT.

« Au sein de l’espace francophone, plus d’une quinzaine d’Etats membres peinent à atteindre le seuil des 75% de taux d’enregistrement des enfants de moins de 5 ans. Pourtant, a-t-elle souligné, le défaut d’enregistrement à l’état civil entraine des conséquences sur plusieurs niveaux »,

a souligné Mme Mai Hoang Thi Tran, Représentante-résidente pour l’Afrique de l’ouest de l’OIF.

L’acte de naissance est un des documents les plus importants, sinon le plus important, dans la vie d’une personne. C’est le document qui identifie un enfant par son nom légal, qui établit sa citoyenneté et qui établit également sa filiation, c’est-à-dire son appartenance à sa famille. Il sert de base pour confirmer son identité.permis ieux

« Sur le plan collectif, la non-reconnaissance du droit à l’identité affecte durablement les politiques publiques, que cela soit en matière de santé, d’emploi ou d’éducation puisque l’Etat ne dispose pas de données exhaustives et actualisées de sa population; Sur le plan individuel, il y a inexistence juridique totale et exclusion sociale qui touchent plus sensiblement les femmes, a-t-elle ajouté. Elle a fait remarquer que 160 millions d’enfants de moins de 5 ans ne sont pas déclarés dans le monde. Dès les années 2010, l’OIF a initié son plaidoyer et ses actions en faveur d’un état civil fiable, en lien avec les fichiers électoraux et la protection des données personnelles. En 2019, elle a décidé de hisser la thématique de l’état civil au rang de ses priorités », a-t-elle conclu.

Pour un enregistrement des naissances gratuit et universel en Afrique. Plus de 50 % des enfants africains n'ont pas d'identité légale ; les gouvernements africains sont invités à supprimer les frais d'enregistrement des naissances, à prolonger les délais et à numériser les processus d’enregistrement civil.

Le droit à une existence légale est le premier droit de tout être humain sur la planète. Cette existence légale déclenche le droit à la santé, à l'éducation, à la protection contre les abus et l'exploitation. Le droit à une identité légale est concrètement incarné par un document crucial, l'acte de naissance, qui établit le nom et la filiation de l'enfant.

L'existence légale n'est pas seulement au cœur de tous les droits, elle est aussi la capacité pour une nation et son gouvernement de concevoir et de contrôler tous les services de base. Malgré l'importance palpable de cette reconnaissance officielle cruciale de l'existence, en Afrique, plus de la moitié des enfants sont privés de ce droit fondamental, et donc de leur capacité à jouir pleinement de leurs droits humains. Les statistiques montrent que le continent a fait des progrès en matière d'enregistrement des naissances au cours des dernières décennies.

Toutefois, compte tenu de la croissance rapide de la population, des projections inquiétantes montrent que le nombre d'enfants non enregistrés à la naissance continuera d'augmenter et devrait dépasser les 100 millions d'enfants d'ici 2030 si aucune mesure immédiate n'est prise pour garantir que chaque enfant ait une identité légale.

Jean-Marc EDRON

Le Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN), a organisé du 23 mai au 02 juin 2022 une série d'ateliers de restitution des résultats et recommandations de l’évaluation des Comités Locaux de Paix (CLP).

 

 

 

Au-delà des divertissements par ses bouquets, Canal+ œuvre à garantir la propreté et assurer un cadre de vie meilleure aux populations en tenant compte des impératifs environnementaux.

Les responsables des Instituts de Formation en Alternance pour le Développement (IFAD) ont officiellement lancé lundi 13 juin 2022 à Lomé au cours d'une conférence de presse, le recrutement des apprenants pour le compte de l'année scolaire 2022-2023.

Le Président de la République Togolaise Faure GNASSINGBÉ, président du parti politique Union pour la République (Unir), a soufflé le 6 juin 2022, une bougie de plus.

Le Togo a consacré d’importantes ressources financières à la modernisation des infrastructures routières. Entre 2010 et 2018, ce sont 741 milliards de francs CFA qui ont été investis. Dans cette politique de développement routier, l’Etat n’a pas perdu de vue les pistes rurales. Le Programme d'appui aux pistes rurales (PAPR II) en est la preuve vivante.

Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé fait de l’accès universel à l’énergie, l’eau et l’assainissement l’un des objectifs majeurs de son quinquennat. Les deux dernières années ont été marquées par la succession des projets allant dans ce sens pour garantir un mieux vivre aux populations.

Après l’effort, le réconfort. Ces mots illustrent bien la nécessité d’un temps de repos ou de distraction à la suite d’une longue période de travail. Chaque année, les apprenants togolais profitent des congés et des vacances après la fin des cours et des examens de fin d’année. Seulement, ils ne mettent pas vraiment à profit ces temps de pause. La création des "Vacances utiles et citoyennes" (VUC) a renversé la situation.