Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 208 / Hier = 332 / Cette semaine = 745 / Ce mois = 4670 / Total = 3997782

lundi, 25 juillet 2022 18:45

La CEA affirme que la plateforme d'approvisionnement en commun, ATEX, peut aider à atténuer l'impact de la hausse des prix des produits de base en Afrique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Addis-Abeba, 21 juillet 2022 (CEA) - Dans le cadre de sa série régulière de dialogues sur la surveillance des prix, le Centre africain pour la statistique (CAS) de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) a organisé, le 21 juillet, un dialogue politique sur l'impact du conflit Ukraine-Russie sur les prix des produits de base et des denrées alimentaires en Afrique.

 

Dans son allocution de bienvenue, Oliver Chinganya, directeur de l'AEC, a déclaré : "Au cours des deux dernières années, l'Afrique a été frappée par des chocs exogènes qui sapent ses rêves de prospérité. Les hausses de taux d'intérêt, l'augmentation des coûts d'emprunt, l'affaiblissement des devises et le resserrement des conditions de financement au niveau mondial ont eu des conséquences désastreuses sur la marge de manœuvre budgétaire des pays à revenu faible et intermédiaire."

La hausse des prix à la consommation, en particulier des prix des denrées alimentaires, accroît les pressions inflationnistes. Des articles essentiels comme les huiles, les graisses et les légumes ont augmenté de près de 10 % au Maroc, tandis que le prix des aliments de base comme l'huile de cuisson et le blé a augmenté de près de 50 % au Kenya. Ainsi, pour faire face aux turbulences du marché, les nations ont cherché à répercuter les coûts sur les consommateurs et à solliciter une aide extérieure. L'augmentation du coût des aliments expose les populations vulnérables à un risque accru d'insécurité alimentaire. La CEA estime que la crise alimentaire pourrait encore réduire la marge de manœuvre budgétaire de l'Afrique de 7 % du PIB en moyenne.

Le double choc provoqué par la crise Ukraine-Russie et la conjoncture mondiale menace de déclencher une troisième crise de la dette en Afrique. La hausse des taux d'intérêt et le resserrement des conditions financières limitent la marge de manœuvre budgétaire des gouvernements alors que des dépenses supplémentaires sont nécessaires.

Par conséquent, la CEA aide les États membres à réduire la gravité de la crise alimentaire par le biais de la Plateforme d'échange commercial de l'Afrique (ATEX). L'ATEX est un marché d'approvisionnement commun, qui a le potentiel de renforcer la résilience économique de l'Afrique.

"La plateforme peut atténuer les chocs d'approvisionnement en mettant en commun et en agrégeant la demande et l'offre de l'Afrique pour permettre la négociation de prix compétitifs et faciliter la livraison de produits de base essentiels à des prix abordables tout en stimulant le commerce régional", a expliqué Wafa Aidi, économiste à la CEA.

Le webinaire a examiné d'autres solutions pour contrer une troisième crise de la dette en Afrique, notamment la nécessité pour les pays africains de donner la priorité à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine, de soutenir la production agricole et d'améliorer la résilience des systèmes agricoles. Pour faire face au resserrement de la marge de manœuvre budgétaire, il est nécessaire d'alléger immédiatement le service de la dette et de renoncer aux surtaxes, en particulier pour les pays ayant contracté des emprunts importants. Une autre recommandation portait sur la nécessité de remodeler le quota de DTS en augmentant la part allouée aux pays en développement et en déclenchant une libération automatique de DTS adéquats en cas de crise ; et de prolonger le DSSI jusqu'en décembre 2023 avec des paiements d'intérêts différés.

Le ministre des finances et de la planification économique du Rwanda, Uzziel Ndagijimana, a ajouté à la discussion en suggérant les réponses à plus long terme qui sont également nécessaires, "Covid-19 et le conflit Ukraine-Russie nous ont pris au dépourvu. Il est temps pour l'Afrique de s'engager dans des transformations structurelles - pour développer et investir dans ses infrastructures, sa production agricole, son capital humain et son commerce régional."

La prochaine session du dialogue politique en ligne organisé par la CEA aura lieu dans trois mois.

Lu 97 fois Dernière modification le lundi, 25 juillet 2022 19:12

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.