Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 153 / Hier = 249 / Cette semaine = 600 / Ce mois = 8615 / Total = 3983440

mercredi, 15 juin 2022 22:16

Genève : L’Afrique et la Chine vont soutenir les premières réformes de l’OMC depuis sa création

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
crédit photo: WTO/Jay Louvion crédit photo: WTO/Jay Louvion

La création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) le 1er janvier 1995 a marqué la plus grande réforme du commerce international notamment, le commerce des marchandises, des services et la propriété intellectuelle.

 

Ces dernières années, la question de la réforme de l'OMC a été soulevée par les Membres dans le cadre de divers organes de l'Organisation, nombre d'entre eux reconnaissant la nécessité d'actualiser des règles qui ont été écrites.

Le sujet des réformes de l’OMC fait partie des sujets inscrits à la 12è conférence des ministres du commerce (MC12) du 12 au 15 juin 2022 au siège de l’institution à Genève (Suisse) où tous les membres unanimement souhaitent les modifications des textes.

«Il est clair que nos fonctions essentielles de surveillance, de négociation et de règlement des différends n'ont pas évolué d'une manière qui tienne compte de l'évolution économique et technologique rapide de notre époque (...). Notre approche de la prise de décision par consensus, bien que démocratique et égalitaire - des qualités à saluer - conduit souvent à une impasse, car un seul membre peut bloquer ce qui pourrait être un bon accord soutenu par beaucoup. Nous devons réfléchir sérieusement à la manière de moderniser notre fonction de négociation et d'innover de nouvelles approches tout en améliorant les approches existantes (…). Il faut moderniser l’institution pour faire face aux nombreux défis du monde », a déclaré la Directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala à l’ouverture de la MC12.

 Parmi les principales réformes sont inscrites l’amélioration du respect par les 64 Membres des obligations en matière de transparence, l’un des principaux piliers du système de l’Organisation, le règlement des différends, la prise en compte des Pays en voie de développement, le consensus dans les négociations.

La Chine va soutenir la réforme et la croissance inclusive au sein de l’OMC, mais aussi défendre la cause des droits légitimes des pays en développement, de façon à ce que le système de commerce multilatéral puisse jouer un rôle plus important dans la réponse aux défis mondiaux et la facilitation de la relance économique post-Covid.

« La Chine va apporter une contribution active à la MC12 et soutenir la réforme de l’OMC dans la bonne direction. Le pays va également soutenir le renforcement du statut de l’OMC en tant que canal principal pour la création des règles internationales », a expliqué le Ministre chinois du Commerce Wang Wentao.

Selon Li Chenggang, ambassadeur de Chine auprès de l'OMC, les membres de l’OMC sont engagés dans des consultations intensives sur l’exemption des droits de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19, la réponse économique, les subventions accordées au secteur de la pêche, l’agriculture, la sécurité alimentaire et d’autres sujets. 

Au cours de ces dernières années, l’organe d’appel dans le cadre du mécanisme de règlement des différends de l’OMC a notamment été suspendu et l’autorité et l’efficacité de l’OMC ont été gravement menacées. La réforme de l’OMC est impérative et nous devons veiller pour que tous les membres respectent les règles établies. La chine a des divergences avec les autres puissances économiques notamment les Etats Unis mais dans le cadre bilatéral, les deux pays s’attendent pour des échanges constructifs, et cela sera valable aux réformes qui seront faites. Les membres s'efforceront de parvenir à un consensus sur le lancement des discussions sur la réforme  », a indiqué Li Chenggang face à la presse le 14 juin à Génève.

Face aux difficultés qui doivent être traitées d'une manière systématique, transparente et inclusive par tous les Membres, les pays africains membres de l’OMC apportent leur soutien à la réforme de l’institution.

 « Nous reconnaissons les difficultés institutionnelles auxquelles l'OMC fait face, notamment les déséquilibres dans les règles qui ont eu une incidence sur les Membres, en particulier les pays en développement, y compris les pays les moins avancés, pour ce qui est d'élaborer effectivement des règles ou d'influer sur la prise de décisions à l'OMC (…). Prenant note des appels à la réforme de l'OMC, nous réitérons notre engagement à parvenir à une communauté de vues grâce à un dialogue multilatéral, sur les difficultés institutionnelles que les Membres s'efforcent de surmonter dans la fonction de règlement des différends, la fonction de négociation, le suivi et la mise en oeuvre. À cet égard, nous souscrivons au lancement d'un examen au Conseil général qui visera à identifier les difficultés institutionnelles auxquelles le système multilatéral est confronté sur la base des communications écrites des Membres. L'examen visera des mesures destinées à faciliter la participation inclusive, pleine et entière des pays en développement, y compris des pays les moins avancés, au système commercial multilatéral et à ses processus de prise de décisions, et à rééquilibrer les règles commerciales inéquitables issues du Cycle d'Uruguay. Il préservera aussi la marge de manoeuvre dont les pays en développement ont besoin pour leur transformation structurelle, leur industrialisation et leur reprise économique », indique le Groupe africain dans une déclaration ministérielle publiée le 14 juin 2022 à Genève.

Pour la première fois depuis plus de 05 ans, les 164 ministres du Commerce des pays membres de l'Organisation sont réunis.

Lu 103 fois Dernière modification le mercredi, 15 juin 2022 22:28

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.