Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 149 / Hier = 305 / Cette semaine = 2365 / Ce mois = 454 / Total = 4012099

lundi, 23 mai 2022 14:59

Le Vivre-ensemble au Togo passe par l’indemnisation des victimes sociopolitiques

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sur le chemin de la lutte pour la cohésion nationale au Togo, se trouve le Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (Hcrrun).

 

A travers ce véritable instrument de réparation mis en place, des opérations d’indemnisation des victimes sont lancées chaque année depuis 2017 pour apaiser le cœur des Togolais ayant subi des violences sociopolitiques, sur la période de 1958 à 2005.

Le processus d’indemnisation des victimes engagé par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé s’inscrit dans la droite ligne de sa politique de réconciliation nationale et de développement socioéconomique. Près de 35 000 personnes au total ont été recensées sur l’étendue du territoire afin de leur apporter réconfort et soulagement.

Quatre étapes en quatre années

Les cibles sont indemnisées en 04 étapes de 2017 à 2021. Entre ces années, toutes les régions et préfectures ont été touchées dans le pays. Ainsi, la réparation a été faite pour 20 278 victimes. Pour la première étape, 2 510 victimes ont pu être indemnisées financièrement dans 14 villes.

La deuxième étape a enregistré 5 150 victimes dans 09 villes du pays. Ensuite, la troisième étape a permis de toucher 5 608 victimes de 09 villes. Enfin, la quatrième étape qui s’est déroulée sur l’année 2020-2021, a pris en compte 7 010 victimes de 20 villes.

En termes de coût des opérations, environ 19 milliards de francs CFA ont été mobilisés par l’Etat depuis 2017. Ce montant englobe les indemnisations individuelles et plusieurs autres indemnisations dans le cadre des réparations communautaires et collectives. La quatrième étape elle seule a coûté plus de 05 milliards pour le compte des indemnisations financières.

Prise en charge psycho-médicale

Les indemnisations sont également psycho-médicales et touchent les victimes dites vulnérables, portant des séquelles physiques et morales. Ce volet d’indemnisations prend en charge des victimes qui bénéficient non seulement des soins médicaux et psychologiques, mais aussi d’une indemnité, avec un bon taux de satisfaction des bénéficiaires chaque année.

On peut aussi évoquer l’inauguration de la fontaine de la réconciliation en décembre 2021 à Barkoissi (préfecture de l’Oti), le démarrage de la construction d’un CMS, d’un bâtiment scolaire et des latrines. Quant aux victimes à indemniser, environ 15 000 personnes sont en attente.

Lu 311 fois Dernière modification le lundi, 23 mai 2022 15:15

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.