Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 68 / Hier = 325 / Cette semaine = 2675 / Ce mois = 9251 / Total = 3928336

vendredi, 14 janvier 2022 13:48

Ghana : Nana Akufo-Addo lance officiellement le PAPSS pour économiser plus de 5 milliards $ à l’Afrique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Système panafricain de paiement et de règlement (Papss) est officiellement lancé le 13 janvier 2022 à Accra (Ghana) par Nana Akufo-Addo, le président ghanéen, président en exercice de la CEDEAO en présence du Prof. Benedict Oramah, président du conseil d’administration de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), de Wamkele Mene, secrétaire général de la Zlecaf, de l’ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo, de Issoufou Mahamadou, leader et champion de la ZLECAF.

 

Le Papss est entré en vigueur depuis septembre 2021, et d’après son directeur général Mike Ogbalu, ce système devrait donner un nouvel élan aux entreprises pour qu’elles se développent plus facilement à travers l’Afrique, en éliminant essentiellement les frontières qui avaient été balkanisées.

« L’absence d'un système de paiement efficace nuirait au commerce entre les 55 pays de la ZLECAf, étant donné les différents systèmes financiers et plus de 40 devises sur le continent. Un continent prospère est un continent commercial ; un continent qui construit et conserve la richesse de ses biens et services », a-t-il déclaré.

Le Papss permettra d’économiser plus de 5 milliards de dollars américains en coûts de transaction de paiement chaque année et stimuler la croissance du commerce intra-africain. L’utilisation des devises locales en réduisant le besoin de dédouanement et de règlement des paiements offshore sera un atout pour le continent.

Un instrument qui devra réduire les coûts et la durée des paiements transfrontaliers en éliminant les frontières financières intra-africaines pour relier les marchés africains.

Le PAPSS, qui a été piloté avec succès dans les six pays membres qui composent l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), éliminera les frontières artificielles qui ont divisé le continent et l'ont privé d'une prospérité partagée.

Selon prof. Benedict Oramah, avec l'introduction de PAPSS, cela signifie qu'un producteur de chocolat en Afrique du Sud peut désormais acheter et payer pour les fèves de cacao du Ghana sans les tracas d'une monnaie tierce.

« Nous commencerons à renforcer les monnaies africaines et à améliorer leur convertibilité régionale. Le PAPSS servira également d'outil supplémentaire pour la gestion de la politique monétaire pour la plupart des pays africains. C'est pourquoi, dès le départ, Afreximbank prévoit de soutenir le système avec une facilité de découvert de 3 milliards de dollars américains aux banques centrales africaines et à d'autres partenaires directs. Cette facilité fournira des ressources aux banques centrales et à d'autres partenaires pour les règlements et la compensation en apportant stabilité et crédibilité », a déclaré Prof. Oramah.

Par ailleurs, le PAPSS vise à rendre le commerce intra-africain plus attrayant, à améliorer la liquidité en bourse et à soutenir l'intégration économique du continent.

Afreximbank va nouer des relations avec au moins 500 banques africaines en leur fournissant des lignes de crédit par le biais d'un fonds de soutien visant à atteindre la finalité commerciale, basée sur le volume des échanges, au niveau des pays.

L’institution financière prévoit accorder des lignes de crédits allant jusqu'à 8 milliards de dollars américains à ces banques partenaires. Actuellement, de 2 milliards de dollars américains, le PAPSS accéléra davantage les opérations financières.  

Ce lancement est placé sous le thème : “Connecter les paiements, accélérer le Commerce de l’Afrique”.

Lu 92 fois Dernière modification le vendredi, 14 janvier 2022 14:48

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.