Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 88 / Hier = 325 / Cette semaine = 2695 / Ce mois = 9271 / Total = 3928356

mercredi, 01 décembre 2021 16:17

Atakpamé : Les rencontres de Youth Panel ont changé le quotidien et les aspirations de Grâce FAGNIBO

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Des années de mobilisation de la société civile et des mouvements des femmes ont placé l'élimination de la violence basée sur le genre en haut de la liste des priorités nationales et internationales.

 

Un nombre de pays sans précédent dispose de lois contre la violence domestique, les agressions sexuelles et les autres formes de violence. Toutefois, il reste bien des défis à relever pour faire appliquer ces lois afin que les femmes et les filles puissent jouir de la sécurité et de la justice. Les initiatives de prévention sont insuffisantes, et les actes de violence restent bien souvent impunis.

Avec sa peau et ses cheveux blancs brillants, Grâce FAGNIBO dont la tranche d'âge se situe entre 12 et 16 ans, est confrontée à de nombreux problèmes. Elle est facilement repérables et doit supporter les regards insistants des gens. Mais surtout elle est victime de discriminations et de harcèlement. Elle est sujet à toutes sortes de violences.

J’aime beaucoup être au centre avec mes camarades du Youth Panel d'Atakpamé car depuis que j'ai intégré le groupe, je me sens plus en confiance. J'ai souvent le cafard quand je suis à la maison toute seule, explique Grâce. « Mes camarades du Youth Panel sont très importants pour moi. »

Grâce a de grandes aspirations et veut devenir un jour, un médecin.

"Je suis heureuse quand les gens me traitent bien et ne me persécutent pas. C'est cette ambiance qui règne au sein des membres du Youth Panel d'Atakpamé. D'où j'aime passer plus de temps avec mes camarades au centre des ambassadeurs de Vie, que d'être à la maison", a-t-elle souligné.

"Même si les moqueries peuvent parfois attaquer mon moral, ma famille et mes amis arrivent toujours à me redonner le sourire. Ils sont même plus énervés que moi dans certains cas", a témoigné Grâce.

Selon Grâce, l'évaluation de la lutte contre les violences faites aux femmes ne s’améliore pas assez vite et les discriminations envers les personnes qui ne rentrent pas dans les critères prédéfinis par la société sont encore trop présentes. Sans vouloir parler de « double peine », être une jeune fille ou femme et être albinos, me motive à vouloir faire changer les choses. Pour moi, être soi-même veut dire qu’il faut faire ce qui est nécessaire pour s’accepter et être prêt à se sacrifier pour lutter contre tous types de stéréotypes. J’ai conscience que c’est facile à dire, mais je pense que si on arrive à s’entourer des bonnes personnes, ça parait tout de suite plus simple. »

Il est à noter que Plan International Togo travaille avec des enfants handicapés ou non, pour faire valoir leurs droits.  Elle intervient dans les domaines de l'accessibilité et la qualité de l'éducation, des systèmes de protection de l'enfance, des mesures de prévention des catastrophes pour les enfants handicapés et non ( inclusion sociale). Elle renforce également les groupes et les réseaux locaux qui travaillent pour promouvoir les intérêts des groupes marginalisés et vulnérables, exemple du Youth Panel d'Atakpamé.

Malgré les problèmes auxquels elle est confrontée, Grâce, tout comme les autres semblables à elle, ont des rêves et des aspirations comme la plupart des autres enfants du monde entier.

 

Jean-Marc EDRON.

Lu 132 fois Dernière modification le mercredi, 01 décembre 2021 16:26

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.