Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 57 / Hier = 506 / Cette semaine = 3212 / Ce mois = 2206 / Total = 3906751

vendredi, 19 novembre 2021 01:25

Commerce intra-africain : Le président Obasanjo plaide pour la création d’une marque Made In Africa aux produits africains

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

(Durban, le 18 novembre 2021) : A la Foire commerciale intra-africaine 2021 (IATF2021), l'ancien président nigérian Olusegun Obasano a appelé à la création d'une marque emblématique Made-in-Africa qui favorisera le commerce intra-africain et dynamiser l'exportation internationale des produits africains.

 

S'exprimant lors d'une session de conversation qui a marqué le point culminant de la journée, le chef Obasanjo a déclaré à l'auditoire qu'avoir une marque Made in Africa insufflerait un sentiment de fierté dans chaque pays africain.

Il a déclaré que l'AfCFTA s'efforçait de supprimer les divisions provoquées par le colonialisme, où l'Afrique avait été divisée en régions sur la base des langues des colonisateurs. Selon lui, la vision partagée des participants à l'IATF2021 et des commerçants à la foire commerciale est ce qui donnera vie à l'AfCFTA.

« J'ai été impressionné par l'interaction des personnes à l'IATF. Les gens travaillent ensemble, et cela crée un environnement dans lequel des miracles peuvent se produire », a déclaré le chef Obasanjo.

Plus tôt, lors d'une séance matinale sur « l'intégration des fabricants africains dans les chaînes de valeur régionales et mondiales », Gwen Mwaba, directrice et responsable mondiale du financement du commerce d'Afreximbank, a déclaré que l'Afrique avait une abondance d'idées mais n'avait souvent pas le savoir-faire pour les convertir en entreprises viables et rentables, entraînant une perte de propriété intellectuelle.

Décrivant le défi à trois volets, Mme Mwaba a déclaré : « Les Africains ont une pléthore de bonnes idées qui ne sont pas suivies d'effet. Pour celles qui sont suivies, les bonnes idées ne sont pas soutenues ; et les quelques bonnes idées qui sont suivies et soutenues ne sont souvent pas rigoureusement maintenues.

Elle a suggéré l'utilisation de l'éducation pour relever le défi de la propriété intellectuelle en Afrique, affirmant que les idées commerciales résultantes pourraient être exploitées et avoir une chance de réussir avec le soutien disponible d'Afreximbank.

Mme Mwaba a ajouté que l'Afrique avait besoin de plus de zones de développement industriel, construites par le secteur public, où les coûts de production et de fabrication étaient réduits, et plusieurs pays pourraient combiner leurs forces industrielles pour atteindre des objectifs communs.

« En tirant parti de modèles de collaboration multi-pays innovants, les pays africains peuvent commencer à fabriquer et à exporter des produits vers le reste du monde », a-t-elle exhorté. "L'Asie a réussi avec succès avec des marques telles que Hyundai, dont les composants des véhicules sont fabriqués et assemblés par différentes entités, toutes travaillant pour tirer parti de leurs capacités individuelles."

Dans sa contribution, Ebenezer Tafili, directeur adjoint, Renforcement des capacités, à l'Organisation mondiale des douanes, a déclaré que le type d'environnement opérationnel nécessaire pour permettre aux idées de l'Afrique de s'épanouir et de tirer parti de l'accord de libre-échange était celui où la volonté politique de chaque pays correspondait à sa potentiel de croissance de son secteur manufacturier.

"La ZLECAf a besoin d'une volonté politique pour soutenir son succès, ce qui nécessite des partenariats public-privé pour assurer la viabilité", a-t-il déclaré. "Sans une stratégie pour changer de politique et permettre plus de fabrication et d'industrialisation, l'idée que les Africains ne sont que des consommateurs et non des producteurs continuera d'exister."

Organisé par Afreximbank en collaboration avec l'Union africaine et le Secrétariat de l'AfCFTA, l'IATF2021 de sept jours fournit une plate-forme pour promouvoir le commerce dans le cadre de l'AfCFTA et présente plus de 6 000 acheteurs, vendeurs et autres parties prenantes participant au partage d'informations sur le commerce, les investissements et le marché ainsi que des solutions de financement du commerce et de facilitation du commerce conçues pour soutenir le commerce intra-africain et l'intégration économique de l'Afrique.

L'IATF2021 prend fin le 21 novembre 2021.

Lu 102 fois Dernière modification le vendredi, 19 novembre 2021 01:31

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.