Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 26 / Hier = 461 / Cette semaine = 487 / Ce mois = 26022 / Total = 3875194

mercredi, 16 juin 2021 17:14

Entretien Exclusif avec SEGBEFIA Kossi Prince (SKP): « Je continue par travailler en toute sérénité»

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La saison de football 2020-2021 est terminée depuis quelques semaines. De retour à Lomé après une saison avec le club Turc Tuzlaspor (2ème division), l’International togolais Ségbefia Kossi Prince (SKP), milieu de terrain a accordé un entretien à notre rédaction pour se prononcer sur sa saison et bien d’autres questions.

 

Bonjour Ségbefia Kossi Prince (SKP)

 Bonjour à toutes et tous, coucou spécial aux amoureux du football et plus particulièrement à mes fans.

 

Comment allez-vous ?

Je vais bien par la miséricorde divine comme vous pouvez le constater alors, je rends gloire à DIEU.

 

 Vous êtes en vacances à Lomé après une saison à Tuzlaspor, parlez-nous un peu de votre saison ?

J’ai eu une saison pas mal avec des hauts et des bas avec mon nouveau club. Mais vu que l’objectif de mon club, qui est le maintien, est effectif, alors en gros je suis satisfait et content.

 

Le Coronavirus avec son lot de conséquences a contraint les dirigeants du football à opter pour les matchs de football à huit clos. Quelle différence y a-t-il entre jouer avec ou sans public ? Cela a-t-il des incidences sur les prestations d’un joueur ?

Oui avec l’apparition du Coronavirus, l’ambiance au stade n’est plus la même de par le monde mais à partir du moment où il y a un ballon sur le terrain, nous faisons notre travail comme il se doit et on s’attelle à le faire très bien même si le public, ce 12ème homme en milieu sportif est un vrai coup de pousse quand il accomplit bien sa tâche.

 

Votre meilleur souvenir au cours de cette saison bouclée avec Tuzlaspor ?

Mon meilleur souvenir à titre personnel est le but que j’ai marqué à la dernière journée. Un coup de sombrero réalisé sur un adversaire au niveau du rond central et après j’ai fait pratiquement 50 mètres de courses avec le ballon avant de se faire fauché dans la surface de réparation occasionnant un penalty. J’ai pris la responsabilité alors que nous étions menés au score 1 but à 0 et j’ai égalisé en prenant à contre-pied le goal.

 

Pour un joueur de football professionnel comme vous, dites-nous, les vacances sont faites pour se reposer ?

Après une saison intense, l’important pour tout joueur est d’évacuer le stress et la fatigue pendant les périodes de vacances. Moi particulièrement, je passe beaucoup de temps avec ma famille et mes proches. Mais vu que je dois également maintenir la forme pour la saison à venir, j’ai un programme bien établi d’exercice de maintien de forme que je suis à la lettre.

 

Quels sont les défis que vous vous lancez ?

Chaque jour que DIEU fait, on travaille pour mouiller le maillot histoire de répondre aux attentes du monde du football.

 

Vous êtes un international, alors on ne peut pas parler de SKP sans parler des éperviers. Ça fait un petit moment que SKP n’est plus sollicité pour défendre les couleurs de la nation togolaise, comment vivez tout cela ?

Comme je l’ai dit plus haut, on travaille et on va continuer par travailler pour répondre aux exigences du monde sportif. Pour tout joueur, défendre les couleurs de sa patrie est une fierté alors le travail, rien que le travail puis le reste viendra.  

 

Depuis quelques années, les éperviers sous Claude Le Roy sont plongés dans un sommeil profond avec des résultats qui ne reflètent pas le statut d’ancien mondialiste.

En toute chose, il y a le haut et le bas, les éperviers ont traversé un moment difficile mais espérons que les choses vont vite se remettre pour que tout aille pour le mieux et que les résultats reflètent le statut qui est le nôtre pour le bien du peuple surtout, pour les amoureux du football.

 

Avec les éperviers, la page Claude le Roy est tournée, avec la nomination du portugais Paulo Jorge Robelo Duarte ? Que vous dit le choix porté sur le portugais ?

Si on se réfère un peu à ce qu’il a fait avec le Burkina Faso, on espère qu’avec les éperviers, il connaîtra les mêmes choses voire plus car ça va de notre intérêt et du peuple togolais.  Ce nouveau souffle insufflé à l’équipe nationale de football togolaise va forcément lui donner des ailes. Vivement, beaucoup de réussite à Paulo Duarte.

 

Vous avez connu votre première sélection en septembre 2011 contre le Botswana, souvenez-vous toujours de ce match ?

Je m’en souviens comme si c’était hier car j’ai pu réaliser un de mes rêves ce jour-là avec une victoire des éperviers sur le Botswana.

 

Depuis ce jour, vous devenez international, est-ce que cela a été un déclic ou a  changé quelque chose dans la suite de ta carrière ?

Oui, devenir international, ça change beaucoup de choses, y compris le regard qu’on porte sur nous.

 

SKP et l’équipe nationale, êtes-vous prêts si le nouveau sélectionneur vous tend le bras ?

On travaille chaque jour pour cela alors c’est fierté de défendre les couleurs de son pays.

 

Changement de sélectionneur, on constate une refonte  du staff des Eperviers avec l’apparition de nouvelles têtes, notamment Serge Akakpo, un ancien coéquipier de l’équipe nationale, nommé manager. Un mot à l’endroit de ce dernier que tu connais bien.

Il est a félicité. Serge est un meneur d’hommes et j’espère qu’il apportera son expertise pour, comme toujours, le bien des éperviers.

 

Du haut de tes 30 ans, SKP continue de bosser et tu crois fermement en tes capacités. La preuve, au cours de la 34ème journée, tu as réalisé un joli coup de sombrero sur un défenseur de Giresunspor avant d'enchaîner environ 50 mètres de courses où tu as occasionné un penalty, lequel tu as transformé en prenant à contre-pied le gardien avec beaucoup de sang froid. D’où tires-tu cette force ?

(Sourire) C’est le travail et on continue par bosser dur pour la bonne cause.

 

Vous êtes aussi une référence pour la jeunesse, un message à l’endroit de celle-ci.

Le conseil cher moi et que j’applique, c’est de toujours travailler et ne jamais se laisser démotiver par les critiques. Seul le travail paye.

 

Bon séjour à Lomé SKP.

Merci et que DIEU veille sur nous tous.

 

Propos recueillis par Charles Yao KPOWOADAN.

 

Lu 310 fois Dernière modification le mercredi, 16 juin 2021 17:53

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.