Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 4144 / Hier = 6297 / Cette semaine = 35861 / Ce mois = 122999 / Total = 3557395

foot

 

lundi, 31 mai 2021 11:32

Crise au Mali : La CEDEAO clémente envers le Mali sur le plan économique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (Cédéao) la suspend le Mali de ses instances, telle est l’information principale à l’issue du sommet extraordinaire de l'organisation sous-régionale convoqué dans la capitale ghanéenne Accra le 30 mai 2021.

« Les chefs d'État condamnent fermement ce récent coup d'État, qui est une violation des décisions prises lors du sommet extraordinaire tenu au Peduase Lodge, Aburi, Ghana, le 15 septembre 2020 et une violation de la Charte de transition. Après de longues discussions sur la situation au Mali, les chefs d'État et de gouvernement ont pris les décisions suivantes: Réaffirmons l’importance et la nécessité de respecter le processus démocratique d’accession au pouvoir, conformément au Protocole de 2001 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance. Ils condamnent en particulier toutes les actions qui ont conduit à l'instabilité persistante au Mali et ses conséquences dans la région; Décider de suspendre le Mali des institutions de la CEDEAO conformément aux dispositions de la CEDEAO », a indiqué le communiqué final du sommet.

Les dirigeants ouest-africains ont, par ailleurs, demandé "la nomination immédiate d'un premier ministre civil" et la formation d'un "gouvernement inclusif" qui va "poursuivre le programme de transition".

Ils ont réaffirmé "la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois décidée à Accra" et insisté que la date du 27 février 2022 "déjà annoncée pour l'élection présidentielle" soit "absolument maintenue".

Ils ont exhorté les partenaires internationaux, dont l'Union africaine, les Nations Unies et l'Union européenne "à continuer à soutenir le Mali dans la mise en œuvre réussie de la transition".

Mais les militaires qui gèrent la transition peuvent se réjouir de la clémence des chefs d’Etat de la CEDEAO sur le plan économique.

En effet, après le coup d’Etat de 2020, la Cédéao avait pourtant été plus ferme en suspendant le Mali de tous ses organes de décision, en fermant les frontières de ses Etats membres et en stoppant les échanges financiers et commerciaux avec le pays, à l’exception des produits de première nécessité. Sur le plan intérieur, les sanctions d’il y a un peu moins d’un an ont été mal ressenties par une population malienne déjà affligée sur au niveau économique ou sécuritaire et par la pandémie liée au covid-19. Cette sanction avait provoqué une chute de 30 % des importations du pays.

Déjà, le pays en pleine transition traverse une situation difficile, il y a quelques jours, l'Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), la principale centrale syndicale malienne suspendait une grève qui a paralysé toute l’administration publique. Les travailleurs exigent une amélioration des conditions de vie des travailleurs maliens, notamment via l'harmonisation de la grille salariale et des indemnités.

Finalement une grève illimitée qui devrait entraîner une véritable asphyxie de l’économie malienne a été évitée de justesse.

En tout cas, certains estiment que la décision de la Cedeao est acceptable, car les Chefs d'Etats africains de la sous-région ont eu raison de ne pas céder aux pressions extérieures en permettant à un pays à l'économie déjà asphyxiée par la lutte contre le terrorisme de ne pas sombrer encore un peu plus.

Lu 122 fois Dernière modification le lundi, 31 mai 2021 11:42

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.