Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 4110 / Hier = 6297 / Cette semaine = 35827 / Ce mois = 122965 / Total = 3557361

foot

 

jeudi, 27 mai 2021 20:55

Rapport sur la transparence fiscale 2021 : Les pays africains affichent des progrès significatifs en matière de transparence fiscale

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les pays africains ont renforcé leur capacité à récupérer les fonds détenus à l'étranger, augmentant directement les recettes fiscales nationales, selon le dernier rapport sur la transparence fiscale en Afrique publié le 27 mai 2021.

 

Cette tendance indique des progrès continus dans la lutte contre les flux illicites de fonds hors d'Afrique, d'une valeur estimée à 50 milliards de dollars par an. Le Forum mondial pour la transparence et l'échange d'informations à des fins fiscales, l'Union africaine et le Forum sur l'administration fiscale en Afrique ont produit le rapport, en partenariat étroit avec la Banque africaine de développement. La première édition du rapport a été publiée en 2019.Le rapport fournit des statistiques comparables sur la transparence fiscale pour aider les décideurs à lutter contre les flux illicites de fonds. Trente-quatre pays ont répondu à l'enquête pour l'édition 2021, dont six non-membres du Forum mondial: Angola, démocrates République du Congo, Sierra Leone, Gambie, Zambie et Zimbabwe. Il a noté les progrès accomplis sur deux piliers fondamentaux de la transparence fiscale: la sensibilisation et l'engagement politiques, et la capacité de faire progresser la transparence fiscale et l'échange d'informations.

La publication du rapport est une contribution opportune au dialogue sur la transparence fiscale en Afrique, car il met en évidence les progrès réalisés par les pays africains en profitant des améliorations globales de la transparence fiscale dans leurs efforts de mobilisation des ressources nationales », note les préface du rapport. «Le Forum mondial et ses partenaires continueront d’aider les pays africains à résoudre les problèmes en suspens et à les aider à combler le fossé avec d’autres juridictions», a déclaré le chef du secrétariat du Forum mondial, Zayda Manatta, dans un examen des conclusions lors de la cérémonie de lancement. María José Garde, présidente du Forum mondial, a également fait des remarques, aux côtés de Pascal Saint Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales; et de Githii Mburu, président de l'Initiative pour l'Afrique et commissaire général de la Kenya Revenue Authority.

Malgré les perturbations causées par la crise du Covid-19, des progrès ont été réalisés en matière de transparence. Le Mali a rejoint le Forum mondial, portant à 32 le nombre de membres africains. Eswatini est devenu signataire de la Déclaration de Yaoundé sur la lutte contre les flux financiers illicites en Afrique, rejoignant 29 autres pays africains ainsi que la Commission de l'Union africaine.

En 2020, les pays africains ont pour la première fois envoyé plus de demandes d'échange d'informations qu'ils n'en ont reçues. La lutte contre ces transactions illicites est au cœur du partenariat entre la Banque africaine de développement et le Forum mondial La coopération va au-delà de la production du rapport jusqu'aux opérations de la Banque, comme le Programme d'appui à la mobilisation des ressources et à l'efficacité des réformes au Sénégal.

La Banque mondiale, a déclaré que ces questions ont fait l'objet d'une attention particulière dans la Stratégie de gouvernance économique en Afrique récemment approuvée par la Banque, qui définit les priorités du travail de gouvernance de la Banque sur le continent au cours des cinq prochaines années.

«La transparence fiscale en Afrique souligne l'importance de la coopération fiscale internationale pour lutter contre la corruption, l'évasion fiscale, le blanchiment d'argent, la fraude, l'érosion de la base d'imposition, le transfert de bénéfices et l'enrichissement illicite. La Banque africaine de développement s'est engagée à travailler avec le Forum mondial, le Forum de l'administration fiscale africaine et d'autres partenaires pour s'attaquer à ces problèmes ».

Elle a déclaré que le programme de transparence fiscale avait des implications importantes pour la mobilisation des ressources nationales, le succès des objectifs de développement durable, l'Agenda 2063 de l'Union africaine et le sommet de la Banque. Cinq domaines prioritaires. Le Forum mondial dispose d'un secrétariat dédié basé au Centre de politique et d’administration fiscale de l'OCDE.

La Banque africaine de développement, observateur au Forum mondial depuis 2014, promeut la transparence fiscale en Afrique en soutenant les institutions et les acteurs non étatiques de son membre régional. pays et en renforçant la coopération internationale pour éliminer les flux financiers illicites.

Lu 135 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.