Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 294 / Hier = 6135 / Cette semaine = 18425 / Ce mois = 82080 / Total = 3138971

mercredi, 24 mars 2021 17:34

CEA : L'Afrique peut tenter son propre vaccin COVID-19 ?

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'Afrique a la capacité de produire ses propres vaccins contre les coronavirus, mais une volonté politique et des investissements dans les infrastructures sont nécessaires pour aider à financer les injections vitales pour arrêter la pandémie, ont exhorté les experts.

 

S'exprimant lors d'une table ronde de haut niveau de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) sur la question de savoir si l'Afrique était prête à financer ses propres vaccins, des experts de premier plan ont estimé que l'Afrique avait besoin d'une forte volonté politique et d'une infrastructure complète pour déployer avec succès ses propres vaccins.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré au panel que le développement de vaccins en un temps record en réponse au COVID-19 avait donné au monde des raisons d'espérer, mais l'espoir doit être pour tous. «Aucun pays ne peut vacciner pour sortir de la pandémie, pas même les plus riches», a souligné le Dr Ghebreyesus, avertissant que tant que le virus circulerait, il muterait.

La distribution équitable des vaccins est le seul moyen sûr de l'arrêter. «Même avec les vaccins, nous avons encore un long chemin à parcourir», a-t-il déclaré, avertissant que le COVID-19 avait détruit les économies, perturbé le commerce, les voyages et le tourisme, laissant les pays africains tributaires des importations exposés. Citant la Banque mondiale, le Dr Ghebreyesus a noté que pour chaque mois où les vaccins tardaient à atteindre l'Afrique, 13,8 milliards de dollars étaient perdus en PIB.

«Le moyen le plus rapide de remettre les économies sur la bonne voie est l'équité en matière de vaccins», a-t-il déclaré, ajoutant: «En fin de compte, l'Afrique doit être en mesure de répondre à ses propres besoins en vaccins et autres produits essentiels. Cela signifie financer la capacité de fabrication locale, une réglementation complète et des chaînes d'approvisionnement durables ».

Le Dr Ghebreyesus a noté que la production de vaccins devait être intensifiée dans les pays où ils sont produits, les sociétés pharmaceutiques étant invitées à partager les droits de propriété intellectuelle, les données et le savoir-faire dans la fabrication de vaccins avec l'Afrique. L'OMS a créé le pool d'accès à la technologie COVID, connu sous le nom de CTAP, pour accélérer le développement de produits, y compris des vaccins pour lutter contre le COVID-19.

La pandémie a mis en évidence l’écart critique dans la fabrication de vaccins en Afrique, qui représente 26 pour cent de la population mondiale mais a moins de 0,1 pour cent de la production mondiale de vaccins. «En fin de compte, la leçon que nous pouvons tirer de cette pandémie est que la santé n'est pas un luxe mais un droit humain fondamental et le fondement de la stabilité sociale et politique», a déclaré le chef de l'OMS.

Le Dr Ghebreyesus a appelé les pays africains à ratifier le traité instituant l'Agence africaine des médicaments (AMA) pour réglementer la fabrication de produits médicaux cultivés sur place, en plus de soutenir une proposition de l'Afrique du Sud et de l'Inde pour une dérogation aux droits de propriété intellectuelle à l'Organisation mondiale du commerce. . «Nous sommes dans un an avec cette pandémie mondiale et l'apartheid vaccinal se déroule devant nous», déplore Winnie Byanyima, directrice exécutive du Programme commun des Nations Unies sur le VIH / SIDA (ONUSIDA). Elle a déclaré qu'un an plus tard, il n'y avait pas de plan mondial pour offrir les vaccins COVID-19 à tout le monde et pour mettre fin à la pandémie, mais il y a 25 ans, le monde a agi pour mettre fin au VIH / sida.

«Les pays riches vaccinent les gens à raison d'une personne par seconde, mais la majorité des pays en développement n'ont même pas administré une seule dose. À la semaine dernière, moins d’un pour cent des Africains avaient reçu des vaccins et la plupart d’entre eux se trouvaient dans un seul pays. » Mme Byanyima a regretté que l’ambition de l’Afrique de vacciner 60% de sa population pour obtenir l’immunité collective n’ait pas été gérée au niveau mondial. Les pays riches et les grands produits pharmaceutiques ne partageaient pas le savoir-faire en matière de vaccins, tandis que les pays africains payaient le double du prix des vaccins que les pays riches.

Répondant aux questions de partage de la propriété intellectuelle, Susan Silbermann, chef du groupe de travail mondial sur le COVID-19 et présidente de Pfizer Vaccines, a déclaré que Pfizer était prête à travailler avec l'Afrique. Il a établi un plan pour partager publiquement l'expertise, les données et les outils en matière de développement de médicaments et de capacités de fabrication. «Il y a beaucoup de questions sur la propriété intellectuelle, sur les capacités de fabrication, sur les installations de construction», a expliqué Mme Silbermann.

«Ces choses prennent du temps. Il n'y a pas de baguette magique, il n'y a pas de claquement de doigt. Il n'y a pas d'écriture d'un grand chèque qu'il peut permettre à n'importe qui, n'importe où dans le monde, de faire le type de fabrication nécessaire pour des vaccins tels que celui que Pfizer a mis au point. » Stavros Nocolaou, cadre supérieur responsable du commerce stratégique de la société pharmaceutique mondiale Aspen, a déclaré que le meilleur plan de relance économique pour tous les pays consistait à intensifier les vaccinations pour obtenir l'immunité du troupeau souhaitée.

Il a appelé à une planification à long terme pour investir dans le renforcement des capacités et des compétences. La clé pour cela était pour l'Afrique d'identifier ses forces et de sélectionner les bons partenaires pour puiser dans les ressources et les connaissances locales.

L'Afrique est prête à produire des vaccins parce qu'elle a produit des vaccins contre d'autres maladies, a déclaré le directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique), le Dr John Nkengasong.

Lu 140 fois Dernière modification le mercredi, 24 mars 2021 18:00

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.