Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 545 / Hier = 6135 / Cette semaine = 18676 / Ce mois = 82331 / Total = 3139222

mercredi, 24 mars 2021 17:14

La CEA et ses partenaires sont instamment priés de continuer à soutenir les efforts de l’Afrique pour vaincre le COVID-19

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les ministres africains des finances, de la planification et du développement économique ont appelé à l’unanimité la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et ses partenaires de développement à diriger et à soutenir les efforts qui sont importants pour que la croissance économique de l’Afrique rebondisse au lendemain de la pandémie du COVID-19.

 

Dans une déclaration adoptée à l'issue de la 53e session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique de la Commission économique pour l'Afrique, les ministres ont félicité la CEA et ses partenaires d'avoir fourni aux pays africains une plate-forme pour discuter de plusieurs initiatives en matière de dette, comme l'Initiative de suspension du service de la dette du Groupe des 20 (DSSI) et la restructuration de la dette souveraine, pour améliorer l'accès des États membres au financement afin de répondre efficacement à la pandémie.

La CEA a plaidé pour l'extension de la DSSI jusqu'à la fin de 2021 au moins, afin de garantir que les pays disposent de suffisamment de liquidités pour réagir et relancer la reprise en libérant des ressources pour payer les vaccins dont ils ont grand besoin et améliorer leurs tampons. La facilité de liquidité et de durabilité (LSF) est un autre instrument important sur lequel la CEA et ses partenaires travaillent pour aider les pays africains à accroître leurs liquidités.

Le groupe de réflexion a été l'un des principaux défenseurs d'une nouvelle émission et d'une réaffectation de droits de tirage spéciaux (DTS) aux pays à revenu faible et intermédiaire. «Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que la pandémie du COVID-19 pourrait aggraver les vulnérabilités de la dette des pays africains les moins avancés», lit-on dans la déclaration ministérielle.

«Cinq des six pays en situation de surendettement sont des pays africains les moins avancés et deux des pays les moins avancés ont décidé de rechercher une restructuration de la dette dans le cadre commun pour le traitement de la dette au-delà de l'Initiative de suspension du service de la dette du Groupe des 20.» Nous soulignons la nécessité de revoir le système actuel d’appui aux pays les moins avancés dans la perspective de la cinquième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés, en janvier 2022, afin de garantir que les mesures internationales d’appui fournissent les niveaux d’aide nécessaire aux pays les moins avancés d’Afrique et à Haïti pour éliminer les obstacles structurels au progrès auxquels ils sont confrontés et surmonter leurs vulnérabilités ».

Dans la déclaration, les ministres ont reconnu qu'avant l'épidémie de COVID-19, l'Afrique avait fait des progrès considérables vers des résultats sociaux, avec une réduction des niveaux de pauvreté dans la plupart des sous-régions, mais le rythme de la réduction de la pauvreté a été lent, avec le produit intérieur brut. une croissance par habitant de 0,5%, inférieure à celle des deux décennies précédentes, et que cette trajectoire de croissance, actuellement bloquée voire inversée en raison de la pandémie, n’a pas été inclusive, avec une faible création d’emplois. Ils reconnaissent également le rôle joué par les technologies numériques dans la transformation de l'industrie à travers ce que l'on appelle la quatrième révolution industrielle, qui comprend l'adoption de technologies telles que les robots industriels et l'impression tridimensionnelle dans la fabrication, ainsi que l'utilisation des mégadonnées et de l'intelligence artificielle dans le développement de produits et le commerce électronique dans le marketing et la vente, portant l'industrialisation à un tout autre niveau.

Au cours de la conférence de deux jours, les ministres ont délibéré sur le thème «L'industrialisation et la diversification durables de l'Afrique à l'ère numérique dans le contexte du COVID-19», et ont considéré que l'industrialisation était sans doute la seule voie historiquement prouvée vers une croissance et un développement économiques durables, étayée par des économies industrialisées plus fortes, favorisées par la numérisation et la diversification, et associées à des politiques et stratégies respectueuses de l'environnement.

«Nous prenons note des opportunités offertes par la pandémie COVID-19 pour renforcer les politiques et mieux progresser grâce à une voie d'industrialisation qui est écologiquement durable et dotée de l'autonomie numérique, qui appelle les décideurs à semer les graines d'une base solide pour l'ère numérique. en renforçant les capacités de recherche et développement, en intégrant la science, la technologie et l'innovation dans les politiques de développement, en investissant dans Internet et les infrastructures numériques, et en améliorant les compétences numériques et les conditions de travail », ont déclaré les ministres.

Les ministres africains ont reconnu que, malgré la reprise de la croissance économique à 2,9% en 2019, contre 2,7% en 2018, la pandémie de coronavirus avait considérablement affecté la croissance africaine en 2020, avec une baisse estimée de 5,4% du produit intérieur brut, taux de croissance, avec un impact négatif sur le développement social, et induit de graves défis pour les pays africains pour atteindre les objectifs de développement durable et les objectifs de l'Agenda 2063.

«La pandémie a causé des défis et des risques et incertitudes possibles pour les perspectives à moyen terme, en particulier en raison de la faible activité économique due aux verrouillages pour lutter contre la pandémie, la menace du changement climatique, le ralentissement économique mondial et les vulnérabilités exposées par COVID -19, "

Lu 103 fois Dernière modification le mercredi, 24 mars 2021 17:34

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.