Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 402 / Hier = 6129 / Cette semaine = 28437 / Ce mois = 139305 / Total = 2541809

samedi, 13 février 2021 14:35

Covid-19 : Les conséquences sanitaires et économiques de la pandémie sont effroyables et risquent l’aggravation de la faim

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Selon la Banque mondiale, l’année dernière, la COVID-19 a mis en péril la sécurité économique, sanitaire et alimentaire de millions de personnes, et précipité jusqu’à 150 millions d’autres dans l’extrême pauvreté.

 

 Si les conséquences sanitaires et économiques de la pandémie sont effroyables, l’aggravation de la faim en est l’une des manifestations les plus tangibles. 

« Les pertes de revenus se traduisent par moins d’argent dans les poches pour acheter de la nourriture, tandis que les perturbations des marchés et des approvisionnements en raison des restrictions à la liberté de circuler entrainent des pénuries et un renchérissement des prix au niveau local, particulièrement de denrées périssables.  Les difficultés d’accès à des aliments nutritifs auront des effets négatifs sur la santé et le développement cognitif des enfants de l’ère COVID dans les années à venir. L’indice des prix alimentaires de la Banque mondiale a augmenté de 14 % l’année dernière », a indiqué David Malpass, Président du Groupe de la Banque mondiale.

L’institution bancaire propose à la communauté internationale pour remédier à la situation graduellement aggravante trois mesures en 2021 pour renforcer la sécurité alimentaire et aider à prévenir des conséquences encore plus graves sur le capital humain.

La première des priorités consiste à assurer la libre circulation des produits alimentaires.

« Pour éviter des pénuries artificielles et des flambées de prix, les aliments et d’autres produits essentiels doivent circuler aussi librement que possible d’une frontière à l’autre (... ). Nous devons rester vigilants et éviter de revenir aux mesures de restrictions à l’exportation et de durcissement des frontières qui font en sorte que les denrées alimentaires et d’autres produits essentiels se raréfient et coûtent plus cher », a fait savoir David Malpass.

La deuxième priorité consiste à renforcer les dispositifs de protection sociale. À court terme, ceux-ci permettent aux familles de se prémunir face aux crises sanitaires et économiques.

A cet effet, le Président du Groupe de la Banque mondiale suggère de renforcer l’impérieuse nécessité d’accroître les investissements dans les systèmes de protection sociale à travers le monde; d’autres mesures visant à accélérer les transferts monétaires, en ayant notamment recours à des moyens numériques, contribueraient aussi grandement à réduire la malnutrition.

« Un regard doit être tourné rapidement vers de nouveaux groupes de personnes, tels que les travailleurs informels en zones urbaines », a-t-il souligné

La troisième priorité consiste à renforcer la prévention et la préparation. Les systèmes alimentaires mondiaux ont subi de multiples chocs en 2020, des répercussions économiques de la pandémie sur les producteurs et les consommateurs à l’invasion de criquets pèlerins et aux aléas météorologiques.

Il est plus efficace d’investir dans la prévention, avant que la catastrophe ne survienne. C’est la raison pour laquelle les pays ont besoin de programmes de protection sociale adaptative qui sont intégrés aux systèmes d’alerte rapide en matière de sécurité alimentaire et peuvent être renforcés en prévision de chocs.

« Nous avons besoin de financements soutenus pour investir dans des programmes qui privilégient la santé humaine, animale et planétaire ; rétablissent les paysages et diversifient les cultures afin d’améliorer la nutrition, réduisent les pertes et le gaspillage de nourriture ; renforcent les chaînes de valeur agricoles en vue de créer des emplois et de compenser les pertes de revenus ; et encouragent des techniques agricoles respectueuses du climat à une échelle nettement plus grande », a rappelé David Malpass.

Par ailleurs, le Groupe de la Banque mondiale et ses partenaires se disent disposer à aider les pays à réformer leurs politiques agricoles et alimentaires et à redéployer les ressources budgétaires au profit d’un redressement écologiquement rationnel, solidaire et résilient.

Lu 195 fois Dernière modification le samedi, 13 février 2021 15:33

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.