Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 552 / Hier = 6135 / Cette semaine = 18683 / Ce mois = 82338 / Total = 3139229

mardi, 09 février 2021 20:06

Filets sociaux et services de base : Le gouvernement a décaissé 23 milliards FCFA au profit de 250 cantons les plus pauvres du Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

En Afrique, le taux de pauvreté a diminué, mais le nombre de pauvres a augmenté, faisant à terme de la pauvreté un phénomène essentiellement africain.

 

L’Afrique subsaharienne concentrait un quart de l’extrême pauvreté en 1990, la moitié en 2015. Sans changement profond et dans un contexte de forte croissance démographique, ce chiffre atteindra, selon la Banque mondiale, 90 % en 2030.

La pauvreté est dès lors considérée comme un défi purement technique qui peut être relevé. La croissance économique ne veut rien dire si elle ne s'accompagne pas de mesures visant à réduire les inégalités structurelles.

Au Togo, le projet de Filets sociaux et services de base (FSB) est mis en œuvre pour répondre à la problématique de la responsabilisation des communautés dans leur développement, améliorer leur accès aux infrastructures de base et à une couverture sociale minimum. Plus que tout autre souhait, il est question pour les autorités de réduire la pauvreté; offrir aux citoyens des conditions de vie satisfaisantes et bâtir un pays solidaire et prospère.

Le projet de FSB a été lancé en 2018 et assure depuis lors aux communautés défavorisées, un meilleur accès aux infrastructures socio collectives de base et aux filets sociaux. De façon précise, il soutient la construction ou la réhabilitation des infrastructures de base ; accroît l’accès aux services socioéconomiques afférents ; augmente le revenu et la consommation des ménages ciblés ; facilite l’accès des enfants à des repas scolaires réguliers.

Ainsi, le projet englobe des sous-projets d’infrastructures ; des filets sociaux qui prennent en compte les cantines scolaires et les transferts monétaires. A ce jour, le gouvernement a décaissé 23 milliards de francs CFA au bénéfice des populations issues de 250 cantons les plus pauvres du Togo. 133 microprojets sur les 200 prévus ont déjà été réalisés. En ce qui concerne les transferts monétaires (15 000 francs par trimestre), 07 milliards de francs CFA ont été remis à 60 419 ménages pauvres ciblés dans 685 villages sur le territoire.

Les cantines scolaires dont le coût annuel est évalué à au moins 2,5 milliards de francs CFA, ont permis d’offrir des repas chauds à plus de 92 000 élèves de 300 écoles primaires publiques chaque année en moyenne. En 2020, 97 000 écoliers ont eu accès à 8,2 millions de repas et plus de 59 000 ménages vulnérables, soit 97% de la cible, ont bénéficié des transferts monétaires. Un an plus tôt (2019), le programme de cantines a touché 94 552 élèves avec 14 708 152 repas servis.

Sans l’ombre d’un doute, les filets sociaux et services de base atteignent les résultats escomptés. Pour démonstration, plus que la moitié des Togolais vivaient sous le seuil de pauvreté il y a encore quelques années. Aujourd’hui, l’incidence de pauvreté a régressé sur le plan national. De 58,7% en 2011, 51,7% en 2015, elle est passée à 45,5% entre 2018 et 2019. Le projet de FSB arrive à terme en 2021. Néanmoins, au vu de son importance incontestable, l’initiative ne doit-elle pas être perpétuée ? L’affirme s’y prête le mieux puisque de toute évidence, il y va de l’intérêt du peuple.

Malgré les efforts, les défis demeurent immenses à la réduction de la pauvreté. Le gouvernement pourrait accélérer la réduction de la pauvreté en valorisant l’agriculture et en développant les activités rurales non agricoles. Déjà, dans le projet de loi des finances 2021, un montant de 65,7 milliards F.CFA est consacré au secteur agricole et l’agro-industriel, soit 8,4% du montant alloué aux ministères et institutions.

 Les autorités doivent également aider les pauvres à mieux gérer les risques faisant partie intégrante de toute initiative visant à augmenter leurs revenus. En outre, le pays doit augmenter les ressources publiques pour le financement de la lutte contre la pauvreté ; la bonne nouvelle, 53% du budget 2021 est consacré par le gouvernement aux secteurs sociaux pour qu’aucune personne ne soit laissée sur le carreau.

Lu 141 fois Dernière modification le mardi, 09 février 2021 20:58

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.