Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 167 / Hier = 6004 / Cette semaine = 22073 / Ce mois = 132941 / Total = 2535445

samedi, 06 février 2021 15:29

IATA: 2020, la pire année de l’histoire de l’aviation

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié le 03 février 2021 ses statistiques sur le trafic aérien de passagers pour l’ensemble de 2020, qui indiquent que la demande (kilomètres-passagers payants, ou RPK) a chuté de 65,9% par rapport à l’année 2019, ce qui constitue de loin le pire déclin de l’histoire de l’aviation.

 

De plus, les engagements de réservation ont diminué de façon marquée depuis la fin de décembre. Le trafic de passagers internationaux en 2020 était inférieur de 75,6% à ce qu’il était en 2019. La capacité (mesurée en sièges-kilomètres offerts, ou ASK) a diminué de 68,1% et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 19,2points de pourcentage pour s’établir à 62,8%.

La demande intérieure en 2020 était en baisse de 48,8% par rapport à 2019. La capacité s’est contractée de 35,7% et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 17points de pourcentage pour s’établir à 66,6%.

En décembre 2020, le trafic total était en baisse de 69,7% par rapport à décembre2019, ce qui représente une faible amélioration si on compare à la contraction de 70,4% observée en novembre. La capacité était en baisse de 56,7% et le coefficient d’occupation perdait 24,6points de pourcentage pour s’établir à 57,5%.

En janvier 2021, les réservations en vue de voyages futurs étaient en baisse de 70% par rapport à l’année précédente, ce qui causait une pression supplémentaire sur la trésorerie des compagnies aériennes et pouvait affecter le calendrier de la reprise.

La prévision de base de l’IATA pour 2021 consiste en une amélioration de 50,4% de la demande par rapport à 2020, ce qui amènerait l’industrie à 50,6% de la demande de 2019.

Bien que cette prévision demeure inchangée, il existe un risque important si des restrictions de voyage plus strictes persistent en réaction aux nouveaux variants. Si un tel scénario se matérialisait, l’amélioration de la demande pourrait se limiter à seulement 13% par rapport à 2020, de sorte que l’industrie en serait à 38% du trafic de 2019.

En Afrique, les transporteurs ont vu le trafic diminuer de 69,8% l’an dernier, par rapport à 2019, ce qui constitue le meilleur résultat parmi toutes les régions. La capacité a diminué de 61,5% et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 15,4points de pourcentage pour s’établir à 55,9%, le taux le plus faible parmi les régions. La demande en décembre était en baisse de 68,8% en glissement annuel, une nette amélioration comparativement au déclin de 75,8%observé en novembre. Les transporteurs de la région ont profité du fait que les restrictions visant les voyages internationaux étaient un peu moins sévères que dans les autres régions.

«L’année dernière a été catastrophique. Il n’y a aucune autre façon de la décrire. S’il y a eu reprise durant la saison d’été de l’hémisphère Nord, elle a été interrompue en automne et la situation s’est empirée dramatiquement durant la saison des fêtes de fin d’année, alors que des restrictions plus strictes ont été imposées en raison des nouvelles éclosions et des nouvelles souches de COVID-19», a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

« …Le Travel Pass de l’IATA va favoriser ce processus en offrant aux passagers une application permettant de gérer facilement et en toute sécurité leurs voyages en fonction des exigences gouvernementales relatives à l’information sur les tests et les vaccins de COVID-19. D’ici là, l’industrie aérienne va avoir besoin de l’aide financière des gouvernements pour demeurer viable», conclut M. de Juniac.

Lu 109 fois Dernière modification le samedi, 06 février 2021 15:37

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.