Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 27 / Hier = 6129 / Cette semaine = 28062 / Ce mois = 138930 / Total = 2541434

jeudi, 04 février 2021 18:37

Covid-19 : Didier Ekouevi « Le Togo ne peut se payer le luxe de refuser la stratégie vaccinale »

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Togo se prépare à lancer dans les prochains mois sa campagne de vaccination contre le covid-19.

 

Face aux récurrentes fausses informations sur la couverture vaccinale, la disponibilité et le contenu des doses, les autorités sanitaires, le Gouvernement en tête, multiplient les clarifications à l’endroit des populations. 

Dans une interview accordée au Quotidien national d’informations TogoPresse, Didier Ekouevi, président du Conseil scientifique donne des précisions sur la cible visée et les stratégies adoptées, pour une couverture vaccinale raisonnable. Pour le responsable, « le Togo ne peut se payer le luxe de refuser la stratégie vaccinale », cette stratégie ayant été approuvée mondialement, aussi bien par l’OMS que par des centaines de scientifiques, pour parvenir à une immunité collective. 

Ici l’intégralité de l’interview. 

Quelles sont les personnes cibles de cette campagne de vaccination et pourquoi ce choix ?

La cible à atteindre, c’est 60 % de la population. Les personnes prioritaires pour la vaccination seront les personnes vulnérables. Il s’agit des personnes âgées de 50 ans et plus, et des personnes qui présentent des maladies chroniques comme l’hypertension artérielle, le diabète, le VIH, le cancer, l'insuffisance rénale chronique, etc. 

Trois critères sont considérés pour identifier les personnes prioritaires à vacciner : les personnes les plus vulnérables ; la capacité du vaccin à protéger contre les formes graves et la disponibilité et le type de vaccin. 

Toutefois, le choix de vacciner le personnel de santé en première intention est une stratégie, non seulement pour les protéger des formes graves, mais aussi pour maintenir les capacités du système de santé et améliorer l’adhésion au sein de la communauté. Considérant le fait que les vaccins seront difficilement disponibles du fait de la demande excessivement élevée, le choix des personnes à vacciner devra également être priorisé. Compte tenu de la balance favorable bénéfice/risque, la vaccination la plus précoce possible des personnes vulnérables exposées aux formes graves de la maladie et des soignants, se justifie pleinement. 

Les femmes enceintes posent un problème particulier : reconnues comme vulnérables à la Covid-19, elles sont toujours une cible délicate en vaccinologie. Il faudra sans doute attendre des données de sécurité plus précises pour décider d’étendre la vaccination aux femmes enceintes. 

La vaccination des enfants contre la Covid-19 n’est pas encore recommandée. Contrairement à beaucoup de maladies respiratoires (grippe, rougeole, etc.), les enfants ne sont pas un vecteur majeur de la Covid-19. Ceci est plus débattu pour les adolescents. La validation des vaccins en population pédiatrique nécessite par ailleurs des études spécifiques. 

Aussi, l'efficacité des vaccins n’étant pas démontrée pour réduire la transmission du SARS CoV-2, la vaccination de la population plus jeune pour réduire la circulation du virus n’est donc pas un objectif immédiat. Les différentes études vaccinales n’avaient pas inclus les enfants (moins de 16 ans pour le vaccin du laboratoire Pfizer/BioNtech, moins de 18 ans pour les vaccins des laboratoires Moderna, AstraZeneca et le vaccin Spoutnik V de la Russie). Les indications de vaccination excluent, pour le moment, les enfants de moins de 18 ans (France, Belgique, Suisse). Par conséquent, les enfants et adolescents de moins de 18 ans ne sont donc pas une cible prioritaire.

Chaque Togolais est-il obligé de se faire vacciner ? Si non, les personnes non vaccinées constituent-elles un danger pour leur entourage ?

Un compromis international se dégage à ce jour pour ne pas rendre la vaccination obligatoire. En Suisse, en France, la vaccination n’est pas obligatoire à cause de l’hésitation vaccinale. 

Au Togo, le Conseil Scientifique recommande de s’inscrire dans cette logique (ne pas rendre la vaccination obligatoire). Il est vrai que pour obtenir une immunité collective, il faut vacciner 60 % de la population. Notre situation est plus difficile, puisque 40 % de notre population est composée de personnes de moins de 20 ans. Pour atteindre alors l’immunité collective, cela veut dire qu’il faut vacciner tous les sujets de 20 ans et plus. Ce qui sera difficile à réaliser. 

 

republiquetogolaise.com

Lu 98 fois Dernière modification le jeudi, 04 février 2021 18:52

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.