Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 1065 / Hier = 5504 / Cette semaine = 6569 / Ce mois = 6569 / Total = 2558579

mercredi, 07 octobre 2020 15:30

Désenclavement : Des routes rurales pour désenclaver des zones agricoles au Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'Afrique en général et celle au sud du Sahara en particulier compte plus de 80% de sa population dans les contrées rurales.

 

Celle-ci assure sa survie à partir des fruits qu'elle tire des activités agricoles soit directement ou indirectement.

Pour faire face aux besoins croissants des transports en milieu rural tout en respectant les contraintes financières, il importe de concevoir une infrastructure routière simple, évolutive et comportant des charges récurrentes à l'échelle des disponibilités.

En Afrique, la réhabilitation des routes figure parmi les priorités de nombreux gouvernements. Les routes sont considérées comme un facteur important de développement économique : elles facilitent la mobilité des biens et personnes vers les marchés et l’accès aux services de bases. Le projet routes rurales est mis en œuvre dans plusieurs pays.  

Bref, l'importance des routes rurales touche tous les aspects du développement économique et social des communautés rurales.

Au Togo, l’Etat poursuit à tout prix sa politique de désenclavement des zones rurales. Entre 2016 et 2018, il a réhabilité plus de 2 500 pistes rurales. Cette dynamique de développement améliore les conditions de vie des citoyens, une chose appréciée par les partenaires internationaux. En fin septembre 2020, le pays a reçu 6,5 milliards de francs CFA de la République fédérale d’Allemagne, destinés au financement de la 3ème phase du Projet d’appui aux pistes rurales (PAPR).

Pour une émergence rapide des pôles régionaux générateurs de croissance, le Togo a fait le choix d’aménager les infrastructures routières ; accroître le nombre de routes revêtues et présentant un bon niveau de service ; réduire le taux des routes en mauvais état de 49 à 40%, etc. La nouvelle enveloppe tombe à pic. Elle servira à la réhabilitation et la maintenance des pistes rurales dans les zones de production de coton, café et cacao. Ceci permettra de désenclaver les zones en question avec à la clé de nombreux impacts socioéconomiques.

Lesquels ?

Avant tout, le désenclavement sera bénéfique pour les producteurs agricoles. Ces derniers pourront acheminer facilement leurs produits vers les marchés à un prix réduit. Il y aura également un afflux de commerçants, la demande deviendra de plus en plus forte et les producteurs pourront faire assez de chiffres d’affaires. En outre, ce désenclavement contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales ciblées, grâce à une meilleure accessibilité aux services sociaux de base tels que les centres de santé, les écoles, etc.

La construction de 4 000 km de pistes rurales attendue au cours de ce quinquennat

Le gouvernement togolais a concocté un nouveau programme de connectivité des zones rurales pour les cinq (05) prochaines années. Il s’agit concrètement de la construction de 4 000 kilomètres de pistes rurales et 400 kilomètres de routes. L’objectif est de rendre tous les coins du Togo accessibles. Certains travaux sont déjà en cours, d’autres sont dans les tuyaux.

Il y a par exemple les travaux de dédoublement de la route nationale numéro 5 (Lomé-Kpalimé) longue de 120 kilomètres, ceux d’aménagement et de modernisation de la voie Avepozo-Aného (partie du corridor Abidjan-Lagos). Entre autres réalisations prévues, il y a également la construction de l’autoroute de l’unité (Lomé-Cinkassé), l’aménagement des tronçons de la route nationale numéro 1 (Aouda-Kara et Sarakawa-Kantè).

Notons que le Togo porte l’ambition d’atteindre à l’horizon 2025, le cap de 60% de routes revêtues, via des projets de réhabilitation du corridor de développement, de construction et de réhabilitation des voies transversales et de désenclavement

Les impacts pour les millions d'habitants concernés sont un meilleur accès des produits agricoles (thé, café, légumes) aux marchés, et par conséquent une amélioration de la qualité de vie des paysans, une amélioration de l’accès aux écoles et aux centres médicaux, la création d'emplois avec la formation des entreprises locales aux techniques à haute intensité de main d'œuvre.

Lu 191 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.