n
Date du jour :

Aujourd'hui 278

Hier 625

Semaine 4333

Mois 9850

Total 297258

OMC: Mme Okonjo-Iweala, Directrice générale: "L’Aide pour le commerce est essentielle pour permettre aux économies en développement de tirer parti du commerce"

juin 27, 2024 0 204

Le commerce offre des possibilités que les économies en développement peuvent et devraient exploiter, a déclaré la Directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, à l’ouverture du neuvième Examen global de l’Aide pour le commerce qui a eu lieu le 26 juin.

Pendant deux jours et demi, des fonctionnaires gouvernementaux, des responsables d’organisations internationales et des spécialistes du commerce échangeront des vues sur les moyens de mieux intégrer les économies en développement dans le commerce mondial. Cette séance d’ouverture a également été marquée par le lancement du rapport intitulé “Panorama de l’Aide pour le commerce 2024”, publié conjointement par l’OMC et l’OCDE.

Lors de la séance plénière d'ouverture, les dirigeants du monde entier se sont penchés sur les 18 années d'aide au commerce, une initiative qui a permis de débloquer 648 milliards d'USD d'investissements depuis 2006 pour aider les économies en développement à participer plus pleinement au commerce mondial. La discussion s'est concentrée sur la manière dont la communauté internationale peut aider les pays à faible revenu à exploiter davantage les opportunités commerciales.

Dans son allocution d'ouverture, le directeur général Ngozi Okonjo-Iweala a rappelé que l'OMC célèbre cette année son 30e anniversaire, qui coïncide avec le 80e anniversaire de la Conférence de Bretton Woods, qui a institué l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Réfléchissant aux changements qui se sont opérés au cours des décennies, la DG Okonjo-Iweala a souligné les réalisations significatives en matière de commerce mondial et de développement économique.

"L'un des changements les plus remarquables depuis 1995 est que la croissance fondée sur le commerce a permis à plus de 1,5 milliard de personnes de sortir de l'extrême pauvreté", a-t-elle déclaré. Au cours de cette période, les économies à faible revenu et à revenu intermédiaire ont presque doublé leur part dans les exportations mondiales, passant de 16,5 % à 32,2 %, tandis que le pourcentage de leur population vivant avec moins de 2,15 dollars par jour a chuté de 40 % à moins de 11 %.

Malgré ces progrès, le paysage commercial mondial actuel est confronté à plusieurs défis. "Nous vivons actuellement une période troublée. Nous assistons à une montée du protectionnisme, au retour de la politique industrielle et à la formation d'un discours sur le commerce qui le présente comme hostile aux peuples et aux planètes. Nous voyons des signes de fragmentation dans les données commerciales, avec des pays aux vues similaires qui commencent à commercer davantage entre eux qu'avec d'autres qui ne le sont pas autant", a-t-elle déclaré.

"Alors que les pays pauvres laissés pour compte lors de la récente vague de mondialisation cherchent à bénéficier du système commercial multilatéral ouvert et prévisible, on leur dit que la mondialisation est terminée et qu'ils devraient probablement trouver un autre moyen de se débrouiller seuls", a-t-elle ajouté. "L'aide au commerce reste un instrument essentiel pour les aider à y parvenir.

La DG Okonjo-Iweala a également souligné l'importance de créer un environnement favorable pour que les économies en développement puissent tirer parti du commerce pour la croissance, la création d'emplois et le développement durable. Les stratégies clés comprennent le maintien de marchés mondiaux ouverts, le renforcement des initiatives d'aide au commerce, l'élaboration de politiques visant à soutenir le commerce vert et la réduction des risques commerciaux par le biais d'accords tels que l'accord de facilitation des investissements pour le développement.

Le secrétaire général de l'OCDE, Mathias Cormann, a souligné le rôle des investissements de l'aide au commerce dans le soutien des marchés ouverts et d'un système commercial international fondé sur des règles. Il a souligné l'importance du développement des infrastructures, du financement privé et de la facilitation des échanges pour mettre le commerce au service du développement et de la croissance. Il faut faire davantage pour que tout le monde puisse bénéficier des avantages du commerce mondial, a-t-il ajouté. Il a également souligné les efforts de l'OCDE pour promouvoir des normes élevées et la gouvernance d'entreprise dans le cadre de l'aide publique au développement.

"L'aide au commerce reste un moyen efficace de créer des synergies entre les objectifs de développement économique et commercial des pays donateurs et des pays en développement. Notre dernier rapport montre qu'en 2022, les décaissements et les engagements ont atteint un niveau record de 51,1 milliards USD, en hausse de 14 % par rapport à 2021", a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE, M. Cormann.

La publication phare de l'OMC et de l'OCDE, "Aid for Trade at a Glance", lancée lors de la séance d'ouverture, se penche sur les priorités des économies en développement en matière de commerce et de développement et suit le volume - et l'impact - du financement de l'aide au commerce reçu de la part des partenaires commerciaux.

Last modified on jeudi, 27 juin 2024 17:40

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires