n
Date du jour :

Google ads

Aujourd'hui 78

Hier 439

Semaine 2636

Mois 1500

Total 26527

Atelier national de partage et de dialogue sur les conclusions de l'analyse des cadres politiques et réglementaires existants et les priorités liées à la pêche artisanale

décembre 30, 2022 0 264

Une assise nationale de partage et dialogue sur les cadres politiques et réglementaires existants et les priorités des pêcheurs artisanaux s'est tenue le 27 décembre 2022 à Lomé.

Initiée par la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et des producteurs agricoles au Togo (CTOP), l'initiative vise à contribuer à l'amélioration des revenus des pêcheurs artisanaux à travers des politiques et instruments favorables au développement de la pêche artisanale au Togo.

La rencontre, d'ordre national, a pour objectif de partager les conclusions de l’étude d’identification et d’analyse des cadres politiques et réglementaires existants pertinents pour la mise en œuvre des Directives volontaires pour la sécurisation d'une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté (DPA) au niveau national, d’engager un dialogue avec les différentes parties prenantes, de recueillir leurs contributions pour le développement de la pêche et de l’aquaculture artisanales au Togo. Elle est également une opportunité pour sensibiliser les pêcheurs artisanaux du Togo et d’autres acteurs sur la Décennie des Nations Unies de l’Agriculture Familiale (DNUAF) et de partager les priorités des pêcheurs artisanaux sur les prochaines années.

 

“ 2022 étant décrété Année internationale de la pêche et de l’aquaculture artisanale (AIPAA 2022), c’est une véritable opportunité pour positionner la pêche et l’aquaculture artisanales, leurs communautés et leurs organisations dans la Décennie des Nations Unies pour l’Agriculture Familiale. L’AIPAA 2022 est une occasion aussi de renforcer le dialogue autour de la pêche artisanale et de sensibiliser les acteurs sur l’importance de ce dernier ", a déclaré le PCA de la CTOP, Ayéfoumi Salif OLOU-ADARA, dans son allocution à l'entame des travaux dudit atelier.

 

« lorsqu'on parle de sécurité alimentaire institutionnelle, il faut prendre en compte tous les ingrédients qui rentrent dans la sécurité alimentaire institutionnelle. La CTOP n'a pas attendu un seul instant lorsque les Nations-Unies ont décrété l'année internationale de la pêche et de l'aquaculture pour prendre à bras le corps, voire analyser ce secteur, dialoguer avec tous les acteurs qui sont dans la pêche afin que la pêche continue par contribuer sensiblement à la fourniture des produits carnés pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au peuple togolais. A ce jour, nous reconnaissons déjà que la pêche contribue à plus de 4% du PIB. Nous ne devons pas nous arrêter là, nous allons continuer par renforcer les capacités des pratiquants dudit secteur, voir comment peut-on accompagner ce secteur pour plus de rentabilité. Il n'est pas à ignorer que dans la Feuille de Route Gouvernementale, une place importante est accordée à tous les secteurs de l'agriculture y compris la pêche et l'aquaculture. Le présent atelier, c'est pour permettre de tirer des leçons sur la synthèse de l'étude qui a été menée grâce à l'appui de la FAO pour qu'on puisse voir qu'est-ce qui manque, qu'est-ce qu'on peut faire pour améliorer le secteur, comment faire le maillage sur le territoire en matière de la pêche, puisqu'il y a la pêche maritime et celle continentale et surtout la pêche artisanale qui fait partie intégrante de l'agriculture familiale ", a-t-il ajouté.

Il a salué la volonté manifeste de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et de l’Agriculture (FAO) qui apporte un appui aux pêcheurs artisanaux du Togo pour célébrer cette manifestation. Ce qui s'est transcrit par ailleurs par l'organisation d’importantes activités réalisées et en perspectives dont une étude d’identification et d’analyse des cadres politiques et réglementaires existants pertinents pour la mise en œuvre des Directives volontaires pour la sécurisation d'une pêche artisanale durable dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté (DPA) au niveau national.

L'Année Internationale de la pêche et de l'aquaculture artisanale a une double connotation , celle d'attirer l'attention du monde entier sur le rôle prépondérant que joue les petits pêcheurs, las aquaculteurs et les ouvriers du secteur de la pêche dans la sécurité alimentaire et la nutrition, l'éradication de la pauvreté et l'utilisation durable des ressources naturelles, ensuite à renforcer la compréhension et l'action mondiale pour les soutenir.

" on parle souvent de la pêche illicite qui dès fois contribue à la destruction de l'écosystème maritime. Si nous avons des matériels adéquats, ça nous permettra de mener une activité responsable et durable. Cela nous permettra de nouer des partenariats de développement et financiers pour faire face à nos activités. Puisque, aujourd'hui nous avons beaucoup d'innovations à faire. On parle de la pêche artisanale, peut-être que d'ici 30 à 50 ans, elle ne sera plus artisanale, elle sera moderne. Nous demandons aux autorités, aux bailleurs et aux partenaires de tourner leur regard vers notre secteur afin que nous serons aguerris pour participer à la concrétisation des projets définis du PND et de la Feuille de Route Gouvernementale. Ce qui donnera un coup de pouce à faire avancer le secteur de la pêche qui a été depuis fort longtemps considéré comme un secteur réservé aux oubliés de la nature ", a souligné Adam ABOUDERMAN, SG adjoint de la Fédération Nationale des Unions de Coopératives des Agriculteurs du Togo.

Cette rencontre est également une occasion de renforcer le dialogue entre différents acteurs, et notamment de permettre aux petits producteurs de s'associer les uns aux autres, d'acquérir de la visibilité, de se faire entendre et de participer aux processus décisionnels qui façonnent leur vie quotidienne, au niveau national, comme au niveau des forums internationaux et mondiaux.

Le Chargé Suivi-évalutation des projets FAO-Togo, Gnandi TABE, “ les directives sur la pêche artisanale sont un outil essentiel à l'appui de la concrétisation de la vision de l'organisation pour éliminer la faim et favoriser le développement durable énoncée dans le nouveau cadre stratégique ; Elles offriront également des repères pour le dialogue, pour le processus d'élaboration des politiques et pour les mesures à prendre à tous les niveaux, et aideront le secteur à contribuer pleinement à la sécurité alimentaire et à l'élimination de la pauvreté. Un outil à mettre en œuvre pour relever le défi de la sécurité alimentaire ".

 

Il est à rappeler qu'au Togo, le secteur de la pêche artisanale emploie une main-d'œuvre estimée à 8 240 personnes dans les activités de pêche marine à petite échelle (FAO, 2020) et 3 075 personnes dans les activités de pêche continentale (Ali et al., 2013). En ce qui concerne l'emploi dans les activités post-capture, le secteur emploie 7 110 travailleurs de la pêche dans les activités de transformation et 35510 personnes sont uniquement dans les activités de commerce de poisson (Ali et al., 2013). En outre, le secteur emploie 11 315 travailleurs de la pêche dans les activités de pré-récolte.

 

Jean-Marc

 

 

Last modified on vendredi, 30 décembre 2022 20:49

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Articles populaires