INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 139 / Hier = 1004 / Cette semaine = 3216 / Ce mois = 24756 / Total = 210007

Bannière Pub

Economie

Economie (503)

Selon, l’agence UMOA-Titres le Togo a mobilisé 21,35 milliards FCFA, montant total de soumissions soit un taux de couverture de 106,77% alors que le trésor est à la recherche de 20 milliards FCFA.

Au 1er forum économique entre le Togo et l’Union européenne, l'homme d'affaires nigérian Aliko Dangote n’a pas tari d’éloges à l’endroit du Togo, évoquant les atouts du pays pour s’imposer comme une plaque tournante dans la sous-région.

« La moisson a été des meilleures pour la partie togolaise. A l’heure de dresser le bilan des retombées, on annonce plus d’1,3 milliards d'euros, soit environ 852 milliards FCFA de promesses fermes faites par les investisseurs européens. Une bouffée d’oxygène pour le PND dont 65% des investissements (5 milliards $) reposent sur le secteur privé. «Le processus d'émergence est bel et bien enclenché au Togo et est en cours de réalisation », s’est félicité le Premier ministre, Klassou Selom à la fin des deux jours du premier forum UE-Togo (13-14 juin 2019) à Lomé devant plus de 400 investisseurs nationaux et européens.

« Le Togo est extrêmement en avance sur tous les sujets de sécurité maritime, et d’économie bleue. Le Togo dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit. La célérité des réformes et de leur mise en œuvre impressionne tout le monde en Europe », a fait savoir l’économiste franc-béninois Lionel Zinsou lors du premier forum UE-Togo le 14 juin à Lomé.

 

L’actuel Managing Partner chez SouthBridge Group, a animé un panel autour du thème : « Togo, le centre d’affaires, d’investissement et de la haute finance émergente d’Afrique de l’Ouest » avec Dominique Strauss-Kahn, ancien Directeur Général du Fonds monétaire international (FMI), et Keynote Speaker, Ade Ayeyemi, Directeur Général d’Ecobank, ou Ronke-Amoni Ogunsuliré, Représentante SFI/ Banque Mondiale pour l’Afrique de l’Ouest. Les échanges ont été modérés par Paul-Harry Aithnard, Directeur General, Ecobank Côte d’Ivoire.

A ce panel, Lionel Zinsou a vendu le mérite des réformes faites par le Togo ces dernières années pour améliorer le climat des affaires dans la sous-région.

A en croire, l’ex premier ministre du Bénin, les réformes opérées depuis 2010 ayant permis la modernisation des infrastructures clés de la capitale, notamment le Port de Lomé, ont porté leurs fruits notamment une disposition d’importants avantages comparatifs capables de porter son ambition qui est de faire coexister un hub financier avec un hub logistique.

 « Le Port de Lomé, c’est surtout la vision du Président... C’est seulement ici et à Kribi qu’on peut réceptionner des bateaux de 8000 conteneurs... Le Port de Lomé est un bon exemple. Parce qu’à Lomé, il y a des gens qui ont investi et qui vont continuer à investir des milliards de dollars dans la plateforme portuaire », a indiqué Lionel Zinsou.

L’économiste donne comme des recommandations aux autorités togolaises, pour rendre l’économie attractive et mieux attirer si possible les banques mauriciennes, de mettre l’accent sur la formation professionnelle axée sur les métiers liés aux services financiers, de promouvoir le bilinguisme, et de renforcer les infrastructures corollaires notamment les télécommunications.

Les investissements directs étrangers (IDE) en direction du continent africain ont connu une légère hausse de 11% à 46 milliards de dollars, soit 26 751 milliards FCFA, selon la dernière édition du « World investment report » de la CNUCED publié le 12 juin.

Cette progression est imputable d'une part à l’appétit continue des investisseurs pour l’Egypte (6,8 milliards de dollars reçus) mais également à un spectaculaire regain d’intérêt pour l’Afrique du Sud qui a vu le flux d’IDE passer de 2 milliards de dollars en 2017 à 5,3 milliards de dollars en 2018, soit une hausse de 165% en un an.

Au-delà, les investisseurs étranger ont surtout accru leurs engagements dans des secteurs autres que ceux des matières premières.

Cependant, malgré un contexte sécuritaire particulièrement fragilisé ces dernières années et des « fondamentaux économiques défavorables » dans certaines zones, l'Afrique subsaharienne continue de séduire les investisseurs avec un montant de  32 milliards de dollars d’investissement  à son actif en hausse de 13%.

Quant à la sous-région ouest africaine, elle a connu une baisse importante des flux d’IDE de 15% à 9,6 milliards de dollars en 2018, un niveau plus bas que le niveau des IDE en 2006. Ce repli des investissements s'explique en particulier par la baisse drastique des engagements internationaux en direction du Nigeria de 43% en raison de l'instabilité du naira et d’un contexte marqué par des incertitudes autour de l’élection présidentielle l’année dernière ainsi que la persistance de la menace terroriste.

Togo

Les entrées d’IDE à destination du Togo, ont poursuivi leur tendance haussière, pour la deuxième année d’affilée, cumulant 102 millions $, selon le World Investment Report, publié mercredi 12 juin par la Cnuced. Une hausse de 15% en relation avec les 88,3 millions de l’année dernière, que l’institution onusienne attribue, en partie, à la Zone franche de Lomé.

«Dans certains cas, les gouvernements accordent des tarifs préférentiels pour les services portuaires, les télécommunications, l'électricité et l'eau fournis aux entreprises établies dans les zones économiques.», ont souligné les experts de la Cnuced, citant la loi n°2011-018 portant statut de Zone franche industrielle au Togo.

Au Togo, le stock intérieur des IDE a atteint 1,79 milliard $ en 2018, contre 450 millions il y a dix ans (2008).

Le gouvernement togolais a procédé le 12 juin à la pose de la première pierre de la nouvelle centrale thermique « Kékéli Efficient Power » d’un cout de 64 milliards FCFA, selon les chiffres officiels, à Gbétsogbé au sud-est de la capitale Lomé.

« Le progrès est un long cheminement solidaire. Nous en sommes d’autant plus convaincus que c’est par votre mobilisation à tous que cette importante rencontre sera une réussit. Nous marquons aujourd’hui avec ce forum une étape majeure dans cette ère de renouveau entre l’Union Européenne et le Togo »,a indiqué Faure Gnassingbé, le Chef de l’Etat togolais à l’ouverture du premier forum économique UE-Togo ce jeudi devant une parterre d’opérateurs économiques togolais et européens.

« Ce guide va permettre d'avoir une visibilité sur le Togo et de réduire également les coûts de l'information. vivement que cela s'étende aux autres pays de la sous-région pour en faire un véritable outil d'intégration », c'est le vœu ardent de Kokou Edem Tengue, Directeur Général de Maersk Togo après avoir assisté le 11 juin au lancement du Guide Pratique des Affaires au Togo à Lomé par l’Agence  de communication Focus Yakou en présence d’une parterre d’opérateurs économiques togolais, de la diaspora et des pays de l’Union Européenne.  

A Londres, la compagnie koweïtienne Global Integrated Logistics (GIL) a annoncé son intention d’investir sur l’axe 1 du Plan national de développement  (PND) dont l’objectif est de faire du Togo, un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région.

"Le Togo prévoit d’effectuer une sortie sur les marchés financiers internationaux d’ici les trois prochains mois, a confirmé le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé lors d'une interview à Londres. L’opération devrait permettre de mobiliser 500 millions d’euros (328 milliards FCFA) alors que le pays vient de se faire attribuer ses toutes premières notations souveraines", révèle le site togofirst.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL