Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 1760 / Cette semaine = 10441 / Ce mois = 42470 / Total = 468053

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

Politique

Politique (715)

 Porté sur les fonts baptismaux le 14 avril 2012 à Atakpamé, le Parti politique UNIR « Union pour la République » a fait un chemin fastidieux sur la scène politique au Togo : Deux élections remportées dont les législatives en 2013, et les présidentielles en 2015.

Les amis du Togo sont à la recherche d’une probable solution de sortie de crise entre le pouvoir et l’opposition.

L’information a été reçue par les togolais comme un coup de massue sur la tête. Il s’agit de la déclaration lundi dans un entretien accordé à Reuters, par un certain ministre des Affaires étrangères de Gambie, Ousainou Darboe, qui a demandé au président Faure Gnassingbé de démissionner immédiatement. Ce ministre faisait allusion à la crise politique qui secoue le Togo depuis deux mois.

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, Komi Selom Klassou a reçu le 20 octobre dernier, à la Primature, une délégation des imans de la Région Maritime conduite par le bureau exécutif de l’Union Musulmane du Togo. Le Premier ministre était entouré du ministre Yark Damehane de la Sécurité et de la Protection civile ainsi que du ministre Payadowa Boukpessi de l’Administration territoriale de la Décentralisation et des Collectivités locales.

La crise togolaise avec ses cortèges de violences continuent de faire réagir les états-majors politiques, diplomatiques, associations et mouvements. La dernière réaction en date est celle du Mouvement les Templiers.

Agbeyom Kodjo, l’ancien premier ministre n’est pas du tout d’accord avec le regain de violences au pays depuis quelques jours. Il dénonce également la présence des milices dans les artètes de la capitale.

Edem Kodjo (né Édouard Kodjovi Kodjo le mai 1938 à Sokodé, Togo) est une personnalité politique togolaise. Secrétaire général de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) de 1978 à 1983, il fut Premier ministre du Togo à deux reprises, du avril 1994 au août 1996, puis du juin 2005 au septembre 2006. En 2009, à l'âge de 71 ans, Edem Kodjo fait publiquement ses adieux à la politique. Il est désigné comme Facilitateur de l'Union africaine (UA) pour le dialogue politique en cours en RD Congo en 2016. Edem Kodjo est le Président de la Fondation PAX AFRICANA.

C’est au nom de cette fondation, que l’ancien premier ministre togolais se porte volontaire pour convoquer un dialogue entre les acteurs politiques togolais au moment où sa nation est sous le coup de la violence inouïe, des destructions des biens publics et privés, des arrestations des jeunes !!!

« Ce n’est pas seulement de l’extérieur que peut venir la solution. Nous sommes prêts aussi à apporter notre modeste contribution à la réalisation de ce grand idéal », peut-on lire dans une déclaration de la Fondation PAX AFRICANA ce vendredi.

Depuis le déclenchement de la crise politique le 19 août 2017 au Togo, le Secrétaire général de l’ONU, l’OIF, la CEDEAO, l’UA, les représentants diplomatiques, et les acteurs politiques eux-mêmes appellent à un dialogue.

Mais qui va convoquer ce dialogue ? Voilà, une porte de sortie !!!

Lire la déclaration de PAXAFRICANA

Ce n’est pas seulement de l’extérieur que peut venir la solution. Nous sommes prêts aussi à apporter notre modeste contribution à la réalisation de ce grand idéal.

Il est temps de prendre le taureau par les cornes et d’aller courageusement vers les voies d’un dialogue républicain et fécond, susceptible de nous éloigner de cette crise qui se prolonge et s’éternise.

Le Togo mérite ce courage et temps presse.

 

Edem KODJO

Président de la Fondation PAX AFRICANA

Plusieurs fois Médiateur de l’Union Africaine (UA)

De la CEDEAO, de l’OIF

Les évènements violents politiques de ces jours-ci à Lomé et dans certaines villes du Togo ont fait de nouveau réagir les chancelleries accréditées dans le pays.

Au cours de cette semaine, on dénombre environs 7 morts, plusieurs blessés, la destruction des édifices publics et privés, de nombreuses arrestations des jeunes acquis à l’opposition.

« Elles déplorent les actes de violence, de provocation et d'intimidation de ces derniers jours et les pertes humaines », peut-on lire dans une déclaration conjointe de la Délégation de l'Union européenne, de la Coordination du Système des Nations Unies et des Ambassades de la République Fédérale d’Allemagne, de France et des Etats-Unis d’Amérique au Togo.

« Elles réitèrent leur appel à toutes les forces politiques du Togo à engager rapidement un dialogue apaisé, sincère et constructif, seule voie pour sortir le pays de la crise actuelle », conclu la déclaration.

Le 22 septembre dernier, les représentants diplomatiques ont appellé également les uns et les autres au calme et à la retenue.

Lire la Déclaration conjointe de la Délégation de l'Union européenne, de la Coordination du Système des Nations Unies et des Ambassades de la République Fédérale d’Allemagne, de France et des Etats-Unis d’Amérique au Togo

La Délégation de l'Union européenne, la Coordination du Système des Nations Unies et les Ambassades d'Allemagne, de France et des États-Unis d'Amérique suivent avec préoccupation la situation politique au Togo. Elles déplorent les actes de violence, de provocation et d'intimidation de ces
derniers jours et les pertes humaines. Elles expriment leurs sincères condoléances et leur compassion aux familles éprouvées.
Elles réitèrent leur appel à toutes les forces politiques du Togo à engager rapidement un dialogue apaisé, sincère et constructif, seule voie pour sortir le pays de la crise actuelle.


Lomé, le 20 octobre 2017

C’est tout simplement triste les évènements de violences qui se déroulent au Togo avec ses conséquences de morts et de destructions de biens publics et privés.

La situation de crise politique qui a prévalu dans certaines villes du Togo depuis le 16 octobre dernier avec ses coloraires de dégâts matériels et humains laissent perplexe la communauté internationale. "Rien ne justifie les appels, les incitations et le recours à la violence. Rien ne se résout dans le sang versé, mais par le dialogue"’,a écrit ce mercredi Michaëlle Jean, la secrétaire générale de la Francophonie sur son compte Twitter face à la situation qui a encore dégénéré ce matin dans les différents quartiers de la capitale. Les Forces de sécurité et les jeunes se sont affrontés violemment!