Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 5047 / Hier = 5850 / Cette semaine = 40733 / Ce mois = 170206 / Total = 2046290

Politique

Politique (629)

Le Président de la République Fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier a, à l’instar de ses homologues européens, adressé un message de félicitations à Faure Essozimna Gnassingbé, vainqueur de l’élection présidentielle du 22 février.

Dans une lettre conjointe adressée mercredi, le Conseil Européen et la Commission Européenne ont transmis leurs félicitations à Faure Gnassingbé pour sa réélection à la suite de l’élection présidentielle du 22 février.

« La France continuera de soutenir la mise en œuvre du Plan National de Développement dans les secteurs de l’éducation et de l’accès aux services de base », assure le chef de l’Etat français qui « salue également les progrès accomplis en matière de gouvernance économique et de climat des affaires, comme attesté par la performance de votre pays dans les derniers classements internationaux ». 

Les députés de la VIe législature ont tenu ce vendredi 27 mars 2020  au  siège  de  l’Assemblée  nationale  à  Lomé,  la  4e séance plénière  de  la  première  session  ordinaire  de  l’année  sous  la présidence de Son Excellence, Madame Yawa Djigbodi TSEGAN, Présidente  de  la  l’Assemblée  nationale,  en  présence  de  Son Excellence Komi Sélom KLASSOU, Premier ministre et Chef du Gouvernement. 

Le communiqué publié par le premier responsable « Les Rassembleurs » en dit long.

Communiqué de l'Union des Forces de Changement

La proposition de Georges William Kuessan de voir toute l'opposition s'alligner derrière un "candidat unique apolitique" pour battre Faure Gnassingbé (sauf changement de dernière minute) aux élections présidentielles de 2020 a du plomb dans l'aile. Si cette idée est bonne, elle n'est pas du tout "la solution", selon Me Mouhamed Tchassona-Traoré. Le Président national du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) rejette en bloc cette idée.
 
Le permis de rêver est accordé à tout le monde. Et l'opposition togolaise dans son ensemble rêve de voir se matérialiser l'alternance en 2020. Pour que ce voeu le plus cher de toute la population devienne réalité, il n'y a que deux (2) problèmes à régler, estime Tchassona-Traoré.
 
Le premier problème est d'ordre structurel, autrement dit, la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qu'il qualifie d' "inique", "anticonstitutionnelle" et "illégale" en une CENI purement " technique". Cela ne peut qu'être possible que si et seulement si l'opposition accepte de faire un travail de lobbying et diplomatique auprès des chancelleries, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la francophonie, bref tous ces pays qui se sont intéressés dans la crise du Togo.
Le deuxième problème, est le financement des élections. Le premier responsable du MCD voit les chances de l'opposition remporter les élections très réduites si elles se font sur le budget national. L'autre chose est le travail de l'opposition à un éveil de conscience des populations....
 
"Ce n'est que la combinaison de ces conditions que le pouvoir de Faure Gnassingbé va se bouder. Si UNIR a gagné les législatives du 20 décembre 2018 et les locales du 30 juin passées, ce n'est pas qu'elle est populaire mais c'est grâce au boycott prôné par la coalition d'antan sinon nous avons la chance de remporter haut les mains ces élections. Mais nous avons encore une carte à jouer. C'est d'aller vers ces chancelleries pour leur présenter nos excuses et leur dire de nous aider" a précisé le numéro 1 du MCD.
 
Selon lui, l'idée de la candidature unique de l'opposition comme le clame haut et fort son collègue de "Santé du Peuple" est vraiment séduisante mais reste hypothétique. "Son idée est une solution mais pas la solution. La candidature unique de l'opposition est un mirage. C'est d'ailleurs un faux problème", a-t-il ajouté.
 
Me Tchassona-Traoré n'est le seul leader à contredire l'idée de la candidature unique de l'opposition. Bien avant lui, Me Yawovi Agboyibo du Comité d'action pour le renouveau (CAR), Jean-Pierre Fabre de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) et le Professeur Komi Wolou du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) sont allés dans le même sens.

Décidément l’opposition togolaise a besoin de la délivrance ! D’ailleurs jean pierre Fabre, l’ex chef de file de l’opposition, président du parti de l’opposition l’Alliance Nationale pour le changement (ANC) n’a pas hésité à le faire savoir ce matin, reçu dans une émission.

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 18 SEPTEMBRE 2019

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 18 SEPTEMBRE 2019

Please publish modules in offcanvas position.