baniere formation

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 755 / Hier = 927 / Cette semaine = 755 / Ce mois = 9179 / Total = 9199

samedi, 10 novembre 2018 14:47

Politique: L’UFC invite UNIR et la C14 à la préservation d’un climat politique serein au Togo Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

« L’humilité n’est pas signe d’humiliation », selon un adage africain! Si depuis le 08 novembre, la scène politique a connu une évolution avec le retrait olympique et courtois de l’Union des Forces de Changement (UFC) de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le bon sens a prévalu juste en politique, ce qui est rare au Togo.

Au moment où le parti de Gilchrist Olympio a toute la loi à sa faveur, en tant que parti parlementaire et a droit à une place à la CENI, la contestation de la coalition des 14 partis politiques a enfin passé comme une lettre à la poste à l’Assemblé nationale obligeant l’UFC a cédé sa place. Juste une bataille perdue ! Mais tout porte à croire que cette leçon doit servir d’exemple à toute la classe politique, que seul le sacrifice est grand quand il s’agit du peuple.

« Nous avons volontairement accédé à la demande du président ghanéen Akufo Addo, qui s’est entretenu avec le président Gilchrist Olympio mercredi. Nous avons toujours manifesté notre volonté de faire en sorte que la feuille de route fixée par la CEDEAO soit scrupuleusement respectée. Nous sommes et restons cohérents dans notre démarche », a expliqué Isaac Tchiakpé, le conseiller du leader de l’UFC.

Dans un communiqué rendu public ce samedi, le parti de Gilchrist Olympio tient à rappeler ; « que cette ouverture, qui est faveur du peuple togolais, dans sa globalité, n’a en aucun cas remis en cause son statut de parti d’opposition qui a d’ailleurs formellement reconnu par les facilitateurs et le Comité de la CEDEAO dont les efforts pour une résolution pacifique de notre crise méritent d’être soutenus. ».

Par ailleurs, le parti invite la C14 et UNIR à plus de compréhension mutuelle et à se joindre à elle pour un climat politique serein au Togo ; « L’UFC espère par conséquent que l’UNIR et la C14 se joindront à elle, dans un souci majeur de préservation d’un climat politique serein au Togo, en évitant toute autre manœuvre politique de crispation, toute autre intransigeance illégale », peut-on lire dans le communiqué.

Lire le communiqué de presse

La crise que notre pays a connue depuis le 19 Août 2017 avec l’implication de la CEDEAO et de certains pays frères de la sous-région est en phase de connaitre une heureuse issue avec les conclusions de la dernière rencontre du Comité de suivi qui a eu lieu à Conakry.

A cet effet, l’Union des Forces de Changement (UFC) souhaite informer l’opinion nationale et internationale, qu’elle a accédé à la sollicitation, extraordinaire CEDEAO portant retrait de son représentant de la CENI afin d’éviter de comprendre l’organisation d’élections inclusives qui soient ouvertes à tous les acteurs politiques, y compris la C14.

Mais elle tient à faire remarquer que cette ouverture, qui est faveur du peuple togolais, dans sa globalité, n’a en aucun cas remis en cause son statut de parti d’opposition qui a d’ailleurs formellement reconnu par les facilitateurs et le Comité de la CEDEAO dont les efforts pour une résolution pacifique de notre crise méritent d’être soutenus.

L’UFC espère par conséquent que l’UNIR et la C14 se joindront à elle, dans un souci majeur de préservation d’un climat politique serein au Togo, en évitant toute autre manœuvre politique de crispation, toute autre intransigeance illégale comme celle du retrait de l’UFC à la CENI, ou tout acte supplémentaire de belligérant stérile, choses, qui pourraient mettre en question tout le processus en cours, rendre vains les multiples sacrifices que le parti consent depuis 2010 pour une alternance pacifique au Togo, et replonger ainsi le pays dans les turbulences politiques, dommageables des années 1990.

Le parti tient enfin à préciser son attachement aux réformes constitutionnelles et institutionnelles, et exhorte à un profond sursaut patriotique tous les acteurs concernés par leur mise en œuvre, en l’occurrence le Gouvernement, les acteurs politiques présents à l’assemblée nationale, et les populations, qui pourraient être appelées à abriter en dernier recours à travers une consultation référendaire.

Fait ce samedi 10 novembre 2018

Pour ordre du Président National

 

Le responsable à la Communication

Dr EKUE Folly Gada

Lu 385 fois Dernière modification le mercredi, 09 janvier 2019 12:24

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL