Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 3799 / Hier = 5762 / Cette semaine = 27512 / Ce mois = 82368 / Total = 2308808

mardi, 27 octobre 2020 20:22

Agriculture : L’irrigation solaire, un élément nécessaire pour une agriculture performante développée par le Mifa

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

En Afrique, l'agriculture représente une force directrice primordiale pour la croissance économique africaine et  fournit du travail à 60% de la population active.

 

L'irrigation est un des leviers les plus importants pour palier à ce déficit et augmenter la productivité des terres agricoles. L'agriculture est le secteur le plus consommateur d'eau au monde. En Afrique, 83% de l'eau consommée l'est dans l'agriculture et à peine 6% des terres cultivées sont actuellement irriguées en Afrique, contre 14% en Amérique latine et 37% en Asie. Le potentiel d’intensification de l’irrigation est donc considérable en Afrique sub-saharienne, ce qui permettrait d’accroître les rendements des cultures et d’améliorer la résistance aux chocs climatiques.

Des experts issus des domaines de l’agriculture, de l’écologie, de la nutrition ou encore de la sécurité alimentaire estiment qu’il est possible détendre l’irrigation sur 47 millions d’hectares en Afrique et que c'est en aidant davantage d’agriculteurs à accéder aux systèmes d’irrigation et à les utiliser que les pays africains pourront atteindre leurs objectifs de réduction de la faim et de promotion de la sécurité alimentaire.

Le Togo qui veut assurer sa sécurité alimentaire et nutritionnelle par l’agriculture doit suffisamment développer l’irrigation. Sur 186 000 hectares irrigables, seulement 6 190 hectares sont exploités, soit un taux de moins de 3%. Pour pallier cette insuffisance, le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (Mifa) a porté une réflexion sur un projet de fourniture et d’installation de kit d’irrigation solaire en faveur des producteurs agricoles.

Le projet de fourniture et d’installation de kit d’irrigation solaire est destiné aux exploitants agricoles, aux maraichers, aux coopératives et aux particuliers. Concrètement, il consiste à installer, pour les bénéficiaires, des systèmes d’irrigation solaire à travers un prêt financier. Le montant de ce crédit est compris entre 1,5 et 03 millions de francs CFA. Il est remboursable sur une période de trois (03) ans à raison de 1,5 million de francs CFA sans intérêt et un reliquat au taux d’intérêt de 11%.

L’acquisition de ces kits d’irrigation solaire permettra aux producteurs de prolonger la saison agricole, d’augmenter leur productivité et par là, améliorer de façon significative le rendement agricole national, ce qui facilitera l’accroissement de leurs revenus. Par conséquent, ils pourront subvenir à leurs besoins ainsi qu’à ceux de leur famille. Par-dessus tout, cela contribuera à garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le pays.

Mifa, 02 ans de mise en œuvre avec des résultats positifs

Créé en 2018, le Mifa contribue depuis lors, et de façon considérable, au développement de l’agriculture togolaise. En deux (02) ans d’exécution, le projet a permis de mener de nombreuses actions ; a facilité le financement du secteur grâce aux partenariats qu’il a noués avec les institutions financières. A titre d’exemple, neuf (09) institutions financières nationales notamment Ecobank, BOA, Orabank, Sunu Bank, UTB, BTCI, Sogemef, Fucec et African Leader Togo ont alloué plus de 14 milliards de francs CFA à 144 000 acteurs (toute filière confondue) dont 125 000 producteurs.

En outre, les actions du Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (Mifa) ont facilité la création de 162 678 emplois directs et indirects, avec à la clé une amélioration significative du revenu et des conditions de vie des agriculteurs. Il a également contribué au renforcement de capacités de nombreux acteurs. Pour cette année 2020, le mécanisme veut atteindre le financement de 50 milliards de francs CFA en faveur de 400 000 acteurs et créer au moins 450 000 emplois.

Les autorités de tutelle togolaises prennent toutes les mesures pour que l’irrigation prenne tout son poids dans le développement du secteur agricole. « Même si vous avez des semences à haut rendement, des engrais de qualité, qu’ils soient organiques ou chimiques, si vous venez à manquer d’eau tous ces facteurs ne vous serviraient à rien, c’est la raison pour laquelle », explique Gilbert Akouete, maraicher à Lomé.

 Le Togo doit  prendre toutes les mesures nécessaires pour que l’irrigation soit suffisamment développée afin d’offrir la possibilité de multiplier les saisons de production. Le potentiel d’intensification de l’irrigation étant donc considérable au Togo, ceci permettrait d’accroître les rendements des cultures et d’améliorer la résistance aux chocs climatiques.

Le pays peut tirer bel exemple des réussites des pays de la sous-région dont le Mali et le Niger, dans lesquels l’augmentation des niveaux d’irrigation a permis d’améliorer et de prolonger les récoltes, d’augmenter les revenus et d’améliorer les perspectives des agriculteurs.

Deux choses doivent se conjuguer dans l’irrigation intelligente : premièrement, une technologie robuste qui économise l’eau et l’énergie et qui peut être entretenue à l’échelle locale et, deuxièmement, des organisations locales saines et équitables avec des agricultrices et des agriculteurs qui dirigent eux-mêmes leur irrigation.

Le Togo pratique actuellement deux modèles d’irrigation: le premier, large, destiné aux grandes exploitations agricoles, et le second, plus petit, adapté à la petite agriculture 

Lu 181 fois Dernière modification le mardi, 27 octobre 2020 21:03

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.