Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 3613 / Hier = 7010 / Cette semaine = 41501 / Ce mois = 161085 / Total = 1496392

mercredi, 09 septembre 2020 14:13

CEDEAO: L’éternel problème de la modification des constitutions refait surface

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Une fois encore, la problématique liée aux modifications des constitutions a fait surface au cours des assises des chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest.

En 2015, les ministres des Affaires étrangères de la CEDEAO avaient adopté à Accra (Ghana) par un large consensus une proposition pour la limitation du nombre des mandats présidentiels à deux. Au cours des discussions à Accra, l'accent a été mis sur la nécessité d'harmoniser les constitutions en Afrique de l'Ouest.

Pour le respect de ce protocole pour la gouvernance démocratique, le président nigérian Muhammadu Buhari invite ses pairs ouest-africains à cesser de faire recours au 3e mandat lors de la 57e session ordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le recours au 3e mandat est source de problèmes en Afrique de l’Ouest. C’est  Muhammadu Buhari qui le dit. Lors du 57e sommet de la CEDEAO, tenue à Niamey au Niger le lundi 7 août 2020, il a invité les dirigeants ouest-africains à cesser d’allonger leurs mandats.

« En tant que dirigeants de nos États membres individuels de la CEDEAO, nous devons adhérer aux dispositions constitutionnelles de nos pays, en particulier sur la limitation des mandats. C'est un domaine qui génère des crises et des tensions politiques dans notre sous-région », a exhorté Buhari, rapporté par Garba Shehu, son porte-parole sur Twitter.

Selon le président nigérian, cet appel à la retenue est nécessaire pour garantir des élections libres, justes et crédibles en Afrique de l’Ouest. « Cela doit être le fondement de la démocratie dans notre sous-région, tout comme la nécessité du respect de l'état de droit », a-t-il poursuivi.

De vives protestations sont enregistrées en Côte d'Ivoire depuis quelques semaines et en Guinée depuis quelques moins contre un 3e mandat des présidents en exercice. Les populations prennent les rues pour inviter Alassane Ouattara et Alpha Condé à renoncer à leur volonté de briguer un 3e mandat. Plusieurs personnes sont mortes et d'autres blessées dans ces manifestations. Malgré tous les appels de la CEDEAO au calme, les manifestants n'abandonnent pas. En Côte d'Ivoire, le président Ouattara a interdit les manifestations sur la voie publique. 

Le changement des constitutions a été à l'origine de la crise politique au Burkina Faso en octobre 2014, mais aussi de la tension au Burundi.

Lu 164 fois Dernière modification le mercredi, 09 septembre 2020 14:33

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.