Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 166 / Hier = 6021 / Cette semaine = 18570 / Ce mois = 117413 / Total = 1818668

samedi, 22 août 2020 18:57

Le Port autonome de Lomé maintient le cap pour répondre aux attentes des opérateurs économiques

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’économie bleue est susceptible de stimuler la croissance économique et la protection de l’environnement, et d’aider à atteindre les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030.

 

Son importance stratégique pour le commerce est évidente, note l’Organisation maritime internationale. A titre d’illustration, jusqu’à 90% de la facilitation du commerce mondial en volume et 70% en valeur se fait par voie maritime.

Grâce à une gestion efficace, l’exploitation durable des ressources des océans, des mers, des lacs et des rivières aussi appelée économie bleue pourrait contribuer à l’économie mondiale à hauteur de 1,5 milliards de dollars. C’est la conclusion de la conférence sur l’économie bleue durable à Nairobi, au Kenya en 2018.

L’Afrique compte 38 États côtiers et insulaires et un littoral de plus de 47000 km. C’est une immense opportunité de développer l’économie bleue.

Comment le gouvernement togolais améliore le Port autonome de Lomé pour redonner de l’éclat à l’économie nationale ?

Premier pays le plus réformateur en Afrique selon le classement Doing Business 2020, le Togo s’engage à justifier cet exploit et reste fidèle à l’atteinte des objectifs du Plan national de développement (PND 2018-2022), ambitieux programme du chef de l’Etat pour l’émergence et le développement durable. Ainsi, plusieurs réformes ont été réalisées ces derniers mois à la division des opérations douanières au port autonome de Lomé.

Ces réformes répondent à la transformation structurelle de l’économie et à la professionnalisation des différents secteurs des chaînes logistiques au port autonome de Lomé. Afin d’améliorer le climat des affaires et rendre le port plus compétitif, de nombreuses améliorations ont été apportées pour satisfaire les acteurs économiques. Il s’agit de la dématérialisation du certificat d’origine en vue de permettre aux opérateurs de soumettre leurs demandes de certificat d’origine en ligne et de l’obtenir également en un temps record. Quant à l’importation, le nombre des documents à fournir a été réduit pour faciliter les échanges commerciaux entre les pays de la sous-région et le Togo.

Par ailleurs, il a été mis au point une technique d’émission en ligne des bons à conduire au cas où un contrôle s’avère nécessaire. Avec les maisons consignataires, la division des opérations douanières du port autonome de Lomé a fixé le délai du dépôt du manifeste à 24 heures au plus avant l’arrivée du navire et ; afin d’éviter les longues files d’attente et fluidifier les enlèvements des marchandises, le scanner tourne désormais 24 heures sur 24.

En dépit de la pandémie de coronavirus, la division des opérations douanières du Port autonome de Lomé maintient le cap pour répondre aux attentes des opérateurs économiques. Ces réformes visent entre autres à relever le défi de l’axe 1 du PND qui consiste à faire du Togo un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région.

De mémoire d’homme, les autorités ont réalisé une mutation spectaculaire au niveau des infrastructures du port de Lomé au cours de ces dernières années, faisant de lui l’un des ports les plus modernes de la sous-région ouest africaine et l’un des meilleurs au plan continental. Aujourd’hui, la rapidité des formalités administratives reste de loin une caractéristique du port, le seul en eau profonde dans la sous-région.

Avec une profondeur de 16,60 mètres, le Port de Lomé est le seul port en eau profonde de la côte ouest africaine pouvant accueillir des navires de 3ème génération. Le Port du Togo est le seul port sur la côte ouest africaine par lequel on peut atteindre plusieurs capitales en un seul jour avec un acheminement des marchandises et l’un des atouts, repose sur la rapidité des formalités administratives qui est le résultat des efforts de simplification des circuits…

Selon, Fogan Adegnon, le Directeur général du PAL, le trafic conteneurs au Port autonome de Lomé (PAL) a franchi la barre d’1,5 millions d’EVP en 2019 et le trafic de marchandises de la plateforme portuaire de Lomé est par ailleurs passé de 22,117 millions de tonnes à 22, 610 millions sur un an.

Lu 2129 fois Dernière modification le samedi, 22 août 2020 20:18

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.