Date du jour :

Aujourd'hui = 3204 / Hier = 7067 / Cette semaine = 37425 / Ce mois = 49371 / Total = 1186002

samedi, 27 juin 2020 19:19

PPAAO : Le jeune togolais Guema M’Bantana concrétise son rêve

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

« Grâce au Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), le jeune togolais Guema M’Bantana a considérablement transformé sa situation personnelle et professionnelle. D’un chiffre d’affaires annuel de 4 millions de FCFA (6 890 USD) avant le PPAAO, Guema Concept, a maintenant un chiffre d’affaires annuel de 120 millions de FCFA (206 710 USD) », informe coraf.

 

L’histoire de Guema M’Bantana est celle de million de jeunes africains qui rêvent de changer l’agriculture et faciliter la tâche des producteurs. Son rêve, il l’a concrétisé grâce à l’appui du PPAAO Togo.

Après sa formation universitaire en science physique, Guema a, très tôt, nourri l’ambition de développer des technologies agricoles qui répondent aux besoins des producteurs. Mais faute de moyen, il s’est tourné vers l’enseignement de science physique dans les collèges et s’adonnait occasionnellement à la production de couveuses d’œufs.

A 37 ans, Guema décide de se consacrer à sa passion en créant en 2013 l’entreprise Guema Concept à Koma dans la région centrale du Togo. Son entreprise est spécialisée dans la conception de machines agricoles.

Mais malgré son savoir-faire et son esprit novateur, Guema a eu des difficultés à faire décoller son entreprise jusqu’au jour où tout a changé.

« J’ai aperçu un jour, des femmes qui morcelaient de façon traditionnelle les courges de sésame communément appelées ‘’goussi en éwé ou koutchoudou en kabyè’’. Elles les entassent et les couvrent de morceaux de feuilles d’arbre pendant deux semaines en vue d’inciter la décomposition de la pulpe pour pouvoir en extraire les graines. Après séchage, les graines sont décortiquées à la main pour obtenir l’amande comestible. Un travail fastidieux qui expose les femmes aux maladies et à toutes sortes de risque. » a déclaré Guema M’Bantana.

Dans le but de réduire la pénibilité des travaux post récoltes des courges Guema a alors entrepris la conception du broyeur extracteur de graine de courge et d’une autre machine décortiqueuse de graines de courges.

Comment le PPAAO a fait la différence ?

N’ayant pas suffisamment de ressources, il concevait des maquettes dans l’espoir de les voir un jour se réaliser. De fil en aiguille, il a été découvert par le Ministère chargé de l’agriculture du Togo à la foire des jeunes entrepreneurs. C’est ainsi qu’il a bénéficié de l’appui du PPAAO-Togo, qui a véritablement soutenu la génération de l’extracteur et de la décortiqueuse de graines de courge durant sa première phase de mission.

D’un chiffre d’affaire annuel de quatre millions de francs CFA (6890 USD) avant le PPAAO, l’entreprise Guema Concept réalise aujourd’hui un chiffre d’affaire annuel de 120 millions de FCFA (206 710 USD) par an.

« Grâce au PPAAO, j’ai pu fabriquer des machines qui sont tant appréciées à l’échelle nationale qu’internationale. J’ai acquis, par la même occasion, des équipements de travail et recruté du personnel qui, aujourd’hui, peuvent se prendre en charge parce qu’ayant des revenus décents. » a-t-il indiqué.

Les extracteurs modernes de courge développés par Guema Concept ont une capacité de broyage de 7 à 10 m3 de courges en une heure sans détruire les graines. Quant à la décortiqueuse, elle a une capacité de décorticage de 250 à 300 kg de graines de courge par heure.

Grâce à leurs capacités de traitement rapide des courges, les producteurs ont très vite adopté ces nouvelles technologies. Aujourd’hui l’entreprise est sollicitée partout pour la fourniture de machines. Ces technologies ont relancé la filière courge à travers l’augmentation de la production, une filière autrefois abandonnée par les producteurs à cause de la pénibilité des travaux post récoltes.

« Je cultivais une superficie de 10ha avant d’apprendre qu’il existe une machine de décorticage. Cela m’a amené à étendre ma superficie cultivable. Auparavant on pouvait prendre jusqu’à un mois pour décortiquer manuellement les courges, mais avec cette machine, en deux jours on a déjà fini » a confié Agno Ognakitan, producteur de courge.

Ces machines, produites avec l’appui du PPAAO pour réduire la durée du travail et pour alléger les tâches aux producteurs, ont soulagé considérablement le travail des femmes décortiqueuses de courges. Elles ont vu leurs activités boostées avec ces technologies.

« Avec les machines, nous arrivons à traiter de plus grande quantité de grains de courge. Cinq sacs sont décortiqués en un temps record alors que cela nous prenait un mois. C’est avec cette activité que nous arrivons à nous occuper de nos familles et de nos enfants. » Julienne Kalentiga, décortiqueuse de courge.

Aujourd’hui l’entreprise est sollicitée par plusieurs pays de la sous-région notamment le Ghana, le Sénégal, le Bénin et le Cameroun.

Lu 2416 fois Dernière modification le samedi, 27 juin 2020 19:26

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.