Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 2628 / Hier = 6015 / Cette semaine = 28298 / Ce mois = 105153 / Total = 1440460

mercredi, 24 juin 2020 12:10

Avec l’appui de la FAO, près de 500 petits agriculteurs au nord-Togo mobilisent 5,3 millions de FCFA d’épargne interne pour un relèvement digne après des inondations

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’approche « Caisse de Résilience » (CdR) conçue et développée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) permet aux communautés d’apporter par elles-mêmes des réponses techniques et socio-économiques à leurs besoins.

 

Cette approche est bâtie autour de 3 pôles d’interventions simultanées (techniques, financières et sociales) qui se renforcent mutuellement. L’intervention technique se fait à travers la mise en place des Champs école des producteurs (CEP) tandis que le pôle social se développe autour des Clubs d’écoute communautaire (CEC). Le pôle financier est mis en œuvre à travers les Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC).

Dans le cadre du projet « appui au renforcement de la résilience des ménages affectés par les inondations dans la Région des Savanes au Togo », la FAO en collaboration avec l’ICAT a organisé les bénéficiaires en 20 groupes d’intérêt appelés CEP dont 8 dans l’Oti, 5 dans l’Oti Sud et 7 dans le Kpendjal. Sur la base de ces CEP constituées, la FAO a confié à la Croix Rouge Togolaise, l’organisation et l’animation des CEC et leur constitution en AVEC selon l’approche « Caisse de Résilience ».

L’animation des 20 AVEC intégrées aux CEP a touché 487 personnes dont 81 femmes et a permis de mobiliser de mars 2019 à mai 2020, une épargne totale de 5 039 200 FCFA, dont 673 000 FCFA en prêts et une disponibilité de 4 747 250 F CFA. Le cumul des fonds de solidarité, représentant les différentes recettes perçues s’élève à 291 950 F CFA ; ce qui donne un avoir total de 5 331 150 F CFA mobilisé en un an d’exercice. Cet exploit réalisé par les 20 AVEC dans les trois préfectures d’intervention a suscité un grand intérêt auprès des populations non bénéficiaires du projet qui ont manifesté le désir de se mettre aussi en AVEC. Vu l’engouement et la volonté des populations, la Croix Rouge Togolaise et la FAO explorent les partenariats pour une mise à échelle des AVEC dans les Savanes. A titre d’exemple, 15 nouvelles AVEC sont déjà opérationnelles (3 dans l’Oti sud, 05 dans l’Oti et 7 dans le Kpendjal) et ont pu mobiliser une épargne de 1 095 000 FCFA.

Une AVEC est un regroupement de personnes de 15 à 30 maximum qui épargnent ensemble et font de petits emprunts à partir de ces épargnes. L’objectif premier d’une AVEC est d’offrir des possibilités d’épargne et de crédit simples aux communautés n’ayant pas accès aux services financiers formels. Les activités des AVEC se déroulent en « cycles » d’une durée d’environ une année, au bout de laquelle les épargnes accumulées et les bénéfices tirés des prêts sont répartis entre les membres, proportionnellement au montant épargné par chacun. Les réunions sont hebdomadaires et chaque membre a la latitude d’acheter de 1 à 5 parts par réunions. La part est un montant fixé en début de cycle et accessible à tous les membres. Au cours du cycle, chaque membre peut obtenir des prêts remboursables sur une courte période. Ces prêts peuvent aussi constituer une sorte de financement d’autres activités génératrices de revenus pour les membres. Grâce à la Caisse de solidarité pour laquelle tous les membres contribuent pour un même montant, les membres peuvent être soutenus en cas de difficultés ou d’évènements heureux prévus dans les textes. La Caisse de solidarité est une forme d’assurance qui propose des dons de faible montant, mais d’une grande importance pour les membres.

Les quatre phases de mise en œuvre des AVEC sont :

La phase préparatoire: elle est nécessaire avant que le facilitateur ne démarre la formation et dure 3 semaines. Elle fournit des informations générales aux chefs locaux et aux membres intéressés par une AVEC.

La phase intensive: d’une durée de 14 semaines, elle débute par cinq réunions consécutives réparties sur une période de 2 semaines au maximum, pendant lesquelles l'AVEC choisit ses membres, élit ses chefs, élabore son règlement intérieur et définit les règles qui régissent ses activités financières. Elle passe ensuite aux réunions qui lui permettent d’apprendre à gérer les transactions d'achat de parts/d’épargne, de crédit et la caisse de solidarité.

La phase de développement: le facilitateur effectue des visites moins fréquentes lors de cette phase et déploie moins d’activité lors des réunions de l'AVEC. Cette phase dure 18 semaines.

La phase de maturité: cette phase dure jusqu’à 18 semaines et elle comprend 3 visites dont 2 visites de supervision pour vérifier que l'AVEC fonctionne sans aide extérieure. Si l’Association a besoin d’un complément de formation et de supervision, le cycle peut être prolongé. Si l'Association est prête à fonctionner de façon indépendante, le facilitateur effectue une dernière visite au moment de la dernière réunion du cycle afin de faciliter les procédures de partage et pour fêter l’indépendance de l’AVEC par rapport à l’organisation chargée de la mise en œuvre du programme.

Les fortes précipitations enregistrées au cours des mois de septembre et d’octobre 2018, couplées au débordement du barrage de Kompienga au Burkina Faso, ont entrainé des inondations dans les préfectures de Kpendjal, de l’Oti et de l’Oti Sud et ont causé d’importants dégâts sur les cultures. Au total, 2 722 ménages dans 61 villages de 11 cantons, ont été durement affectés par cette catastrophe. Une superficie totale de 1 763 ha pour le riz et 698,5 ha pour le maïs ont été emportés.

Afin de faire face à cette situation, le gouvernement togolais, à travers le Ministère de l'agriculture, de la production animale et halieutique (MAPAH) a sollicité et obtenu auprès de la FAO le financement du projet de coopération technique « Appui au renforcement de la résilience des ménages affectés par les inondations dans la Région des Savanes au Togo », pour un montant de 366 000 USD, couvrant la période de 2019 et 2020. Dans la mise en œuvre de ce projet, la FAO a signé des conventions de partenariat avec la Croix Rouge Togolaise, l’Agence nationale de la protection civile (ANPC), l’Institut de conseils et d’appui technique (ICAT-Savanes) et la Direction Régionale de l’agriculture, de la production animale et halieutique (DRAPAH-Savanes) pour des interventions ciblées et en fonction de leur avantage comparatifs sur le terrain.

Lu 266 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.