Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 382 / Cette semaine = 382 / Ce mois = 33063 / Total = 420012

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

mercredi, 08 janvier 2020 18:17

Politique : Ouro Tchatchikpi, Djimon Oré et Olympio Nathaniel veulent bloquer les élections présidentielles par une transition politique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

« Les grands sacrifices que le peuple togolais a consentis depuis trente ans n’ont malheureusement pas donné les résultats attendus. Nous reconnaissons volontiers qu’il est indéniable qu’ils ont manqué des facteurs réussites. Les règlements et mise en œuvre des problèmes politiques nécessitent une période dédiée qui n’est rien d’autre que la transition politique »,

 

c’est ce que pensent Djimon Oré président du Parti des Togolais, celui du Front patriotique pour la démocratie (FPD), Ouro Djikpa Tchatikpi, l’ex-Conseiller au bureau du Parti national panafricain (PNP) et Nathaniel Olympio, président du Parti des Togolais, suite à une rencontre avec la presse ce 08 janvier.

A quelques jours des élections présidentielles prévues le 22 février prochain, ils rejettent la tenue de la prochaine élection présidentielle qualifiée de parodie.

Ces trois mousquetaires appellent « tous les citoyens à s’engager sans délai, dans un grand creuset de réorientation de la lutte pacifique pour l’avènement d’une transition politique apaisée et la transformation du Togo ».

Comme arme pour parvenir à cette transition politique apaisée, ces trois leaders de l’opposition togolaise tablent sur des actions individuelles et collectives et sont d’avis que « la rue parlera de toutes les façons, parce que c’est un des instruments mais qu’à elle seule, elle n’est pas suffisante ».

« Les élections ne sont pas des réponses à la crise au Togo. Et seule une transition politique peut venir à bout à cette crise », martèlent-ils.

Ces trois opposants, proposent de mettre à plat le volet constitutionnel, refondre l’architecture institutionnelle, moderniser le cadre électoral, moderniser les forces de sécurité et de défense et renforcer leurs liens avec le peuple, réconcilier le peuple avec lui-même et lui redonner sa pleine souveraineté.

« Le Togo que nous voulons doit faire disparaître de l’opinion publique la notion du dirigeant tout-puissant. Le Togo que nous voulons doit revenir au véritable fondement de la démocratie : celui qui érige le peuple en souverain et dont les dirigeants ont pour mission et honneur d’être au service de leur peuple. Le Togo que nous voulons doit avoir en mémoire les valeurs fondatrices enseignées par les pères fondateurs, celles du travail, de liberté et de patrie », lit-on dans leur déclaration liminaire.

Ces trois politiciens, n'ont jamais été pour les élections. Le parti national panafricain (PNP) n'est pas dans une démarche électoraliste; le dirigeant du FPD de son côté ne jure que par l'instauration d'une période de transition, et pour le dirigeant du parti des Togolais, tant qu'il n'aura pas accès au fichier électorale, il ne sera pas prêt à s'engager dans quoi que ce soit.

Lu 172 fois Dernière modification le mercredi, 08 janvier 2020 18:36

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.