Date du jour :

Aujourd'hui = 1249 / Hier = 5545 / Cette semaine = 23741 / Ce mois = 23741 / Total = 612616

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
mercredi, 20 mai 2020 19:02

Gestion de conflits de Transhumance: Les agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun indignés

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les conflits liés à la transhumance continuent d’indigner les paisibles populations rurales du Togo.

 

Malgré les sensibilisations sur le pastoralisme, son importance ainsi que sur les questions et enjeux inhérents à cette activité afin d’éviter des conflits et gérer de façon pacifique les problèmes entre agriculteurs et les transhumants (peulhs nomades),  les populations de Tohoun, dans le Moyen Mono 1, en sont les dernières victimes le lundi dernier.

Dans une déclaration liminaire ayant sanctionné leur meeting devant les locaux de la marie de la commune Moyen Mono 1, les agriculteurs et agricultrices du village d’Aglamassoe ont manifesté leur indignation.

 

Mot d’indignation des agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun

Respecté maire de la commune Moyen-mono 1, aux grands maux les grands remèdes, trop c’est trop.

Monsieur le maire,

Nous sommes devant vous ce matin du 19 mai 2020, nous, agriculteurs et agricultrice du grand canton de Tohoun, non pas pour vous jeter des fleurs parce-que vous gérez bien notre commune, mais pour exprimer notre ras-le bol face à l’envahissement démesuré des Peuls des villages du canton de Tohoun. Les Peuls dont leurs bétails ne font que dévaster nos cultures de saison en saison nous exposent à la famine.

Comment comprendre que des bœufs dévastent nos cultures et quand nous nous présentons au commissariat ou à la gendarmerie pour nous plaindre, paradoxalement nous sommes incompris. Si on ne nous enferme pas, on nous oblige à payer des amandes.

Monsieur le maire,

C’est avec nos cultures obtenues à la sueur de nos fronts que nous arrivons à nourrir nos familles et payer la scolarité de nos enfants. Nous somme dépassés des abus des Peuls avec la complicité de nos autorités locales y compris vous, monsieur le maire, notre fils.

Quand on est dépassé, il faut avoir le courage de dire non

Hier lundi 18 mai 2020, un événement mémorable s’est produit à Aglamassoe où la paisible population a avalé des gaz lacrymogènes de la police de la ville de Tohoun, parce qu’elle a osé dénoncer les abus des bœufs des Peuls.

Monsieur le maire, on piétine mes droits et quand j’ose protester, on me gaz. Nous ne comprenons rien. C’est pourquoi nous voudrions vous dire que le sentiment à trop duré et qu’il faille vous cracher la vérité en face. Quand on n’est pas d’accord, on dit non!

Si vous, vous profitez des fruits des Peuls dont leurs bétails dévastent entièrement nos cultures, nous autres agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun, nous, nous somme exposés à la famine. C’est pourquoi nous vous invitons à transmettre à qui de droit, les recommandations suivantes:

1.) Que la police ou la gendarmerie rétablisse la justice et cesse de nous prendre pour animaux sauvages à abattre sans sommation.

2-) Que les Peuls quittent définitivement notre canton, sans condition au seul cas nous ferons d’eux nos ennemis: ou bien ils nous chassent ou bien nous les chassons.

Fait à Tohoun, le 19/ 05/2020

Pour les agriculteurs et agricultrices

Porte-parole

Lu 101 fois Dernière modification le mercredi, 20 mai 2020 19:51

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.