Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 4806 / Hier = 5850 / Cette semaine = 40492 / Ce mois = 169965 / Total = 2046049

mardi, 19 mai 2020 12:01

Covid-19: L’hôtel Eda-Oba suspend ses activités et ferme ses portes jusqu’à nouvel ordre

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Vue de l'hotel eda oba Vue de l'hotel eda oba

Dans une enquête diligentée par la Chambre du Commerce et d'Industrie du Togo (CCIT), le 27 mars dernier pour avoir une idée des effets du Covid19 sur leurs activités, il ressort les données suivantes, le Chiffre d'Affaire de plus de 92% des entreprises a connu une baisse entre février et mars 2020.

 

Plus de 34% des entreprises du secteur privé togolais ont vu leur chiffre d'affaires baisser de plus de 75%. Près de 62% des entreprises ont enregistré une baisse de plus de 50%. 

Si la pandémie dure plus de trois (3) mois, plus de 92% des entreprises du secteur privé pensent ne pas pouvoir rembourser leurs prêts. Plus de 84% des entreprises estiment ne pas pouvoir payer les salaires.

Cette crise sanitaire a forcé les entreprises à prendre des mesures pour limiter la propagation de la maladie en adoptant plusieurs stratégies à savoir, le travail à temps partiel pour 53,8%; d'autres (24,6%) ont préféré arrêter temporairement leurs activités; certaines (5,2%) entreprises ont juste licencié leur personnel et d'autres (2,7%) ont changé d'activités.

Donnant raison à cette enquête, l’une des entreprises victimes de Covid-19 au Togo, est l’Hôtel Eda-Oba.

En effet, selon le site miabetogoactu.com, « dans un communiqué en date du 30 avril, le PDG de l’hôtel Eda-Oba a porté l’information à son personnel. L’hôtel Eda-Oba suspend ses activités et ferme ses portes jusqu’à nouvel ordre ».

Cette interruption des activités de l’hôtel, selon le communiqué, fait suite à la situation de crise économique engendrée par la Covid-19 et surtout à l’incertitude qui plane sur la durée de cette pandémie et l’aspect ascendant que celle-ci prend, ces derniers jours.

« La direction a suivi à la lettre les instructions des autorités publiques et des autorités sanitaires afin de participer à l’effort national demandé à tous pour combattre l’épidémie. Nous avons aussi pris les mesures de distanciations sociales imposées à tous pour assurer votre santé et votre sécurité. Ceci étant, il est devenu imprudent sur le plan sanitaire et impossible sur le plan financier de garder l’hôtel Eda-Oba ouvert dans des conditions actuelles. Comme vous le savez tous, nous sommes arrivés à bout financièrement, avec une trésorerie de fonctionnement pratiquement non existant, après plus d’un an où nous fonctionnons déjà presque à vide à cause du très faible volume d’affaires….C’est pourquoi nous avons décidé la mise au chômage technique de tous les employés de l’hôtel Eda-Oba, à compter du 30 avril 2020, et la suspension de nos activités jusqu’à nouvel ordre », a déclaré Hilaire Messan Locoh-Donou, PDG de l’hôtel Eda-Oba.

Il ressort des informations reçues auprès d’un proche du PDG que cette décision n’aurait suivi aucune procédure légale. C’est-à-dire qu’elle a été prise sur un coup de tête, sans préavis, sans en informer l’Inspection du Travail, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale…bref en foulant aux pieds toutes les dispositions prévues par la loi, en la matière. Pire aucune mesure d’accompagnement n’a été prévue pour soulager le dit personnel durant cette période difficile de chômage technique. Le PDG reconnait néanmoins devoir au personnel le salaire du mois d’Avril et le congé annuel pour ceux qui ont travaillé ce mois-ci.

Face à cette situation, Germain Meba, président de la CCIT avait déjà lancé le cri de détresse, « Il faut qu'on vienne en aide au secteur privé sinon il sera mis en mal ».

Rappelons que suite à l’enquête de la CCIT avec le concours du secteur privé, il  a été formulé des recommandations à l'endroit du gouvernement notamment ; le report sans frais des remboursements de prêt par les établissements de crédits; la subvention des mesures de protection des employés et des clients contre la pandémie; l'offre aux grandes entreprises du secteur privé de lignes de crédits spéciales sous forme de prêts comme mécanisme d'atténuation des risques liés au Covid19 et des allégements fiscaux; le soutien des petites et moyennes entreprises du secteur privé par une garantie d'accès au financement, l'octroi des subventions et des prêts concessionnels; l'exonération du paiement de l'IRPP et de l'IS pour une période et aussi, l'octroi d'une subvention d'au moins le SMIG aux employés pendant la crise.

« Déjà, la Covid-19 avec les mesures drastiques mises en place dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus, le secteur tertiaire (commerce, services, voyages et tourismes) est le plus touché, et cela commence à avoir des impacts sur l’économie nationale », a reconnu Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances, au cours d’une rencontre le 15 mai dernier avec le secteur privé.

Rappelons que le gouvernement avait lancé le Fonds National de Riposte et de Relance Economique estimé à 400 milliards de FCFA pour soutenir 110 milliards FCFA les actions de riposte, 110 milliards à la résilience et 180 milliards à la relance économique.

Lu 686 fois Dernière modification le mardi, 19 mai 2020 12:05

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.