Date du jour :

Aujourd'hui = 5304 / Hier = 6037 / Cette semaine = 23148 / Ce mois = 106773 / Total = 472230

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
vendredi, 15 mai 2020 18:14

Burkina Faso: Financement d’appui à la création d’une banque d’agrobusiness à hauteur de 5,988 milliards FCFA

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les députés burkinabés ont adopté le 14 mai, le projet de loi de financement d’appui à la création d’une banque d’agrobusiness (PACBA).

 

La mise en œuvre de ce projet atteint les FCFA 5,988 milliards (€9,168 millions) et sont pris en charge par l’Etat burkinabè et la Banque africaine de développement, lit-on sur LeFaso.net.

La mise en œuvre de ce projet devrait contribuer à augmenter le taux de croissance du secteur agricole et d’améliorer la productivité du secteur afin de réduire la pauvreté et de renforcer la résilience du monde rural où seulement 3,5% des crédits bancaires en 2017 sont allés au secteur agricole. 

Egalement, lit-on, « le projet vise la mise en place un système d’assurance agricole et un mécanisme de warrantage au Burkina Faso destinés à renforcer l’accès aux financements, améliorer l’environnement du secteur agricole et diversifier les mécanismes de financement agricole ».

« Le PACBA ne relève en rien de la création d’une nouvelle institution financière, mais permettra plutôt à l’Etat d’augmenter sa participation dans la Banque agricole du Faso (BADF) créée en 2019. Seulement, au sein de la banque sera donc créé le fonds de développement agricole qui sera un guichet de facilitation de l’accès au crédit pour les producteurs du pays », a expliqué le ministre de l'Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles, Salifou OUEDRAOGO.

Le PACBA permettra d’améliorer l’attractivité du secteur agricole pour le financement bancaire via la mise en œuvre d’un système qui atténue les risques du secteur agricole, l’assurance agricole et le crédit warrantage.

En outre, son adoption va permettre à l’Etat de pouvoir travailler de sorte à ce que le producteur ait un accès facile au crédit agricole mais également pouvoir en termes de risque agricole, avoir des financements. «Pour un hectare de maïs, le producteur pourra assurer son champ à raison de 110 000 FCFA par hectare et l’Etat va apporter sa subvention. Nous allons discuter en Conseil des ministres pour pouvoir arrêter la subvention qu’il faut», a expliqué le ministre.

Rappelons que la Banque agricole du Faso (BADF) est dotée d’un capital d’un peu plus 14 milliards FCFA (€21,3 millions), est au service du financement du monde rural, soit 80% de la population du pays mais dont seulement 15% ont accès aux prêts, sur toute la chaîne de valeur agricole, de la production à la transformation.

Lu 107 fois Dernière modification le vendredi, 15 mai 2020 18:38

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.