Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 498 / Cette semaine = 1848 / Ce mois = 26412 / Total = 413361

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

vendredi, 06 décembre 2019 23:55

Lutte contre le paludisme : 80% des enfants dorment sous des moustiquaires imprégnées au Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La lutte contre le paludisme reste un défi majeur en Afrique subsaharienne surtout où on dénombre plus de trois mille (3000) décès chaque jour. Pourtant la maladie est « évitable et curable », selon les spécialistes.


Selon le rapport mondial 2016 sur le paludisme, au Togo, l’incidence du paludisme a régressé entre 20 à 40% entre 2000 et 2015 et la mortalité a régressé de plus de 40% sur la même période. 
Selon les données de l’Enquête sur les Indicateurs du Paludisme de 2017, la prévalence parasitaire chez les enfants de 6-59 mois a baissé de 62,2% (2004) à 28% en 2017.

En matière de lutte anti vectorielle, la possession des Moustiquaires Imprégnés d'insecticides à Longues Durée d'Action (MIILDA) par ménage a évolué de 33%  à 71% et la possession d’une MILDA pour 2 personnes à évolué de 65% à 85% tandis que  l’utilisation a évolué de 34% à 63% avec 69% pour les femmes enceintes et 70% pour les enfants de moins de 5 ans.

La lutte contre le paludisme, s'est traduite par la distribution des moustiquaires imprégnées. Ainsi en 2017  80% des enfants dorment sous des moustiquaires imprégnées (88% en milieu urbain et 90% en milieu rural).

Au Togo, l’engagement de l’Etat et de ses partenaires date depuis l’époque coloniale par la création d’un service de lutte antipaludéenne devenu en 1960 service national du paludisme qui ultérieurement a été érigé en programme nationale de lutte contre le paludisme.  Pour répondre efficacement à la lutte, le programme s’est doté d’une politique nationale de lutte contre le paludisme  en 1996 assorti d’un premier  plan stratégique 2001-2005.

Au-delà des centaines de milliers de moustiquaires distribuées dans tout le pays, il faut noter également les traitements anti-paludéens qui sont gratuits dans les hôpitaux.

De sort que les efforts menés par le gouvernement ont été récompensés en 2015 par un prix en d’excellence décerné par l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA).

Lu 82 fois Dernière modification le samedi, 07 décembre 2019 00:06

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.