Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 380 / Cette semaine = 1730 / Ce mois = 26294 / Total = 413243

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

vendredi, 06 décembre 2019 07:48

Le taux de couverture des cantines scolaires continue de progresser les indicateurs scolaires au Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pour atteindre les objectifs et stratégies aux différents paliers du système éducatif, la première action passe par « La petite enfance et le préscolaire ».

 

Ainsi, d’après le Plan d’Action National de l’Education Pour Tous (2010-2020) élaboré et adopté par le Gouvernement au niveau des activités pour la petite enfance et le préscolaire, l’objectif de couverture pour la tranche d’âge préscolaire est d’atteindre un taux brut de scolarisation 22,6 % en 2020, pour la tranche d’âge de 0 à 3 ans et pour celle de 4 et 5 ans.

L’idée est en effet d’introduire des services de type appui aux familles et éducation parentale pour les très jeunes enfants.

Un autre objectif est d’accroitre la couverture du préscolaire à environ 23% des groupes d’âge de 0-3 ans et de 4 à 5 ans en 2020.

A cet effet, l’une des actions parmi tant d’autres  pour atteindre cet objectif, le gouvernement a opté avec l’aide des partenaires au  renforcement de la fourniture de services sociaux aux élèves à travers les cantines scolaires.

 

En conseil des ministres en avril 2019, le gouvernement est largement satisfait des résultats sur le terrain, 10 ans après le lancement du programme.

« Les cantines scolaires ont établi un effet positif sur les indicateurs scolaires et l’état nutritionnel des écoliers. De 2008 à̀ ce jour, 82,5 millions de repas chauds ont été́ distribués. L’effectif des élèves bénéficiaires s’élève à quatre-vingt-onze mille six cent soixante-six (91.666) répartis dans trois cent quatre (304) écoles sur toute l’étendue du territoire. Au-delà, les évaluations sur la période 2008-2017 montrent que 60% à 75% des besoins quotidiens des enfants en termes d’alimentation sont couverts par les repas scolaires. Dans le même temps, le taux de fréquentation scolaire a augmenté jusqu’à 9,4% comparé à 7% dans les zones non bénéficiaires ; l’inscription des filles a augmenté de 12,6% alors que ce taux est de 5,5% dans les écoles non bénéficiaires », lit-on dans le communiqué du conseil des ministres du 15 mai 2019.

 

« L'évaluation des cantines scolaires a établi un effet positif sur les indicateurs scolaires et l’état nutritionnel des écoliers », a constaté Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre en charge du développement à la base.

 

Mais somme toute, le défi reste encore grand et il y a lieu de maintenir le programme et surtout l’étendre à d’autres établissements scolaires qui ne sont pas encore couverts.

                          

Lu 220 fois Dernière modification le vendredi, 06 décembre 2019 07:49

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.