Date du jour :

Aujourd'hui = 4984 / Hier = 6428 / Cette semaine = 36768 / Ce mois = 66987 / Total = 826922

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

jeudi, 30 avril 2020 17:42

Agriculture : Un avenir inclusif et durable pour le Togo passe nécessairement par les femmes, par les jeunes

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Président Faure Gnassingbé échange avec des jeunes producteurs Le Président Faure Gnassingbé échange avec des jeunes producteurs

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l'agriculture doit devenir le moteur de croissance dont l'Afrique a besoin pour éradiquer la faim et doper durablement la production vivrière.

 

L'Afrique est appelée à redoubler d'efforts car plus d'un Africain sur cinq se voit refuser le droit à l'alimentation alors que la majorité des dix économies à plus forte croissance du monde sont en Afrique. Le défi pour l'Afrique est de rendre cette croissance économique plus inclusive en misant sur le développement agricole et rural, les femmes et les jeunes.

« Quelque 75% des Africains ont moins de 25 ans, et au cours des 35 prochaines années, la population devrait demeurer essentiellement rurale, avec de nombreux ménages dirigés par des femmes. L'agriculture est le seul secteur de l'économie capable d'absorber cette main-d'œuvre. Un avenir inclusif et durable pour l'Afrique doit passer nécessairement par les femmes, par les jeunes et par l'agriculture », souligne relève toujours la FAO.

Fort de ces statistiques, le gouvernement togolais a décidé de faire de tout temps, l’agriculture la principale activité rémunératrice pour une grande partie de la population togolaise.

Et, les chiffres ne rament pas contre-courant de cette réalité. Elle occupe plus de 60% des Togolais et contribue à 40% au Produit intérieur brut (PIB). S’accoudant sur ces données au-delà de la moyenne, il ne fait aucun doute que le secteur est un moteur de l’économie nationale. Les pouvoirs publics sont arrivés à la même conclusion.

Pour preuve, des réformes se sont succédées ces dernières années pour accompagner les différents acteurs, rehausser la compétitivité du secteur et booster le développement socioéconomique. Les pans d’actions pour y parvenir sont multiformes, ambitieux et enthousiasmants.

La politique de mise en place des agropoles est l’une des actions entreprises dans ce sens. Elle contribue à créer de la richesse ; à réduire le déficit de la balance commerciale agricole ; à rabaisser le niveau de la pauvreté, surtout en milieu rural avec une diminution de plus de 15% dans les cinq (05) prochaines années (de 68.7% à 53.7%) ; à créer des emplois que les autorités évaluent au-delà de 24.837 dont près de 40% pour les femmes.

Le Togo entend construire dix (10) agropoles sur dix (10) zones du territoire. Celles-ci verront naître des infrastructures logistiques qui faciliteront la mise en place de parcs agro-industriels (eau, électrification, télécommunication etc.) grâce à un investissement de l’Etat sur les infrastructures sur fond agro-public.

L’agriculture occupe une superficie cultivable évaluée à 3,6 millions d’hectares, soit 60% de la superficie globale du pays, dont 41% sont emblavés (1,4 millions d’hectares). Le Togo possède des terres assez riches (dont la plupart servent à la culture du maïs). Les terres de la région des Plateaux sont réputées pour leur fertilité, alors qu’en contraste, la géomorphologie rocailleuse de la région de la Kara la rend plus difficile à exploiter.

De plus, on note des rendements agricoles assez inégaux d’une région à l’autre : les plus bas étant comptabilisés dans la région des Savanes, une zone notamment exposée à la réduction du couvert forestier et à la pression foncière.

Cependant, faut-il le noter, l’agriculture est toujours exposée à des variations significatives d’une année à l’autre, et marquée globalement par un faible niveau de crédit 2% des crédits bancaires en 2019.

A cela, s’ajoute, le faible niveau technique (25% des exploitations bénéficient d’un appui technique des structures d’encadrement, l’utilisation d’engrais concerne 16% de ces cultures, et 89% des superficies cultivées sont emblavées avec du matériel aratoire (houe, coupe-coupe).

 Ces dernières années, les autorités pensent à l’amélioration de l’agriculture togolaise partant d’une agriculture familiale à celle modernisée à fort rendement.

Ainsi, donc, pour la campagne agricole 2020-2021, le gouvernement a mis à la disposition des agrégateurs 72 tracteurs d’un montant total de 1.800.000.000F CFA. Ce matériel agricole, fruit du partenariat entre le MIFA S.A et la société privée KFB, va permettre d’assurer le développement durable des chaînes d’approvisionnement alimentaire grâce à des pratiques agricoles améliorées qui augmentent la production et renforcent la sécurité alimentaire. Ces équipements seront renforcés au fur et à mesure de la disponibilité et des contributions des particuliers offreurs de services de mécanisation agricole.

Lu 228 fois Dernière modification le jeudi, 30 avril 2020 17:57

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.