Date du jour :

Aujourd'hui = 5141 / Hier = 6037 / Cette semaine = 22985 / Ce mois = 106610 / Total = 472067

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
lundi, 20 avril 2020 15:07

L’ARAA sous l’égide de l’agriculture togolaise a enregistré de bons rendements profitables à l’ensemble de la sous-région

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le fort potentiel de l'agriculture en Afrique subsaharienne est une bonne nouvelle: l'agriculture est le moteur de la croissance globale pour la majorité des pays de la région et elle est indispensable à la réduction de la pauvreté et à la sécurité alimentaire.

 

Après des dizaines d'années de stagnation économique et alors que le nombre de sous-alimentés chroniques atteint les 200 millions, les dirigeants africains intensifient leurs efforts pour trouver des "solutions durables" à la famine et la pauvreté.

Des champs fertiles, de bonnes cultures, des rendements de haute qualité et abondantes, l’élevage moderne à grande échelle, la sécurité alimentaire et financière, une bonne éducation pour les enfants, une accommodation décente, une meilleure vie pour tous : ce sont des avantages et atouts que peut fournir la terre africaine aux agriculteurs à petite ainsi qu’ à grande échelle et même aux habitants du continent africain. Mais ces potentiels restent largement inexploités dus aux difficultés auxquelles est soumis le secteur agricole. Les problèmes que font face les agriculteurs africains restent à ne pas désirer. Ils mènent des vies misérables. Ils sont nombreux qui pratiquent la culture vivrière ou la culture de subsistance qui ne peut que nourrir les membres de leurs familles et peut-être leurs communautés par extension.

Comment arriver à faire sortir plus de 250 millions personnes de la malnutrition sur le continent ?

Pour la sécurité alimentaire et la nutrition, l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (Araa) a vu le jour. C’est une initiative de la Cedeao qui vise à assurer l’exécution technique des programmes et plans d’investissement régionaux concourant à l’opérationnalisation de la politique agricole. Cette agence dont le siège se trouve à Lomé, s’appuie sur les institutions, organismes et acteurs régionaux qui disposent de compétences avérées. De 2017 à 2018, le Togo a assuré la présidence tournante de la Cedeao et de toutes ses institutions dont l’Araa. Sous l’égide togolaise, l’agence a enregistré de bons rendements qui ont profité à l’ensemble de la sous-région et au Togo en particulier.

L’Araa joue un rôle important dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans l’espace Cedeao. Entres autres choses, elle permet d’accroître la productivité agricole. L’Agence a renforcé les capacités des cadres de 15 Etats membres de la Cedeao sur la formulation des projets, les changements climatiques en agriculture et les filets sociaux de sécurité. Ces cadres ont également bénéficié des formations sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Des femmes ont pu accéder aux crédits pour développer leurs activités agricoles. L’accès au crédit intrant a permis aux agriculteurs d’obtenir des produits agricoles y compris l’engrais à un prix réduit. Conséquence directe, augmentation du rendement agricole. Par ailleurs, l’absence de crédit à taux d’intérêt usuraire permet aux producteurs d’être indépendants vis-à-vis des acheteurs, de choisir la période la plus favorable pour vendre les céréales et de pouvoir réaliser des ventes de façon groupée, ce qui permet de dégager de meilleurs revenus issus de la vente des céréales. Pour les producteurs les plus aisés, le crédit intrant a permis d’accroître les superficies cultivées, et donc leur revenu agricole.

Lu 134 fois Dernière modification le lundi, 20 avril 2020 15:30

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.