Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 604 / Cette semaine = 5257 / Ce mois = 18304 / Total = 339560

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

vendredi, 08 novembre 2019 23:32

Couverture maladie des artisans: L’INAM à l’œuvre progressivement

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis le 1er mars 2012, la protection sociale en santé est effective et obligatoire sur toute l’étendue du territoire national togolais pour les fonctionnaires, les agents des collectivités locales, les militaires retraités et actifs ainsi que les retraités de la fonction publique à travers l’Institut national d’assurance maladie (INAM).

 

Selon les chiffres, avec 7% de prélèvement mensuel sur le salaire des agents de l’Etat, 350 000 Togolais bénéficient donc des services de l’INAM. Avec cette structure, les autorités politiques togolaises veulent parvenir à l’assurance maladie universelle. 

Ce qui amène l'INAM à élargir cette couverture qui ouvre désormais les bras aux artisans avec le lancement officiel de ladite couverture effectué le 14 mai 2019 par le Ministère du Développement à la base, de l'Artisanat et de la Jeunesse en collaboration avec le Ministère de la Fonction publique, du Travail, de la Réforme administrative et de la Protection sociale et l’Union des Chambres Régionales de Métiers, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de protection sociale du gouvernement. Tous les artisans détenteurs d’une carte professionnelle ou d’une attestation délivrée par une chambre régionale de métiers peuvent faire des démarches pour bénéficier de cette couverture maladie. Est artisan, une personne qui exerce un savoir-faire essentiellement manuel, axé sur la conception, la transformation de biens à vendre ou de service manuel sur mesure et à petite échelle, dans un but d’en tirer des revenus et de créer de la valeur (sauf l’agriculture et la pêche). Elle est aidée souvent de sa famille et d'apprentis (maçon, plombier, soudeur, mécanicien, forgerons, pâtissier, couturière, coiffeur...). La période de dépôt des dossiers d’immatriculation dans les bureaux préfectoraux des chambres de métiers est ouverte depuis le 1er octobre 2019 ainsi que l'encaissement des cotisations par versement sur compte banque de l’INAM.

Les montants des cotisations par taille de ménage sont fixés comme selon la taille du ménage.

L’adhésion est gratuite mais un forfait de deux mille (2000) FCFA sera payé pour bénéficier des outils de prise en charge. Tout artisan qui souhaite souscrire au régime d’assurance maladie, est soumis à une cotisation annuelle avec des frais d'outils qui seront payés en une seule tranche. A cet effet, les versements en espèce se font sur le compte INAM ouvert à la poste.

Les centres de soins autorisés et les prestations

Ce régime d’assurance maladie couvre l’artisan, son conjoint (e) et ses enfants âgés de 0 à 26 ans. Les apprentis artisans âgés de 15 à 26 ans sont également concernés par cette couverture maladie.  Les artisans et leurs ayants droit auront à bénéficier de la prise en charge des prestations suivantes: les consultations de médecine générale, les soins infirmiers et petite chirurgie, les médicaments, les consultations prénatales et postnatales, les accouchements, les examens de laboratoire et les examens de radiologie. Il faut noter que dans le cadre de ce régime, les assurés seront pris en charge par les formations sanitaires publiques. Les Unités de Soins Périphériques (USP), les Centres Médicosociaux (CMS), les Centres Hospitaliers Préfectoraux (CHP) / hôpitaux de Districts présents sur toute l’entendue du territoire vont accueillir les artisans assurés. Ils pourront se faire soigner aussi dans les Centres Hospitaliers Régionaux (CHR) mais sur référencement.  Le mode de paiement applicable à ce régime est le tiers payant. L’assuré INAM ne paie que le ticket modérateur (part à sa charge), tandis que l’INAM paie directement à la formation sanitaire la part correspondant au taux de prise en charge. Les taux de prise en charge varient entre 80% et 100% du prix de base de remboursement des frais de prestations. Les projections du gouvernement visent la prise en charge de plus de cent mille (100 000) ménages d’artisans à l’horizon 2021.

Rappelons tout de même que le projet d’assurance maladie au profit des artisans est articulé en trois (03) grandes étapes qui sont : la sensibilisation et l’identification des bénéficiaires ; l’immatriculation et l’encaissement des cotisations ; l’ouverture des droits aux prestations et le début de la prise en charge sanitaire.

Déjà, la direction de l’ l’INAM, note avec satisfaction que les artisans sont très mobilisés autour de ce projet.

En mettant en place la couverture maladie des artisans le gouvernement togolais apporte une réponse aux difficultés que les artisans éprouvent quotidiennement pour se faire soigner. Cette assurance vient donc lever les freins financiers liés aux dépenses de soins de santé des artisans et leurs ayants droit.

Ils ont dit :

Le Président de l’Union des chambres des métiers du Togo, Kodjo Eklou

Le Président de l’Union des chambres des métiers du Togo, Kodjo Eklou s’est réjoui de cette « belle initiative » qui selon lui vient à point nommé répondre à ces multiples difficultés dont son secteur fait face notamment les accidents de travail, de circulation, de chantiers, dans les bureaux, de santé, de vieillesse. Celui-ci met en avant les moyens financiers qui constituent le socle des difficultés.

Mme AYITE Angèle, coiffeuse à Bè

« Je suis heureuse de cette initiative que les artisans soient assurés dorénavant. J’ai hâte de voir la réalisation de ce projet, qui devait nous sortir des difficultés d’accès aux soins médicaux. Je sais qu’avec l’assurance maladie, ma famille et moi, pouvons se faire facilement soigner à moindre coût et payer les produits pharmaceutiques. Je sensibiliserai mes couseurs à cotiser régulièrement pour profiter de ces opportunités qui nous sont offertes ».

M. GOMADO Komlan, chef mécanicien à Adidogomé

« Quand, on m’a parlé de l’assurance maladie des artisans, vous ne pouvez pas imaginer toute ma joie car l’unique maux dont notre secteur souffre c’est l’accès aux soins médicaux. Dès fois, lorsque vous recevez les ordonnances avec plus de 20. 000 FCFA à payer, alors que vous n’avez en poche que 5 000 FCFA, c’est compliqué. Donc je crois qu’assurer les artisans, est une bonne initiative du gouvernement ! Je remercie le chef de l’Etat. Le reste se trouve dans notre camp pour honorer les cotisations fixées ».

 

Lu 123 fois Dernière modification le vendredi, 08 novembre 2019 23:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.